Mal en point en championnat, le champion de France en titre lillois va retrouver, deux ans plus tard, la Ligue des champions, dans un groupe jugé abordable, à domicile face Wolfsburg ce mardi (21h, match à suivre en DIRECT commenté sur Eurosport.fr). Dans cette compétition que tout footballeur souhaite disputer, mais qui, souvent, pour les Dogues, se conclut en calvaire. Hormis lors de la saison 2006-2007, où les joueurs de Claude Puel avaient réussi à se hisser en huitième de finale, avant d’être éliminés par Manchester United, le LOSC a souvent terminé en deçà de ses espérances ou de ses ambitions.

Nos favoris pour la Ligue des champions : Le PSG vraiment seul au monde ?

Saison 2005/2006 : Une victoire de prestige mais des regrets

Ligue 1
Un grand ouf de soulagement pour le LOSC
IL Y A 4 HEURES
Vice-champion de France la saison précédente, Lille retourne pour la deuxième fois au 21e siècle en C1, 4 ans après sa première apparition dans la Ligue des champions telle que nous la connaissons aujourd’hui et où il n’avait pas démérité (3e au final), déjà face à Manchester United, que les Dogues retrouvent, en compagnie du Benfica Lisbonne, et de Villarreal, qui connaît alors une période faste.

En 2005, Milenko Acimovic a marqué le seul but du LOSC en phase de groupe de la Ligue des champions, face à Manchester United

Crédit: Getty Images

L’équipe nordiste, où évoluent alors Mathieu Bodmer, Mathieu Debuchy, Jean II Makoun, Gregory Tafforeau ou Stefan Lichsteiner, connaît d’immenses difficultés pour marquer. Elle ne trouve le chemin des filets qu’à une reprise en six matches, par Acimovic pour battre Manchester (qui finira 4e). Mais cet exploit face à l’équipe du légendaire Sir Alex Ferguson est vite balayé par la déception d’une 2e place manquée d’un rien (2 points de moins que Benfica) la dernière journée en raison d’une défaite face à Séville (1-0). Troisième, Lille est reversé en Ligue Europa où le club tricolore, déjà emmené par Claude Puel, sort en 8e de finale, battu par le FC Séville de Frederic Kanouté.

Saison 2011/2012 : Une saison historique mal digérée

Sûrement la campagne où les supporters du Nord ont vécu leur plus grosse désillusion. Sur la lancée de leur historique saison où ils ont réalisé le doublé coupe-championnat, les hommes de Rudi Garcia retrouvent la C1 pour la première fois depuis 4 ans, et leur seul huitième de finale de Ligue des champions à ce jour. Alors que ses stars dont Eden Hazard ne sont pas encore parties, les Dogues visent haut, dans un groupe où l’Inter fait figure de favori, mais où le CSKA Moscou et surtout Trabzonspor sont considérés à juste titre comme largement à la portée des Lillois.

FOOTBALL 2012 Lille - Hazard

Crédit: AFP

Pourtant, loin de leurs objectifs, Rio Mavuba, Florent Balmont, Benoit Pedretti et compagnie terminent bon dernier avec 6 points, incapables de battre les Turcs, et subissant par deux fois la loi des Nerazzurri. Ils voient Trabzonspor leur chiper la 3e place pour un point, avant de perdre leur titre de champion de France aux dépens de Montpellier.

Saison 2012/2013 : Humiliation et déroutes

La deuxième campagne de Ligue des champions de Rudi Garcia à la tête du LOSC est là encore un cauchemar. Troisième de Ligue 1 la saison précédente, les coéquipiers de Dimitri Payet parviennent à passer les barrages, face à Copenhague, mais tombent dans un groupe qui s’annonce compliqué : le Bayern Munich et Valence vont être durs à surprendre pour tenter de finir à une des deux places qualificatives pour la phase finale. Le BATE Borisov, en revanche, doit permettre aux Dogues d’engranger des points.

Florent Balmont Lille BATE Borisov 2012-2013 Ligue des champions

Crédit: AFP

Sauf que, d’entrée, patatras, l’équipe également composée de Tulio De Melo, Salomon Kalou et Marvin Martin chute à domicile face aux Biélorusses (1-3). S’ils se reprennent au retour (victoire 2-0), les Lillois enchaînent par ailleurs les défaites, dont un cinglant 6-1 infligé par le Bayern Munich à l’Allianz Arena, avec notamment un triplé de Claudio Pizarro. Le revers le plus large de l’histoire du club en C1. 4e, Lille sort par la petite porte, et va patienter de longues années avant de revoir la Ligue des champions.

Saison 2019/2020 : Un retour qui se passe mal

Après plusieurs années passées dans un relatif anonymat, entre saisons sans grand relief ou campagnes de Ligue Europa trop vite arrêtées, le LOSC parvient à faire son retour dans la plus belle des compétitions européennes à la faveur d’une saison inattendue en Ligue 1 où, 17es l’année d’avant, les Nordistes terminent l’exercice 2018-2019 à la 2e place. Avec Christophe Galtier- qui leur offrira leur 4e titre de champion de France un peu plus tard -l’histoire se répète malheureusement pour les Dogues.

Quincy Promes (Ajax) buteur face à Lille

Crédit: Getty Images

Dans un groupe où Valence, Chelsea et l’Ajax sont mieux armés, les Lillois vont faire, pour être aimable, office de sparring partners. S’ils ne déméritent à Villeneuve-d'Ascq pas face à Chelsea, désormais tenant du titre, les coéquipiers de Victor Osimhen ne parviennent finalement qu’à prendre un point en six rencontres, sur un but de Jonathan Ikoné à la 95e minute à domicile face à Valence (1-1). Pire défense du groupe avec quatorze buts encaissés, Lille peut remercier le zéro pointé de l’OM en phase de groupe en 2013 pour que son bilan catastrophique ne soit pas encore plus raillé. Gageons que, cette année, la troupe de Jocelyn Gourvennec parviendra à redorer son blason.
Ligue 1
Après les incidents de Lens-Lille, la commission de discipline va se réunir dès lundi
19/09/2021 À 10:40
Ligue 1
"Eux aussi ont un exemple à donner" : Le comportement des spectateurs fustigé
18/09/2021 À 20:17