Une élimination en huitièmes de finale de League Cup sur la pelouse de West Ham, mercredi (0-0, 5-3 t.a.b.). Puis une défaite à domicile contre Crystal Palace, samedi en Premier League (0-2). N'allons pas parler de crise de résultat du côté de Manchester City, troisième du championnat à cinq points du leader Chelsea, et deuxième de son groupe de Ligue des champions à un point de Paris, avant de recevoir Bruges ce mercredi (21h). Mais une chose est sûre, le club mancunien n'est pas dans sa meilleure période.
Et forcément, comme toujours quand la machine se grippe, certains joueurs cristallisent les crispations des supporters. Sur les réseaux sociaux, notamment. Chez les Citizens, un nom commence à régulièrement ressortir depuis quelques matches : celui de Jack Grealish, joueur le plus cher de l'histoire de la Premier League. L'international anglais est un titulaire indiscutable de Pep Guardiola. Sur ses 14 matches disputés depuis son arrivée à City, il en a démarré 12 comme titulaire. En clair, le couloir gauche de l'attaque mancunienne est le sien. Problème, ses statistiques ne collent pour le moment pas à ce statut d'indéboulonnable.

Jack Grealish

Crédit: Getty Images

Ligue des champions
Les clubs étrangers en France devront "en principe" respecter le pass vaccinal
IL Y A 6 HEURES

Aucun but depuis sept matches

Deux buts et trois passes décisives en 14 matches : le bilan n'a rien de catastrophique. Mais le joueur de 26 ans n'a plus marqué depuis le 15 septembre, soit sept rencontres de rang sans trouver le chemin des filets. L'intéressé a évidemment déjà connu de telles séries, même lorsqu'il était la star d'Aston Villa la saison dernière. Mais City n'est pas Villa. Et ce problème d'efficacité ne s'arrête pas à sa situation en club, puisqu'il a attendu sa 16e sélection pour marquer avec l'Angleterre, dans la foulée d'un petit coup de pression de son sélectionneur à ce sujet.
Des Three Lions avec lesquels un malaise semble également couver. "Pourquoi il a été remplacé? C'est un mystère. C'est étrange mais peut-être que Gareth Southgate ne pense pas qu'il s'intègre dans son type d'équipe", déclarait ainsi son agent Jonathan Barnett, au sujet de sa sortie à l'heure de jeu contre la Hongrie le 12 octobre dernier, alors qu'il était l'un des joueurs les plus actifs sur la pelouse. Peu de statistiques, mais beaucoup d'activité : Grealish est fidèle à lui-même en ce début de saison, quel que soit le maillot porté.

Jack Grealish remplacé contre la Hongrie avec l'Angleterre

Crédit: Getty Images

Ce sont les conséquences qui varient. Si le sélectionneur anglais est moins patient, Guardiola continue de lui faire confiance, presque aveuglément. Mais tout est dans le presque. Car le technicien espagnol, au-delà du manque de concurrence à gauche – Raheem Sterling est méconnaissable, Phil Foden est aligné dans l'axe en l'absence de Ferran Torres – voit justement des éléments auxquels le grand public porte moins d'attention.
Son positionnement est toujours bon
"Son positionnement est toujours bon et il joue très bien si l'on prend la perspective du football, a analysé l'ancien coach du Barça après la défaite contre Palace. Avec de la confiance et un peu plus de temps, il sera agressif pour prendre ses propres décisions pour marquer. Mais quand il a le ballon, tout ce qu'il fait a du sens. Il crée des espaces. A chaque fois qu'il a le ballon, Joao (Cancelo) et Rodri sont seuls et ils peuvent l'utiliser".
C'est une certitude : Grealish ne se cache pas. Canal + dévoilait d'ailleurs avant le match contre les Eagles qu'il était le deuxième joueur à avoir le plus porté le ballon en Premier League cette saison. Un élément que ne manque pas de souligner la presse anglaise – et en particulier mancunienne – à son sujet. Mais le vice-champion d'Europe ne parvient plus à se retrouver dans des positions de conclure ces dernières semaines.

Jack Grealish

Crédit: Getty Images

"Je dois encore trouver sa meilleure position. Les matches qu'il a joués, il les a bien joués", déclarait déjà Guardiola avant le match aller contre Bruges le 19 octobre dernier. Pour le moment, Grealish a joué la grande majorité de ses matches en collant la ligne à gauche, ne débutant dans l'entrejeu que pour son premier match de Premier League avec City, à l'occasion d'une défaite à Tottenham (1-0). La clé sera peut-être, quand Guardiola aura retrouvé une alternative crédible à ses yeux pour le couloir gauche, de donner plus de temps à l'international anglais au milieu de terrain.
Ce serait même, vu de haut, la logique des choses, pour un joueur qui importe visiblement plus par son activité que ses statistiques. Mais si ces débats pouvaient passionner les fans citizens en début de saison, ils sont en train de se transformer en impatience. C'est le lot d'un transfert à 118 millions. Et d'une période où City tourne un peu moins rond.
Ligue des champions
J-35 : Paris et Pochettino face à l'urgence
10/01/2022 À 22:51
Ligue des champions
Pas de retour de Neymar à l'entrainement avant "4 à 5 semaines"
22/12/2021 À 15:37