Hugo Lloris : 6,5

Au chômage technique durant une heure, il encaisse un but sur la première action dangereuse des Espagnols. S'il ne peut pas grand-chose, on lui reprochera par contre un jeu au pied catastrophique. Rendre autant de munitions, alors que le ballon brûlait les pieds des Bleus, a contribué à mettre la France dans l'embarras. Mais il sort la parade décisive face à Oyarzabal dans les dernières minutes avant une horizontale incroyable dans les dernières secondes. Le job est fait.
  • En bref… Semelles de plomb mais ange-gardien tout de même.
Equipe de France
Le Graët ouvre la porte des Bleus à Zidane : "Tout le monde y pense pour l'après-Deschamps"
30/11/2021 À 17:16

Benjamin Pavard : 3,5

Coincé entre les exigences offensives et les devoirs défensifs d'un poste qui réclame un gros volume de jeu, Pavard s'est encore perdu sur son côté droit. Un bon centre (8e) à son actif et puis une vraie difficulté à exister. Ses limites techniques ont pénalisé la France dans les sorties de balle tout comme ses hésitations dans le placement. La seconde période fut particulièrement douloureuse quand la Roja a insisté de son côté. Pogba puis Lloris n'ont pas manqué de lui remonter les bretelles furieusement (54e).
  • En bref… Il n'est pas un piston. Définitivement.
Remplacé par Léo Dubois (79e), plein de culot et d'audace.

Jules Koundé : 6

Il gagne en autorité et en confiance au fil des sélections. Ce dimanche, il a joué en patron avec des couvertures, des jaillissements et même un retour éclair plein d'à-propos devant Oyarzabal (45e). Coupable d'une grosse erreur technique (53e), il doit encore progresser dans la concentration.
  • En bref… Le plus solide des défenseurs.

Benzema, Pogba : qui est le meilleur joueur de la finale ? Et du tournoi ?

Raphaël Varane : non noté

Après 40 minutes où il a passé son temps a coupé les trajectoires et à souffrir dans la relance, il est sorti, blessé à la cheville. Mais le boss de la défense française confirme sa baisse de régime en sélection depuis plusieurs mois désormais.
Remplacé par

Dayot Upamecano : 3

Mais que lui passe-t-il par la tête chaque fois qu'il porte le maillot bleu ? Ce dimanche encore, il est mangé par Oyarzabal sur l'ouverture du score alors même qu'il semblait maîtriser la situation. Didier Deschamps continue de lui faire confiance, conscient de son potentiel. Mais que le maillot de l'équipe de France pèse lourd sur ses épaules. Il finit mieux mais le mal était fait.
  • En bref… La patience de Deschamps a sans doute des limites.

Presnel Kimpembe : 5

Lui aussi a démarré avec les idées peu claires à l'image de cette erreur technique qui aurait pu coûter cher (20e). Mais il s'est peu à peu remis dans le match et son goût du combat dans les dix dernières minutes fut une précieuse béquille.
  • En bref… Clair-obscur.

Théo Hernandez : 5,5

Complètement à l'envers en première période, il a cherché la marche avant durant 45 minutes. Le Milanais a connu beaucoup de déchets dans ses sorties de balle et Torres l'a mis au supplice. Ragaillardi par sa frappe sur la transversale, il a fini comme un boulet en position d'ailier et il est, lui aussi, à l'origine du réveil français à l'image de sa passe décisive pour Mbappé (80e).
  • En bref… Il a allumé l'interrupteur à l'heure de jeu.

“Les Bleus n’aiment pas le confort, ils ont besoin d’être bousculés”

Aurélien Tchouaméni : 6

Sa présence physique a posé des problèmes à l'Espagne qui l'a sévèrement séché à plusieurs reprises en début de match. Bien sûr, son grand gabarit n'est pas toujours un atout face à des joueurs petits et très vifs. Il a toujours eu le souci de relancer proprement et il lance l'occasion qui remet les Bleus dans le match sur la transversale d'Hernandez (64e).
  • En bref… 21 ans, 5 sélections mais le garçon n'a pas froid aux yeux.

Paul Pogba : 7,5

Et s'il n'avait pas été là ? Pas toujours irréprochable dans son placement en première période, si la mobilité de Gavi l'a mis dans l'embarras, c'est lui qui réveille des Bleus complètement anesthésiés. Par son comportement, par son impact dans les duels et surtout par la clairvoyance de ses sorties de balle, il a complètement remis la France dans le sens du jeu comme sur le premier but qu'il initie en donnant de l'air au jeu.
  • En bref… P-A-T-R-O-N.

Paul Pogba lors de France-Espagne en finale de Ligue des Nations

Crédit: Getty Images

Antoine Griezmann : 4

C'est lui qui est chargé de faire, de proposer du soutien. Et en première période, on ne l'a pas vu. Quand l'Espagne a mis moins d'intensité et quand Pogba est monté en régime, il a servi de relais pour lancer les flèches. Mais il doit peser plus.
  • En bref… Trop discret.
Remplacé par Jordan Veretout (90e).

Kylian Mbappé : 5,5

Prises de balle mollassonnes, intentions timides et maladresse : la première heure de jeu de Mbappé est d'une infinie pauvreté. Mais ses appels ont fini par faire craquer la Roja et il marque le but qui fait tout basculer. Après tout, c'est ce qu'on lui demande, non ?
  • En bref… Finalement décisif.

"Accorder le but de Mbappé, ce n’est pas dans l’esprit du jeu" : décryptage du tournant du match

Karim Benzema : 8

Il lui en a fallu une, une seule pour transformer un caillou en diamant. Une passe anodine de Mbappé pour une mine croisée en pleine lucarne. En ce moment, il marche sur l'eau et heureusement que les Bleus peuvent compter sur lui. Un caviar pour Hernandez (64e), un autre pour Mbappé (72e) et une dernière demi-heure fantastique. Trente minutes dignes d'un Ballon d'Or.
  • En bref… Sans lui, rien n'aurait été possible.

Karim Benzema et Kylian Mbappé, les deux buteurs des Bleus en finale de Ligue des Nations

Crédit: Getty Images

Les grands récits
Aimé Jacquet, quatre ans pour une étoile
25/11/2021 À 22:53
Equipe de France
Valbuena charge Le Graët : "Quand je faisais les beaux jours des Bleus, il me léchait les bottes"
24/11/2021 À 18:27