C'est une petite coïncidence qui n'est pas totalement passée inaperçue. Jeudi à Séville, Gavi a quitté le terrain à la 81e minute du match qui opposait l'Espagne au Portugal. Sous les ovations du public de Benito-Villamarin, conquis par la performance du milieu de 17 ans formé au Betis, bien au-delà de son travail remarquable sur l'ouverture du score espagnole par Alvaro Morata. La Roja était encore devant au tableau d'affichage à ce moment-là. Une minute seulement après la sortie du Barcelonais, ce n'était déjà plus le cas. Et la sélection de Luis Enrique a dû se contenter d'un nul frustrant face aux Portugais (1-1).
Un être vous manque et tout est dépeuplé ? Le raccourci est évidemment trop rapide. Et Luis Enrique s'est bien gardé de le prendre en déclarant après la rencontre que personne n'était "indiscutable". Mais dans les faits, le milieu barcelonais s'est imposé comme un titulaire inamovible de la sélection espagnole depuis ses débuts lors de la phase finale de la dernière Ligue des nations en octobre dernier. Sur cette période, la Roja a disputé sept rencontres et Gavi a débuté à six reprises. L'Espagne n'a connu qu'une défaite sur cette période, face à la France en finale de la Ligue des nations (1-2), pour cinq victoires et un nul, contre le Portugal.
Ligue des Nations
Sans CR7, le Portugal chute et laisse l'Espagne lui passer devant
12/06/2022 À 20:42

"Un joueur unique"

Le milieu barcelonais n'y est certainement pas pour rien dans le renouveau de la Roja. Les résultats de la Seleccion justifient la confiance placée en lui par Luis Enrique, sous le charme de son joueur. "J'ai le sentiment que Gavi est encore un inconnu dans le football espagnol, a-t-il lancé après le nul contre le Portugal. Son jeu ne consiste pas uniquement à courir : il se bat, mais c'est aussi un joueur de très haut niveau sur le plan offensif, un pur joueur intérieur, capable d'utiliser les deux pieds, de marquer des buts, qui a une excellente dernière passe... Il a un potentiel physique énorme pour un joueur de 18 ans (Gavi les aura le 5 août, NDLR). Honnêtement, vous le comprendrez à l'avenir, mais c'est un joueur unique."

"L'écran de fumée" Lewandowski : à quel mercato le Barça doit-il s'attendre ?

Un profil déjà ultra-complet, alors que Gavi possède encore une marge de progression importante compte tenu de son âge. L'Espagne savait déjà qu'elle tenait un petit joyau, mais elle en a eu la confirmation match après match. Comme le Barça en a pu faire l'expérience cette saison. Le milieu y a fait 46 apparitions toutes compétitions confondues et s'est imposé, là aussi, comme un élément moteur de l'entrejeu catalan. Même si Luis Enrique estime que Gavi n'y est pas forcément reconnu à sa juste valeur. "Lorsqu'il joue au Barça, on met souvent en avant ses qualités défensives, mais Gavi est bien plus que ça", a lancé le sélectionneur espagnol jeudi.

Laporta-De La Peña, friture sur la ligne

Justement. Le FC Barcelone a déjà eu le temps de mesurer à quel point Gavi constituait un enjeu énorme pour l'avenir du club. Un peu comme Pedri, que le Barça a réussi à prolonger. Mais le cas Gavi semble plus compliqué au regard des difficultés. Les négociations avec Ivan de la Peña, ancien blaugrana désormais agent du joueur, sont particulièrement délicates pour la prolongation d'un contrat qui expire dans un an. "L'agent a une offre de prolongation sur la table depuis beaucoup de temps, révélait le président barcelonais Joan Laporta fin mai dans les colonnes de L'Esportiu. Nous n'avons pas de nouvelles. Tout ce qu'on sait, c'est qu'il est en train de tout comparer et qu'à un moment, il devra dire quelque chose. Nous on a fait connaître notre position, et pour l'instant, l'agent du joueur ne l'accepte pas."
La situation de Gavi est une angoisse pour le Barça. Les difficultés de trésorerie du club catalan ne lui permettent pas de consentir un effort financier important pour son jeune milieu. Le joueur, lui, n'a jamais caché sa volonté de poursuivre sa carrière au FC Barcelone. Et son agent ne pousserait pas forcément pour un départ de son client. Mais de la Peña a été un peu échaudé par les déclarations de Laporta et Marca indiquait fin mai que l'agent de Gavi restait sans nouvelle de la direction barcelonaise pour une nouvelle offre. Elle a fini par tomber selon Fabrizio Romano.

Une clause estimée à 50 millions

Le journaliste italien, spécialiste du mercato, a même laissé entendre que la tendance était plutôt à l'optimisme du côté barcelonais. Cependant, les divergences de point de vue avec la direction catalane, et la tension qui s'est installée entre les deux parties, ne favorisent pas forcément un accord. Et les rumeurs d'une possible affaire extra-sportive mêlant son coéquipier Gérard Piqué n'arrangent rien à la situation. Mais pour le Barça, il y a urgence. Non seulement parce que le contrat de Gavi expire dans un an, mais aussi parce qu'il comporte une clause libératoire estimée à 50 millions d'euros selon la presse espagnole. Elle fait du milieu barcelonais un objectif particulièrement attractif sur le mercato.
Liverpool, le Bayern Munich et Chelsea se seraient déjà positionnés. Mais à la limite, c'est presque surprenant qu'il n'y ait pas davantage de prétendants compte tenu du talent, du potentiel et de la situation contractuelle de Gavi. La performance du milieu espagnol face au Portugal est déjà de nature à relancer les convoitises à son égard. De ce point de vue, les trois matches encore au programme de l'Espagne dans ce mois de juin ne jouent pas en faveur du Barça. Ils seront autant d'occasions pour Gavi de s'affirmer encore un peu plus comme le cœur de la Roja. Et pour Barcelone, de voir son joyau briller si fort qu'il pourrait bien finir par lui glisser entre les doigts.
Ligue des Nations
Sarabia offre un précieux succès à l'Espagne
09/06/2022 À 20:45
Ligue des Nations
Le Portugal engrange et reste en tête
09/06/2022 À 20:43