Lorsque nous l'avions rencontré en mars dernier, Pierre Kalulu s'était fixé un objectif avec l'AC Milan. "Je souhaite m'imposer et me faire une place dans ce groupe", confiait-il à l'époque, ajoutant également vouloir perfectionner "son niveau d' italien". Près de huit mois plus tard, l'international Espoirs a réussi sa première mission. Et presque la deuxième. Pas encore bilingue mais plus que débrouillard, l'ancien capitaine de la réserve de l'OL fait aujourd'hui partie intégrante de l'équipe première des Rossoneri, co-leader de Serie A avec le Napoli. Avec la longue absence de Davide Calabria, titulaire au poste de latéral droit mais blessé pour plusieurs semaines, Kalulu va même augmenter son temps de jeu. Aujourd'hui, il est la première alternative du vice-capitaine dans le couloir droit.
"Actuellement, je me sens très bien, confiait-il au micro de MilanTV avant le match face à la Fiorentina (4-3) samedi soir. J'espère continuer sur cette lancée." Malgré la première défaite des siens en championnat, le Français a été l'une des seules satisfactions de son entraîneur Stefano Pioli. "L'un des plus actifs, écrivaient nos confrères d'Eurosport.it. Il a un gros volume de courses et de bonnes intuitions, faisant oublier l'absence de Calabria. Il se montre également très intéressant en attaque, avec de belles initiatives." Pour son entraîneur, Pierre Kalulu, que Zlatan Ibrahimovic avait pris sous son aile à ses débuts, est tout simplement une garantie. Peu importe qu'il soit titulaire ou remplaçant au coup d'envoi.

Pavard out ? La fin de DD ? Kalulu au Qatar ? : Nos paris pour les Bleus en 2022

Liga
Lemar et Griezmann font respirer l'Atlético
HIER À 19:26
Malgré un passé dans l'axe, le Français sait faire valoir ses qualités au poste de latéral. Du côté de l'AC Milan, d'ailleurs, on ne l'envisage pas vraiment à un autre endroit, sauf éventuellement pour dépanner. Avec quatre éléments (Tomori, Kjaer, Romagnoli et Gabbia), la défense centrale milanaise est en effet bien occupée. Mais Kalulu y a déjà été aligné, comme au poste de latéral gauche. Sa polyvalence est forcément un atout pour son entraîneur. "C'est un bon joker, nous confie un habitué de Milanello. Lors du derby face à l'Inter, par exemple, il a été décalé à gauche en deuxième mi-temps."

Application et attention

Arrivé sur la pointe des pieds en août 2020, Pierre Kalulu a rapidement étalé toutes ses qualités en Lombardie, après avoir logiquement traversé une période d'adaptation de plusieurs mois. L'une de ses grandes forces ? Probablement l'impact qu'il parvient à avoir sur son équipe lorsqu'il est sur le terrain. Toujours appliqué, le natif de Lyon répond toujours présent lorsqu'il est aligné, preuve d'une grande maturité malgré son jeune âge et sa deuxième saison seulement chez les pros. Preuve en est, son entrée face au FC Porto (1-1) le 3 novembre dernier. Entré à la mi-temps, il est à l'origine de l'égalisation des siens.
Défensivement, ses progrès sont notoires. Concentration, lecture du jeu, capacité à remporter ses duels : Kalulu est un os pour son adversaire direct. Le marquage sur coup de pied arrêté reste toutefois un axe de progression. Et offensivement, l'ex-capitaine de la réserve lyonnaise est une arme en devenir. Certes, il lui reste du chemin à parcourir avant d'atteindre le niveau de Théo Hernandez dans l'autre couloir. Mais sa qualité de centres s'améliore, en témoigne sa passe décisive pour le premier but de Daniel Maldini en Serie A face à La Spezia en septembre dernier. Ou encore son dernier but victorieux avec l'équipe de France Espoirs sur la pelouse de la Macédoine du Nord (0-1) la semaine passée. Sa palette ne cesse de s'accroître depuis son arrivée en Italie. Il y a notamment ajouté un sens tactique plus important, ainsi qu'une exigence et une rigueur impeccables.
Une affaire en or
Au fur et à mesure des matches, Pierre Kalulu, dont la forte personnalité en a frappé plus d'un, marque des points. "A Florence, c'est lui qui a été préféré à Alessandro Florenzi, qui venait pourtant de passer la trêve internationale à Milanello, poursuit Antonio Vitiello, journaliste du site MilanNews et du journal Tuttosport. C'est dire la confiance grandissante autour du Français. Il a été l'un des meilleurs sur le terrain. Aujourd'hui, quand on pense qu'il a été recruté libre de l'OL... C'est une affaire en or. On s'en doutait à l'époque, puisque son profil avait été longtemps observé, avant d'être validé par l'ensemble du club. Mais aujourd'hui, c'est une certitude." Selon le site spécialisé Transfermarkt, sa valeur actuelle est de 7 millions d'euros.
https://i.eurosport.com/2021/11/03/3248054.jpg
Sous contrat jusqu'en 2025 avec les Rossoneri, l'international Espoirs s'inscrit-il donc dans la durée en Lombardie ? "Il se sent très bien à l'AC Milan, nous explique-t-on dans son entourage. Il continue d'apprendre aux côtés de grands joueurs et n'a jamais regretté son choix, encore moins maintenant. Pour lui, partir dans un nouveau championnat et changer de pays était un passage fondamental dans sa jeune carrière. Ici, à Milan, il est très apprécié."

Et les Bleus dans tout ça ?

Un joueur français en force dans un grand club européen, voilà qui ne devrait certainement pas échapper à l'œil de Didier Deschamps. Et cela tombe plutôt bien d'ailleurs, puisque Kalulu occupe probablement le seul poste encore susceptible de bouger chez les Bleus. Peut-il y vraiment prétendre ? Aujourd'hui, il pourrait faire partie des candidats, même si ce nouveau système à trois défenseurs ne facilite pas les choses. A Milan, le Lyonnais joue dans une défense à 4. Si Théo Hernandez s'est adapté à gauche, son coéquipier devrait faire de même à droite. Il en aurait même les qualités (volume de courses, activité, attention défensive...), mais son jeune âge invite certainement DD à la prudence. Surtout que Kingsley Coman a crevé l'écran dans ce rôle de piston lors du dernier rassemblement, face à une adversité toutefois relative. Benjamin Pavard et Léo Dubois sont des fidèles du patron des Bleus, Nordi Mukiele un néo-international tricolore et Jonathan Clauss continue de toquer à la porte. En attendant que la porte s'ouvre, Pierre Kalulu peut tranquillement continuer son parcours avec les Bleuets.
"Quand tu joues au foot, c'est forcément un objectif de rejoindre l'équipe de France, confiait-il à Eurosport en début d'année. La plupart de mes coéquipiers sont internationaux ici, et je vois à chaque trêve l'envie qu'ils ont de rejoindre leur sélection. Surtout que l'équipe de France, ça donne envie." Comme le dit un fameux proverbe italien, "chi va piano, va sano e va lontano". Soit littéralement : "Qui va doucement, va sainement et va loin." Pierre Kalulu, lui, peut même voir très loin.
Serie A
Deux de chute pour le Milan
28/11/2021 À 16:14
Serie A
Vers une absence de trois semaines pour Giroud, Maignan de retour avec le Milan
26/11/2021 À 23:02