Cela relève de l'irrationnel, voire du mystique. Cela va même au-delà de toute considération tactique ou toute analyse logique. Qui pouvait sérieusement imaginer, à la 89e minute de Real Madrid - Manchester City, que l'équipe de Carlo Ancelotti finirait par encore tout renverser ? Une fois, d'accord. C'était face au PSG (0-1, 3-1) en huitièmes de finale. Deux fois, encore... C'était contre Chelsea (1-3, 2-3) en quarts. Mais trois, sérieusement ? Et pourtant, les Merengue ont refait le coup. Menés 0-1 et 3-5 (!) sur l'ensemble des deux confrontations, ils ont finalement arraché leur qualification en inscrivant deux buts en une minute (90, 90+1). Et trois en six si l'on compte le troisième (94e) en prolongation (3-1). Complètement fou.
Tout comme nous, Marca peine également à trouver une explication rationnelle à cette nouvelle "noche magica" du Bernabeu. Alors, le quotidien madrilène fait appel à l'au-delà : "Que Dieu descende et donne des explications", peut-on lire en Une. Même sentiment pour AS, pour qui le Real vient tout simplement "d'un autre monde". "Le club peut remporter sa 14e Ligue des champions à Paris le 28 mai", rappelle le média madrilène, parlant d'une nuit "surnaturelle". Pour ceux catalans, c'est une nouvelle soirée de cauchemar.
Premier League
City, c'est l'extase : "Nous sommes des légendes"
IL Y A 16 HEURES
"C'est incroyable", écrit Sport, un quotidien proche du Barça, le grand rival. "Une nouvelle fois, le Real Madrid était KO, quasi mort. Avant de remonter de manière surprenante", indique le quotidien. De son côté, Mundo Deportivo s'en prend aux trois victimes du bourreau madrilène : "PSG, Chelsea, City : Le jour de la marmotte".
Irréel
En Angleterre, on peine encore à comprendre comment City a pu manquer la finale et les retrouvailles avec Liverpool. "L'équipe de Guardiola s'est effondrée", écrit par exemple le Daily Mail. "La folie à Madrid", titre de son côté le Daily Telegraph. "Trois buts en dix minutescondamnent Pep", écrit le Sun, parlant d'un "come-back épique" du Real Madrid. Encore un.

Guardiola, onze ans d'échecs et une soirée de démission

Partons en Italie, où on porte en triomphe Carlo Ancelotti ce jeudi. Pour La Gazzetta dello Sport, qui rappelle que l'entraîneur transalpin va connaître sa cinquième finale de C1, le Real est un "club irréel" auteur d'une "remontée complètement folle". "Et la magie de Carletto a eu raison de Pepaussi", estime le quotidien rose en Une. "Ancelotti est une légende", résume tout simplement le Corriere dello Sport.
Enfin, L'Equipe du jour résume plutôt bien le sentiment de toute la presse européenne : "SurRealiste", titre le quotidien français. "Ce Real est éternel (...) À ce niveau, ce n'est plus de la chance, c'est de l'art", estime-t-il. Bonne nouvelle pour le Real : la grande finale du Stade de France se déroulera à moins de dix kilomètres du Musée du Louvre...
Premier League
City, un champion renversant !
IL Y A 19 HEURES
Premier League
L'Histoire penche nettement du côté de City
HIER À 00:24