Le jeu : Paris ne méritait pas mieux

Il manquait bien trop de choses à ce PSG. Alors que Bruges lui a offert des possibilités. Vaillante et enthousiaste, la formation belge a joué avec un bloc relativement haut et laissé des espaces dans la profondeur. Bien trop lent dans la construction et sans désir d'appuyer là où ça fait mal, Paris n'en a pas profité. Surtout, les Parisiens n'ont jamais mis l'intensité requise pour un match de Ligue des champions, dans le pressing comme dans les duels défensifs ou la discipline tactique. Et avec autant de lacunes, c'est presque un moindre mal pour le club de la capitale de ramener un point de Belgique. Si une équipe méritait mieux, c'est bien Bruges.

Paris doit-il être inquiet ? "La progression sous Pochettino n'est toujours pas lisible"

Ligue des champions
Paris n'avait rien de magique
15/09/2021 À 20:50

Les joueurs : Heureusement, il y avait Herrera

Les notes du PSG : Le brouillon de la MNM, le bouillon de Wijnaldum-Paredes
Il y avait pléiade de stars dans l'équipe du PSG. Mais celui qui a brillé, c'est un joueur de l'ombre. En plus d'avoir inscrit un but superbe, Ander Herrera a été le seul à surnager dans un entrejeu parisien en déliquescence, à l'image de Leandro Paredes et Georginio Wijnaldum, sortis dès la pause. Neymar est passé totalement à côté de son sujet tandis que Lionel Messi n'a eu que de trop rares fulgurances. Kylian Mbappé, bien que décisif, a pour sa part manqué de justesse. Contrairement à Hans Vanaken, impérial dans son rôle de chef d'orchestre au sein d'une équipe belge où chaque élément s'est montré performant.

"La MNM ne sera pas un trio tant que Neymar aura ce niveau"

Le facteur X : Verratti-Gueye, absences remarquées

Si Paris a été défaillant dans chaque secteur, c'est surtout au milieu qu'il a pris l'eau. Un entrejeu qui a largement souffert des absences de Marco Verratti et d'Idrissa Gueye, blessé et suspendu. Le PSG s'est montré incapable de ressortir proprement les ballons face au pressing adverse sans son Italien. Il lui a aussi manqué l'impact de son Sénégalais, peut-être l'un des meilleurs Parisiens depuis quelques mois, à la récupération du ballon comme dans la construction du jeu. Il manquait clairement ces deux guerriers pour accompagner Herrera dans la bataille du milieu.

La stat : 5

16 tirs pour le FC Bruges, 9 pour le PSG. Cela résume déjà la domination des Belges sur cette rencontre. Mais cela traduit aussi une tendance qui dure depuis l'arrivée de Mauricio Pochettino sur le banc parisien. Sur les sept matches de Ligue des champions disputés par Paris sous la direction du technicien argentin, c'est le cinquième où ses joueurs tirent moins que leur adversaire. Dans ce domaine, le PSG peut clairement faire mieux.

La décla : Presnel Kimpembe (défenseur du PSG)

On sait que sur le papier on a l'équipe qu'il faut, maintenant il faut le démontrer sur le terrain.

La question : La performance du PSG est-elle de nature à inquiéter ?

La déception est forcément importante tant on attendait monts et merveilles de ce PSG aux allures galactiques. Déjà par rapport au résultat, face à l'équipe considérée comme la plus "faible" de ce groupe A. Un nul concédé face à Bruges ne menace pas forcément le PSG dans l'optique d'une qualification pour les 8es de finale, mais c'est d'ores et déjà un handicap dans la course à la première place de la poule attendue face à l'autre favori, Manchester City. Et au-delà de ce nul décevant, c'est surtout la prestation collective qui interpelle.
Ce n'est pas comme si le PSG n'était pas prévenu. Messi est peut-être la plus grande star de la planète mais Paris en avait déjà quelques-unes. Il a eu l'occasion de se rendre compte que cela ne suffit pas. Que son rêve de remporter la Ligue des champions dépend de la qualité de son collectif, de sa capacité à conserver un bloc compact, de sa faculté à mettre plus d'engagement que son adversaire. Le PSG n'a rien montré de tout cela en Belgique. Et d'une certaine manière, c'est inquiétant. Parce que ce n'est pas nouveau.
Il y a probablement des circonstances atténuantes. La formation de Mauricio Pochettino manque encore de repères et elle est loin d'être au sommet de sa forme physique. Dans ce domaine, l'écart avec Bruges était particulièrement criant. Mais pas autant que dans l'envie. Les Belges ont fait le match qu'il fallait pour mettre à mal l'une des équipes à battre de cette Ligue des champions quand Paris n'a jamais mis les ingrédients pour éviter de tomber dans ce piège. Avoir des stars, ça peut faire la différence. Mais si les Parisiens ne mettent pas le bleu de travail, ça ne servira à rien.

Messi - Neymar - Mbappé : Une animation à parfaire, un onze à corriger

Ligue des champions
"Ibra adorait mes asados" : Et maintenant, le restaurateur préféré des joueurs du PSG attend Messi
IL Y A UNE HEURE
Ligue 1
Déjà neuf points d’avance pour le PSG, Lens dauphin : le classement après huit journées
IL Y A 13 HEURES