Dans un océan d'incertitudes, un climat vicié par les affaires extra-sportives, une cascade de blessures et des interrogations légitimes sur le vrai niveau des champions du monde, Raphaël Varane et Antoine Griezmann ont offert une vraie bouffée d'oxygène jeudi à une équipe au bord de l'asphyxie.

Raphaël Varane après la victoire des Bleus contre l'Autriche

Crédit: Getty Images

Pour des raisons différentes, les deux tauliers des Bleus avançaient vers le Qatar dans des situations inconfortables. Le Mancunien, après une saison ratée à Manchester et des blessures répétées en Bleu, se cherchaient de nouvelles références. Le Madrilène, cloué sur le banc en club après des blessures et une longue période sans but, voulait retrouver de l'influence.
Coupe du monde
"Une seule équipe m'impressionne plus que l'Angleterre… La France, malheureusement"
IL Y A 9 HEURES
Ce n'est qu'un match face à l'Autriche mais il a inversé les dynamiques et rappelé que, derrière les statistiques, les classements et ce qu'ils racontent, ces deux-là vont beaucoup mieux qu'on ne le croit. Jeudi, les Bleus ont retrouvé le Varane qui les avait portés au sommet en 2018. Impeccable dans les duels, particulièrement dans les airs, d'une sérénité à toute épreuve, il faudra valider le test face à des formations plus ambitieuses mais dans l'attitude et tout ce qu'il a dégagé au Stade de France, Varane est redevenu Varane l'espace de 90 minutes. Lui qu'on avait laissé blessé et meurtri en mars et en juin, hésitant et fébrile à l'Euro.

Mbappé en fait-il trop ? "C'est la nature même de son jeu et de sa personnalité"

Varane ? Il met tout le monde dans la bonne direction
Mais il ne faut pas gratter bien longtemps pour comprendre pourquoi l'ancien Lensois a retrouvé de sa superbe en sélection. Son coach à Manchester United le sait mieux que tout le monde : "Avec ce Rapha Varane comme leader, il met tout le monde dans la bonne position", assurait Erik ten Hag mi-septembre alors que les Red Devils n'avaient encaissé que 2 buts lors des 495 minutes passées par Varane sur le terrain. Avec le champion du monde, ils ont remporté cinq victoires, sans lui, ils ont essuyé trois défaites.
"L'immense" Varane, comme l'a encore qualifié son coach, a propulsé le pauvre Maguire sur le banc, le voilà qui donne enfin sa pleine mesure en club et, donc, en sélection. Une résurrection ? "Le mot est petit peu fort, a-t-il commenté samedi J’ai eu une pré-saison complète, j’ai bien travaillé physiquement et j’enchaine les matches, je me sens bien, je me sens mieux et ça se voit. Au début de saison, il a fallu batailler pour m’exprimer sur le terrain et accepter le challenge, j’espère que ça va continuer comme, ça."
Antoine est bien sur le plan psychologique et athlétique
Pour Griezmann, sa prestation dense de jeudi ne vient pas non plus de nulle part. Si, avant le derby madrilène, il était contraint de ne jouer qu'un tiers des matches de son équipe pour une sombre histoire de clause, cela ne l'a pas empêché de peser davantage sur le destin de l'Atlético que quand il jouait l'intégralité des matches l'an passé. Il a d'abord mis fin à une disette de sept mois sans marquer puis offert la victoire en Ligue des champions dans le temps additionnel. De miettes, Grizou en a fait un petit banquet qui l'a remis sur les rails.

Un 3-5-2 adopté pour de bon ? "Oui mais difficilement viable pour être champion du monde"

Lui qui avait traversé le mois de juin comme une ombre avec l'équipe de France a retrouvé des couleurs jeudi. Ce n'est pas encore le maître à jouer de 2018 ni le tueur à gages de 2016 mais, à l'image de sa passe décisive pour Giroud, Griezmann a retrouvé du pouvoir dans l'entrejeu. "Antoine est bien sur le plan psychologique et athlétique malgré sa situation en club", a commenté son sélecitonneur.
Pour Didier Deschamps, voilà deux bonnes nouvelles auxquelles s'accrocher et elles sont suffisamment rares en cette séquence de rentrée pour les chérir. Jeudi, il n'a pu aligner que trois cadres (Griezmann, Varane, Mbappé) et face aux doutes qui escortent les autres patrons (Pogba, Lucas Hernandez, Kanté), la renaissance des deux patrons des Bleus rappelle pourquoi la France a été championne du monde. Et pourquoi, aussi, elle pourrait le redevenir.
Coupe du monde
A-t-il déjà été aussi fort ?
IL Y A 10 HEURES
Coupe du monde
Les chaînes de Koundé, DD n'a pas aimé : "Jules a eu de la chance de ne pas être en face de moi"
IL Y A 12 HEURES