Le football a ceci de particulier que l’on demande à ses acteurs de briller avec leurs pieds et de supporter tout le reste avec leur tête. La tête et les jambes vont de pair, c’est vieux comme le monde. Quand ça va en haut, ça se passe souvent bien en bas. Et quand grain de sable il y a, celui-ci s’attaque souvent au cerveau avant d’enrayer le reste de la machine. Didier Deschamps, autant que les autres, sait que l’équilibre d’une équipe tient aux hommes qui la composent, à leur bien être individuel qui rejaillit sur le groupe. Ce postulat, simple, est au cœur du dilemme Olivier Giroud.
112 sélections et 48 buts font du Milanais, possible futur champion d’Italie, l’un des membres les plus éminents de l’histoire de l’équipe de France. Un membre éminent qui avait disparu des radars après l’Euro, celui de son spectaculaire déclassement en raison du retour de Karim Benzema, après pas loin de cinq ans de bannissement. Giroud avait peu goûté au retour de KB(1)9, au déplacement du centre de gravité de l’attaque bleue et l’avait fait savoir à sa manière et dès la préparation du Championnat d’Europe, alors que les ballons n’arrivaient pas dans ses pieds comme il l’aurait aimé. La suite, vous la connaissez.
Equipe de France
Deschamps : "Je ne mets pas Olivier sur le terrain pour que ça se passe mal…"
26/03/2022 À 01:46
https://i.eurosport.com/2021/06/14/3153408.jpg
Écarté, Olivier Giroud (35 ans) n’a jamais renoncé. Sans lui, la France s'est redressée, a gagné une Ligue des Nations. Et puis, Karim Benzema s’est blessé au mollet gauche en mars. Didier Deschamps a donc de nouveau fait appel au Milanais. Parce que Benzema n’était pas là. DD et Giroud ont parlé, crevé l’abcès et Giroud a brillé. Deux matches face à la Côte d’Ivoire (2-1) et l’Afrique du Sud (5-0), deux buts. Un attaquant inoxydable et revenu pour de bon ? Telle est la question.

Une configuration Coupe du monde

Si ses vieux partenaires, ses proches du groupe France, tel Hugo Lloris, sont persuadés du bienfait du retour de l’ancien d’Arsenal, Didier Deschamps, lui, reste sur ses gardes. Et, du premier jour du rassemblement à la victoire obtenue à Lille face aux Bafana-Bafana, le sélectionneur n’a pas varié d’un iota.

Deschamps sur Giroud : "Quand un joueur n’a plus le même statut c’est très difficile à vivre"

"C’est toujours la grande difficulté d’avoir un joueur qui a un statut, qui l’a mérité… S’il n’a pas ce même statut et qu’il est toujours là, c’est difficile à vivre. Pour ne pas dire impossible. C’est humain, concédait Didier Deschamps au début du rassemblement printanier. Quand on est habitué à avoir 100, si on doit se satisfaire de 40… Ce n’est pas spécifique à Olivier, mais c’est très très difficile à vivre. Quand un joueur a mérité cet acquis, c’est très compliqué. (...) Je considère qu’un joueur qui est habitué à avoir un statut, c’est compliqué de lui donner moins, sur le plan humain".
Tout le dilemme Giroud est résumé ici. Si le Milanais vient en équipe de France, c’est désormais pour jouer les remplaçants de luxe, parce que la doublette Benzema -Mbappé a pris le pouvoir. Et Giroud doit l’accepter. En juin 2021, ce fut compliqué. En mars 2022, il n’a pas eu besoin de s’y faire. Arrive juin 2022, avec quatre rendez-vous de Ligue des Nations face au Danemark (3 juin), en Croatie (6), en Autriche (10) et encore face aux vice-champions du monde croates (13). Quatre matches, un rassemblement d’une quinzaine de jours, Benzema dans les parages, ça ressemble à une configuration de Coupe du monde au Qatar. Avouez qu’il serait dommage que DD ne tente pas de lever les doutes. C'est l'occasion ou jamais.
Ligue des Nations
Il faut purger le football
15/06/2022 À 17:33
Ligue des Nations
"Tu ne sais pas ce que tu fais" : Southgate tancé après une fessée historique
14/06/2022 À 22:04