Fragilisé par un épouvantable mois de novembre, Patrick Vieira doit prouver qu'il reste l'homme de la situation jeudi lors de la réception du Bayer Leverkusen en Ligue Europa, une compétition dont les Aiglons sont déjà quasiment éliminés. Sauf miracle absolu, les Niçois feront leurs adieux à la C3 dès ce jeudi et la 5e journée. Car seul un succès par au moins quatre buts d'écart leur laisserait un espoir de qualification, et il serait infime.

Ligue Europa
L'Angleterre puissance 4, le LOSC risque d'affronter un gros : La liste des qualifiés en 16es
10/12/2020 À 22:01

Face aux Allemands, vainqueurs 6-2 au match aller, le principal objectif est donc bien de relever la tête après une très mauvaise série qui a laissé Vieira en grande difficulté. S'il fait partie des clubs français les mieux armés pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie grâce à son propriétaire, le groupe Ineos, l'OGCN a plongé sur le terrain, avec une crise de résultats et de confiance soldée par quatre défaites de rang.

Chaque année, il y a eu des moments compliqués

Deux revers en C3 ont fait mal face au Slavia Prague (3-2 et 3-1), mais moins sans doute que ceux subis en championnat devant le voisin Monaco (2-1) puis dimanche en point d'orgue face à la lanterne rouge Dijon (3-1), qui n'avait jusqu'alors pas gagné un match. Au pied du podium de Ligue 1 le 1er novembre après sa victoire à Angers, l'OGCN a plongé au 11e rang (avec 1 match en retard à jouer à Marseille) et a quasiment dit adieu à ses ambitions de 16e de finale sur la scène européenne : la chute est vertigineuse. "Je suis en train de faire ma troisième saison. Chaque année, il y a eu des moments compliqués. On a toujours trouvé la force tous ensemble pour retourner la situation", a pourtant assuré Vieira.

Combien de Ballons d'Or Maradona aurait-il gagné (s'il avait été éligible) ?

Le champion du monde 1998 est tout de même en première ligne, même si les dirigeants niçois n'ont guère l'habitude de trancher dans le vif une fois la saison lancée. Le tandem Jean-Pierre Rivère/Julien Fournier n'a ainsi écarté qu'un seul technicien en cours d'exercice : Eric Roy en novembre 2011, soit cinq mois après leur prise de fonction. Mais, privés de stade, les supporters se font entendre avec virulence sur les réseaux sociaux où certains ont lancé une pétition réclamant le départ du coach. "Je suis au courant de ces critiques, j'essaie de faire front et de trouver des solutions", a assuré l'ancien Gunner.

Ce n'est pas le coach qui joue

Patrick Vieira, dont le contrat expire en fin de saison, n'a pas non plus cherché d'excuses, dont certaines auraient pourtant été recevables comme la grave blessure de Dante ou l'avalanche de cas de Covid qui a frappé le club. Mais après le désastreux spectacle proposé face à Dijon, lui et ses hommes doivent montrer contre Leverkusen qu'ils sont capables de reprendre le bon chemin. "On a fait un match catastrophique dont on a honte... Ce n'est pas le coach qui joue. Ses consignes sont claires", a reconnu le néo-capitaine Pierre Lees-Melou.

Rivière a mis la pression

De son côté, le président Rivère, qui par le passé avait soutenu Claude Puel ou Lucien Favre dans les périodes les plus compliquées, a donné le ton au micro de Canal + dimanche : "Pour l'instant, sur le plan sportif, on n'est pas dans le projet Ineos. Il faut vite se mettre au travail pour trouver des solutions car pour l'instant, cela ne nous convient pas", a-t-il conclu.

Ligue Europa
Lille laisse filer la première place
10/12/2020 À 21:54
Ligue Europa
Nice s'en va sur une défaite
10/12/2020 À 19:54