Et quatre de plus qui font neuf ! Si le rival marseillais peine à briller en Ligue Europa, ce n'est pas du tout le cas de l'attaque de l'Olympique Lyonnais qui tourne à plein régime en milieu de semaine. Mais, contrairement aux Rangers (0-2) et à Brondby (3-0), il a fallu faire avec un handicap de deux buts après seulement 20 minutes de jeu. Un mauvais départ qui n'a pas empêché à l'OL de glaner un troisième succès pour trôner en tête de son groupe et qui a donné une autre saveur à cette soirée européenne.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Tout allait mal. Comme l'ont révélé Canal + et L'Equipe, Lucas Paqueta était arrivé en retard à la causerie de Peter Bosz avant le rendez-vous face au Sparta Prague. Résultat, c'est du banc que le Brésilien a assisté au premier but chanceux des Tchèques (4e). A peine remis de ses émotions, le maître à jouer de l'OL comprenait que la soirée allait être vraiment difficile quand Haraslin doublait la mise (19e), trompant Anthony Lopes au premier poteau. Avant de reconnaître qu'il avait adoré la réaction de son équipe, Juninho, le directeur sportif des Gones, a quand même insisté sur cette entame catastrophique.
Ligue Europa
Même mené 2-0, l'OL poursuit son sans-faute
21/10/2021 À 20:56

"On ne peut pas commencer un match comme ça"

"Le début de match manquait d'agressivité, d'envie de gagner les duels. Le coach en avait beaucoup parlé avant le match mais parfois ça arrive, a analysé le Brésilien au micro de W9. On arrive à gagner un match qu'on a mal démarré mais il faut tirer les leçons des 10 ou 15 premières minutes". Peter Bosz, agacé sur son banc de touche, a dû attendre la pause pour dire à ses ouailles ce qu'il pensait de leur performance. "La première période était difficile mais le coach nous a parlé à la mi-temps. On s'est remis la tête sur les épaules", assure Bruno Guimaraes auprès de Canal +. "On ne peut pas commencer un match comme ça. Les cartons jaunes, le carton rouge, c'est aussi parce qu'on a mal commencé", a regretté Bosz de son côté.
Bien que Karl Toko-Ekambi avait remis les siens sur les rails juste avant l'entrée aux vestiaires (42e), le coach néerlandais a procédé à deux changements pour faire réagir ses hommes. Kadewere et Henrique out, Emerson et Paqueta in, il n'a pas fallu longtemps aux Lyonnais pour revenir au score. Chose faite grâce à un Houssem Aouar, capitaine et déterminé sur le but de l'égalisation (52e). "Il faut noter la réaction de l'équipe et la deuxième période qui nous permet de marquer quatre buts, note celui-ci. On a eu de l'orgueil et on a su l'allier aux qualités qu'on a offensivement. A la pause, on a su se dire ce qui n'allait pas. C'est là qu'on voit qu'on est un groupe avec du caractère et des leaders."

Scénarios dingues, L1 déprimante : les tops et flops de la 3e journée

Paqueta, encore

Parmi ces leaders figure évidemment Lucas Paqueta. Buteur pour le 3-2, le Brésilien, en immense forme ces derniers temps, n'est pas étranger au meilleur rendement de son équipe. "En deuxième période, c'était presque parfait à mon avis", avance même son compatriote, Bruno Guimaraes. Presque parfait sans doute. Après tout, ce n'est pas tous les jours qu'une équipe inscrit quatre buts en 45 minutes.
Et même l'expulsion de Malo Gusto à un quart d'heure de la fin n'a pas changé grand-chose. Certes le Sparta a marqué en toute fin de match mais Toko Ekambi avait pris soin d'alourdir le score quelques minutes plus tôt. Avec ce succès, l'OL se place parfaitement pour une qualification directe pour les 8es de finale via la première place de son groupe. Surtout il confirme la belle victoire de Monaco après une période plus difficile.
Ligue 1
"Bien sûr que ça m'inquiète" : Jusqu'où peut tenir Bosz, principal responsable de la crise à l'OL ?
IL Y A 9 HEURES
Ligue 1
Lyon se fait surprendre
HIER À 21:53