L’Ukraine s’offre un exploit. Encore pénalisée par de nombreuses absences, la formation d’Andriy Shevchenko est venue à bout de l’Espagne (1-0), mardi soir, lors de la quatrième journée de la Ligue des Nations. Viktor Tsygankov est venu doucher une Roja largement dominante mais en manque cruel d’efficacité. La formation de Luis Enrique est toujours première du groupe 4 après le match nul de l’Allemagne contre la Suisse dans le même temps (3-3), mais n’a plus qu’un point d’avance sur la Mannschaft et son bourreau du soir.
Celle-là, on ne l’avait pas vue venir. Terrassée par l’équipe de France (7-1) mercredi dernier, battue par l’Allemagne samedi (2-1), l’Ukraine, largement remaniée, a donc fait tomber l’Espagne. En frappant trois fois au but, et en ayant 30% de possession de balle. Bien organisée et solidaire, à l’image de la jeune charnière Zabarnyi-Mykolenko, 18 et 21 ans, la formation de l’ancien buteur du Milan AC a fait mouche grâce à Viktor Tsygankov. Le nouvel entrant a profité d’un caviar d’Andriy Yarmolenko – et du bloc complètement désorganisé de l’Espagne sur un simple six mètres – pour tromper un David De Gea qui avait très mal lu cette action (1-0, 76e).
Ligue des Nations
Festival sans vainqueur
13/10/2020 À 20:40

Bushchan héroïque, Traoré increvable

Le reste ? Une domination presque constante des coéquipiers de Sergio Ramos, qui ont frappé 20 fois au but sans trouver la faille. La faute à un Heorhiy Bushchan héroïque pour sa troisième sélection. Le portier de 26 ans a tenu tête à Rodrigo Moreno (12e), Ansu Fati (15e), Sergio Ramos (22e), Mikel Oyarzabal (71e) ou encore Ferran Torres (73e). Son poteau, lui, s’est chargé d’écœurer Rodri (64e). Mais ne nous arrêtons pas à la feuille de statistiques : le champion du monde 2010 n’a pas livré une prestation de haute volée pour autant lors de ce match de la 4e journée.
Au retour des vestiaires, notamment, les hommes d’Enrique ont manqué d’inspiration durant un gros quart d’heure. Ils ont, plus globalement, encore souffert par instants d’un jeu trop stéréotypé. On retiendra toutefois l’énorme activité d’Adama Traoré, qui n’a cessé de déborder dans son couloir droit pour sa première titularisation. L’ailier de Wolverhampton fera à coup sûr partie des hommes forts du renouveau voulu par Luis Enrique. Qui a de quoi cogiter pour le reste.

Sergio Ramos (Espagne), face à l'Ukraine, en Ligue des Nations - 13/10/2020

Crédit: Getty Images

Qualif. Coupe du monde
Un nul qui profite à la France : l'Ukraine et et la Finlande se neutralisent
28/03/2021 À 21:38
Qualif. Coupe du monde
"Un des matches où j'ai le plus souffert" : Luis Enrique inquiet après le miracle contre la Géorgie
28/03/2021 À 20:15