Le jeu : Un petit miracle pour le PSG

On était plus proche du PSG de Bruges que de celui de City. Bien trop juste techniquement, battu dans l'engagement, sans réponse au problème tactique posé par une équipe de Leipzig bien plus cohérente, Paris a été dominé dans tous les secteurs du jeu. Mais la formation de Mauricio Pochettino a toujours cette qualité exceptionnelle quand elle parvient à trouver de la verticalité dans le jeu. C'est grâce à cela, au talent de Kylian Mbappé, à un changement tactique salvateur et à une naïveté coupable de la défense allemande qu'il a pu décrocher une victoire inespérée.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Ligue des champions
Le talent a parlé et sauvé le PSG
19/10/2021 À 20:57

Les joueurs : S'il n'y avait pas eu Mbappé…

Les notes du PSG : Un héros nommé Mbappé, Kimpembe s'est noyé
Cette victoire, c'est bien à Kylian Mbappé que le PSG la doit. C'est lui qui a fait les différences dans le jeu, et surtout au tableau d'affichage avec un but, une passe décisive et un penalty provoqué (et un manqué). Leo Messi a inscrit un doublé et il vaut de l'or, même si c'est à peu près tout ce qu'il y a à retenir de sa prestation. L'autre individualité forte à Paris, c'est Keylor Navas, déterminant en début de match notamment. Les autres n'ont pas eu le rendement attendu. A Leipzig, Angeliño a fait parler son pied gauche sur les deux buts allemands. Christopher Nkunku et André Silva ont également fait mal à la défense parisienne.

Kylian Mbappé

Crédit: Getty Images

Le facteur X : Le 3-5-2, et ça repart

Paris n'en menait pas large à 1-2 à l'heure de jeu. Et Mauricio Pochettino a alors trouvé la parade en passant au 3-5-2, une première cette saison. Un coup gagnant symbolisé par Achraf Hakimi, transparent jusque-là et transfiguré dans cette configuration qu'il affectionne. Le Marocain a d'abord gratté un ballon dans les pieds d'Angeliño sur l'égalisation parisienne avant de provoquer un penalty vendangé par Kylian Mbappé en toute fin de match. Ce schéma n'a pas forcément donné plus de maîtrise collective au PSG. Mais sa mise en place a fait tourner le match.

La stat : 14

Si un chiffre traduit la domination de Leipzig, ce n'est pas le nombre de tirs, même s'il est en faveur des Allemands (18, contre 14 au PSG). C'est surtout celui des frappes dans la surface. Il y en a eu pas moins de 14 pour les visiteurs, contre 8 pour le PSG. Cela traduit à la fois la supériorité de Leipzig dans l'entrejeu, la capacité du club allemand à se retrouver en nombre dans la surface mais aussi son inefficacité devant le but. Cela confirme surtout que le PSG concède beaucoup d'occasions de but. Il ne l'a pas payé ce mardi. Mais c'est problématique.

Lionel Messi a sonné la révolte du PSG face à Leipzig

Crédit: Getty Images

La décla : Kylian Mbappé (attaquant du PSG)

Pour l'instant, on ne joue pas bien et on gagne. Je pense qu'il faut mieux jouer pour gagner plus sereinement.

La question : Pochettino sort-il grandi de cette victoire ?

Il y a d'abord le bilan comptable du PSG, en position de force à mi-parcours de cette phase de poules avec deux victoires et un nul. Paris est en tête de son groupe de Ligue des champions. Ce n'est pas anodin. Car Paris s'était mis immédiatement dans la difficulté en concédant un nul à Bruges, l'équipe considérée comme la plus faible de son groupe. Il n'en menait pas large avant de recevoir Manchester City. Trois semaines et deux victoires plus tard, la formation de Mauricio Pochettino est maîtresse de son destin. C'est à souligner.
L'Argentin n'y est pas pour rien. Son changement tactique ressemblait un peu à un pari désespéré. Paris n'avait jamais évolué dans un système à trois défenseurs centraux depuis le début de la saison. Il fallait oser le mettre en place pour la première fois, au cours d'un match de Ligue des champions. Mais si son audace a payé, cela ne doit pas masquer l'échec de ces choix jusque-là. L'Argentin a d'abord tenté le 4-3-3 qui avait fonctionné contre City. Sans succès. Puis il a opté pour un 4-4-2, sans plus de réussite. Il semblait sans solution. Et cela traduit des lacunes dans la préparation du match.
Il y a bien le bilan comptable et ce pari tactique gagnant. Mais fondamentalement, Pochettino reste une énigme. Il vit sur un curieux paradoxe qui voit Paris enchaîner les victoires sans avoir une réelle maîtrise collective. Le style de jeu que le technicien argentin souhaite mettre en place est toujours aussi difficile à lire. Le club de la capitale continue de vivre sur le talent de ses individualités. L'histoire n'a pas été différente face à Leipzig. Mais pour viser le sacre, cela semble toujours aussi léger.

"Quand on voit le match face à Leipzig, le PSG a franchement de quoi craindre l'OM"

PSG-Leipzig.

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
Navas - Donnarumma, Ramos - Kimpembe, le cas Di Maria… Pochettino a des choix à faire avant le Real
IL Y A 6 HEURES
Ligue 1
"J'ai trouvé mon équilibre" : Ramos, un match et un but qui changent tout ?
23/01/2022 À 22:51