Getty Images

Betis Séville - Rennes (1-3) - Audace, pressing et convictions : Chapeau Stéphan

Audace, pressing et convictions : Chapeau Stéphan

Le 22/02/2019 à 08:58Mis à jour Le 22/02/2019 à 19:22

LIGUE EUROPA - Pour avoir appris de ses erreurs du match aller, le Stade Rennais s'est qualifié pour la première fois de son histoire pour les 8es de finale d'une Coupe d'Europe. Il le doit à son coach, Julien Stéphan, dont l'audace a été récompensée.

Il est très facile de moquer le Stade Rennais, son palmarès famélique, sa propension à s'écrouler sans cesse dans les moments qui comptent. Mais ce jeudi soir, dans un stade Benito Villamarin rempli à ras bord et chauffé à blanc par une ambiance de corrida, les Bretons ont trahi leur ADN pour bomber le torse, lever le menton et offrir le premier 8e de finale de Coupe d'Europe au SRFC. Et c'est parce qu'ils n'ont pas eu peur que Ben Arfa, Grenier et tous les autres s'en sont sortis. Malgré un match aller (3-3) qui n'annonçait rien de bon, malgré un contexte hostile et malgré cette indécrottable réputation de loser. Cette petite révolution, c'est le coach, Julien Stéphan, qui l'a orchestrée.

Le tout jeune technicien, si convaincant depuis sa prise de pouvoir en décembre dernier, a joué l'audace. Il fallait marquer bien sûr mais aligner d'entrée Niang, Sarr, Ben Arfa et Hunou et leur associer en milieu axial Bourigeaud et Grenier, soit six joueurs offensifs de formation, voilà une sacrée preuve de culot. Mais Stéphan a joué le tout pour le tout. Chapeau. "On avait un plan, a révélé Hatem Ben Arfa au micro de RMC Sport. On a eu beaucoup de possession de balle alors qu'on était à l'extérieur, et on a répondu mentalement. On a fait preuve d'une grande personnalité."

"On est allés les chercher très haut"

Pas de calcul, de l'audace : la recette de l'exploit. Bien sûr, Rennes a traversé une grosse zone de turbulences en début de seconde période, mais sans jamais paniquer et en s'appuyant sur la vitesse de ses flèches. Malgré un Ben Arfa très moyen et le sort d'un match qui semblait échapper à ses hommes, Stéphan a conservé sa confiance à tous ses joueurs offensifs. Et dans les arrêts de jeu, c'est une accélération de Ben Arfa qui a permis à Niang d'envoyer Rennes en 8e de finale et de récompenser l'audace de son coach.

En début de rencontre, c'est l'immense pressing orchestré par les Rennais qui a mis en grosses difficultés le Betis Séville. Au regard du match aller, les Espagnols ne s'attendaient sans doute pas à une telle entame. Et si les Bretons ont plié la rencontre après trente minutes, ce n'est pas tout à fait un hasard. "On est allés les chercher très haut, on est contents, a continué HBA. Après, c'était important de défendre tous ensemble."

Rennes a "appris de ses erreurs"

Rennes a surtout "appris de ses erreurs du match aller", comme l'a très bien souligné Julien Stephan après la rencontre. "On voulait jouer crânement notre chance, les joueurs l'ont bien fait", a continué le coach rennais. "On avait réussi à leur poser de grosses difficultés la semaine dernière puis on avait trop subi. On voulait être ambitieux et courageux sur le match. Jouer à fond et ne pas avoir de regrets." Les Rennais n'en auront pas. Les voilà en 8es de finale. Ce jeudi, plus personne n'a envie de se moquer d'eux. Bien au contraire.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0