Le jeu : Le Real dans les cordes, une soirée unique

C'est un match qui défie le sens commun. Parce que Chelsea a signé le match parfait mais que les Blues ne verront pas les quarts de la Ligue des Champions. La faute au match aller (1-3) bien sûr mais surtout à un court mais suffisant réveil à partir de la... 80e minute du Real. Pourtant Chelsea maîtrisait absolument tout : les duels avec un engagement infini, un pressing méthodique et l'abandon de son éternel 3-4-3 au profit de la titularisation de Ruben Loftus-Cheek au milieu. Un changement qui a complètement perturbé l'alignement défensif des Espagnols.
Supercoupe d'Europe
Séduire Ancelotti et déloger Casemiro : Tchouameni, l'épreuve du temps
IL Y A UN JOUR
Incapable de se dépêtrer de Blues transfigurés, les Merengue, qu'on a longtemps pensé condamnés, n'ont pas tiré une seule fois au but en première période, une première depuis plus de 20 ans à domicile en Ligue des champions. Face à un collectif aussi précis et aussi bien préparé, il a fallu deux exploits de Modric et de Benzema. L'histoire est connue même si elle semblait, encore une fois, irréelle et impossible. La fin de match d'une rare intensité à vu se succéder plusieurs balles de matches. KB9 a transformé la sienne. Quelle soirée mais quelle soirée !

Les joueurs : Kanté en souffrance

Luka Modric et Karim Benzema ont encore ébloui le Santiago-Bernabeu. Le premier sur une merveille de passe qui a réveillé son équipe, le second sur son 7e but en trois matches de C1 qui a envoyé les siens en demie. N'Golo Kanté, impliqué sur les deux buts du Real Madrid, n'est, lui, décidément pas dans son assiette cette saison alors que Thiago Silva s'est montré fébrile au pire moment. Pourtant, son compère, Antonio Rüdiger avait montré la voie par sa rage et son engagement sans limite. En vain.

Benzema, Kanté, Camavinga : Comment les Français ont fait basculer le match

Le facteur x : Carlo Ancelotti

Jamais il n'a paniqué. Même quand son équipe a littéralement sombré, le technicien italien a fait preuve d'un rare sang-froid en faisant basculer le rapport de force par ses changements. Eduardo Camavinga, auteur d'une rentrée décisive à la 73e minute, a permis aux siens de reprendre le dessus au milieu de terrain quand Rodrygo, entré en jeu quatre minutes plus tard, a complètement relancé le Real en inscrivant le but de l'espoir.

La stat : 10 sur 12

Ne cherchez pas le roi de la compétition. Le Real règne sans partage. Grâce à cette qualification, les Madrilènes auront disputé 10 des douze dernières demi-finales de la Ligue des champions. Personne ne fait mieux.

La décla : Nacho

Ça me donne la chair de poule... comme à chaque fois que tu vis une nuit comme celle-là au Bernabéu. C'est ça, le Real Madrid.

La question : Le Real peut-il aller au bout ?

Comment ont-ils pu s'en sortir encore une fois ? Eliminés à la 75e minute du match retour face au PSG et face à Chelsea, les Madrilènes sont encore là. C'est un miracle au regard de ce quart de finale retour à sens unique, comme le fut le 8e de finale durant 150 minutes. Mais l'important est ailleurs : le Real Madrid est en demi-finale de la Ligue des champions contrairement au Bayern Munich pourtant ultra-dominateur ce mardi face à Villarreal.

Karim Benzema, buteur face à Chelsea, a qualifié le Real Madrid en demi-finale

Crédit: Getty Images

Le Real sait mieux gérer que les autres ses moments faibles mais, surtout, il optimise ses temps forts. Il n'en a pas fallu beaucoup contre Chelsea. Mais un extérieur du pied insensé de Modric et une nouvelle combinaison Vinicius-Benzema ont suffi au bonheur des Espagnols. Ajoutez-y les exploits de Courtois et la sérénité d'un Carlo Ancelotti impassible et vous obtenez la recette d'une nouvelle qualification héroïque.
Mais le Real peut-il toujours s'en sortir par un trou de souris malgré des limites clairement identifiées Madrid ? Il est tentant de se dire que l'exploit est heureux mais quand il se répète, est-ce encore un miracle ? Dans un passé pas si lointain, le Real s'en est souvent sorti ainsi sans briller sur le seul talent de ses individualités. Le Real a même remporté des Ligue des champions ainsi. Ce n'est plus un exploit, c'est une marque de fabrique, un savoir-faire. Alors bien sûr Cristiano Ronaldo n'est plus là. Mais Karim Benzema n'a jamais été aussi fort.
Supercoupe d'Europe
Götze, un retour en grâce à Francfort... avant la Mannschaft ?
IL Y A UN JOUR
Premier League
Fofana défenseur le plus cher de l'histoire, un pari fou de Chelsea ?
HIER À 18:10