L'exploit de la Suisse ! Ce samedi soir, la Nati s'est imposée en Espagne (1-2), lors de la cinquième journée de la Ligue A de la Ligue des nations. A La Romareda de Saragosse, le but de Jordi Alba n'aura finalement pas suffi pour la Roja (55e), face aux deux réalisations de Manuel Akanji (21e) et Breel Embolo (58e). Au classement du groupe 2, les hommes de Luis Enrique glissent en deuxième position et laissent leur fauteuil de leader au Portugal, net vainqueur en République tchèque (0-4). Quant aux Suisses, ils ne sont plus lanternes rouges et ont désormais leur destin entre les mains.
Coupe du monde
Le Brésil tient son rang
IL Y A UNE HEURE
Au coup d'envoi, beaucoup s'attendaient à voir Alvaro Morata titularisé à la pointe de l'attaque. L'avant-centre de l'Atlético de Madrid n'est même pas entré en jeu. Et pour cause, Luis Enrique avait choisi de se priver de vrai numéro 9, préférant faire confiance, d'entrée, à Marco Asensio, qui ne comptait que onze petites minutes de jeu, depuis le début de cette saison, avant cette rencontre.

Sommer a été impérial

Et à la 55e, le sélectionneur de la Roja a certainement cru que son choix avait été le bon, lorsque le numéro 10 espagnol, après une chevauchée impressionnante, a su mettre sur orbite Jordi Alba, auteur de l'égalisation d'une frappe du gauche sous la barre (55e, 1-1). La toute première frappe cadrée de l'Espagne dans cette rencontre. La Roja n'a pas réussi à cadrer un tir dans une première période d'un match de la Ligue des nations pour la première fois (17 matches).

Espagne - Suisse

Crédit: Getty Images

De son côté, Asensio a délivré dix passes décisives en 22 apparitions pour sa sélection depuis janvier 2018, toutes compétitions confondues, plus que tout autre joueur de l'équipe nationale durant cette période. Le Madrilène a ensuite tenté lui-même sa chance, sur une frappe lointaine, mais Yann Sommer s'est montré impérial (62e). Tout comme devant deux entrants, à savoir Marcos Llorente, auteur d'une frappe enroulée (76e) ainsi que Carlos Soler (90e+2). A ce moment-là, l'Espagne courrait donc à nouveau après le score.

Deuxième victoire de la Suisse contre l'Espagne dans son histoire

Et pour cause, bien qu'acculés sur leur but pendant la majorité de cette rencontre, les Suisses ont fait preuve d'une belle efficacité et surtout d'une bonne capacité de réaction. Car, seulement trois petites minutes après l'égalisation d'Alba, Breel Embolo a su reprendre, à bout portant, une déviation de Manuel Akanji, sur un corner (58e, 1-2). C'est ce même Akanji qui s'était mué en buteur, dans le premier acte, déjà sur un corner, d'une tête piquée en pleine lucarne (21e, 0-1). L'Espagne a concédé deux buts sur corner dans le même match pour la première fois, toutes compétitions confondues, depuis au moins janvier 2004.
Dans ce premier acte, les hommes de Murat Yakin, qui n'ont que rarement eu le ballon dans l'ensemble (25% de possession), se sont montrés plus tranchants et Granit Xhaka (14e) mais également Xherdan Shaqiri (43e) ont eu l'opportunité de tester Unai Simon. L'Espagne, qui n'avait perdu qu'un seul de ses 56 derniers matches chez elle avant cette rencontre, conserve évidemment ses chances de voir le Final Four, avec une "finale" au Portugal, mardi soir (20h45). Quant à la Suisse, l'exploit est donc immense. Car si la Nati peut espérer rester en Ligue A, elle s'impose contre la Roja pour la deuxième fois de son histoire, après leur opposition en phase de groupes de la Coupe du monde 2010 (0-1).

Espagne - Suisse / Ligue des nations

Crédit: Getty Images

Coupe du monde
Et si la chance de l'Allemagne, c'était "Lücke" ?
IL Y A 21 HEURES
Coupe du monde
L'antisèche : Comme quoi, des numéros 9, ça sert toujours
IL Y A 21 HEURES