Il n'a pas quitté la pelouse de la Fortuna Arena de Prague avec le sourire qu'aurait dû faire naître la superbe soirée portugaise entre large succès en République tchèque, défaite du rival espagnol et place de leader du groupe en Ligue des nations. Mais c'est bien la tête baissée que Cristiano Ronaldo a regagné les vestiaires. Non pas qu'il avait quelconque grief à l'encontre de ses partenaires, de ses adversaires ou du public. Il enrageait, intérieurement, plutôt sans doute contre une soirée où rien n'est allé, individuellement, dans son sens.
C'est peu dire que le début de saison de CR7 à Manchester United laisse perplexe. Peu utilisé par Erik ten Hag en Premier League, compétition dans laquelle il n'a joué qu'un seul match complet (la gifle contre Brentford) et où il est souvent utilisé dans la dernière demi-heure au mieux, le Portugais aurait pu bénéficier de ce voyage en sélection pour s'aérer la tête et retrouver la confiance. Pour la première partie, lui seul jugera si ce détour par le sud de l'Europe lui a fait du bien. Pour la seconde, on jurera que le duel en Tchéquie n'a pas eu d'effet positif, au contraire.
Coupe du monde
Ramos, première fracassante, ascension fulgurante
HIER À 23:13

Un choc impressionnant, un nez en sang

Il faut reconnaître que débuter un match par une rencontre bien infortunée avec les paumes du gardien adverse sur un duel aérien n'est jamais un bon présage pour la suite. Sur un centre de William Carvalho, un Ronaldo hors-jeu a devancé la sortie de Tomas Vaclik. Mal lui en a pris puisque c'est avec le nez explosé, et donc en sang, qu'il a repris ses esprits au sol. Il a fallu de longues minutes pour arrêter le saignement et permettre à CR7 de reprendre le match. Tous ses esprits, aussi ? Nous sommes en droit d'en douter, au vu de son raté quelques minutes plus tard, seul face au but sur un décalage de Bruno Fernandes.
Les deux joueurs de Manchester United ont mis à profit leurs automatismes en première période. Sur cette action donc et sur une autre quelques minutes plus tard, quand le centre du second a trouvé le premier pour une reprise de volée… complètement manquée. Décidément pas en réussite, Ronaldo pestait contre lui-même. Et ce n'est pas la suite qui allait arranger les choses.
Juste après le but du break de Fernandes, c'est dans l'autre surface que Ronaldo s'est fait remarquer. Une main pour se protéger la tête sur un corner dévié par son partenaire et l'arbitre de la rencontre devait, après consultation du VAR, désigner le point de penalty. Difficile de faire pires 45 premières minutes pour le quintuple Ballon d'Or. Seule satisfaction ? Que Patrick Schick, l'autre meilleur buteur de l'Euro 2020, ait envoyé ce penalty au-dessus de la barre transversale.

La main et le penalty concédé par Cristiano Ronaldo lors de République Tchèque - Portugal

Crédit: Getty Images

Décisif quand même

Après avoir célébré le doublé de Diogo Dalot en tout début de seconde période, Ronaldo envisageait sans doute que son heure allait arriver. Il ne se trompait pas tout à fait mais la longue période de domination tchèque, bien aidée par un Portugal un peu moins exigeant avec une telle avance, a fait disparaître l'attaquant de Manchester United des débats pendant de longues minutes. Il allait tout de même se mettre en évidence pour dévier de la tête un corner et permettre à Diogo Jota de marquer au second poteau, sa 43e passe décisive sous le maillot de la Seleçao mais surtout son premier geste décisif dans le jeu cette saison après un penalty inscrit contre Tiraspol en Ligue Europa.
Ce n'est donc pas cette première sortie dans cette trêve internationale qui a totalement remis Cristiano Ronaldo sur les rails. En manque de temps de jeu et donc de rythme, l'attaquant portugais a néanmoins fait de nombreux efforts qui paieront peut-être pour la suite. Dès mardi face à l'Espagne ? A l'entraînement, la star portugaise est apparue touchée mais déterminée. La Seleçao aura besoin de son buteur pour conserver la tête du groupe et viser un deuxième sacre en Ligue des nations après celui de 2019.
Coupe du monde
Cristiano Ronaldo remplaçant ? "C'était un choix stratégique", selon Santos
HIER À 22:19
Coupe du monde
Ramos rêve éveillé, collectif sublimé, Nati sans idée : Les tops et flops
HIER À 21:47