On le savait, ils l'ont fait. Sans doute beaucoup plus tôt qu'on l'espérait, mais voilà Lyon d'ores et déjà au rendez-vous des 8es de finale de la Ligue Europa au terme d'un parcours immaculé (quatre matches, quatre victoires). Pour la quatrième fois consécutive en Europe, voilà les Gones au rendez-vous du tableau final et plus vite que n'importe quelle équipe engagée dans la compétition cette saison. C'est une tradition qui entretient la carrure de Lyon sur le Vieux Continent. Pas toujours au rendez-vous de ses ambitions nationales depuis quelques années, l'OL ne tergiverse jamais en milieu de semaine. Petite ou grande Coupe d'Europe, peu importe, Lyon, demi-finaliste de la Ligue des champions à l'été 2020, soigne le coefficient UEFA année après année.

Islam Slimani (OL) contre le Sparta Prague en Ligue Europa, le 4 novembre 2021

Crédit: Getty Images

Sur la ligne de départ, seul Naples en possédait un plus élevé que celui de l'OL parmi les 32 clubs engagés en Ligue Europa. Et Jean-Michel Aulas avait prévenu l'été dernier : "Notre objectif numéro un sera d'aller chercher la Ligue Europa. Même si c'est prétentieux, il faut la jouer pour la gagner. C'est l'année ou jamais vu notre effectif pour nous imposer, plastronnait le président des Gones. On a une équipe de grande qualité, et j'ai une grande confiance pour qu'on aille loin dans cette épreuve avec un entraîneur de grand talent." Lyon n'en est pas encore tout à fait là mais son début de campagne colle avec son pedigree autant qu'avec ses objectifs.
Ligue 1
OL-OM reprogrammé le 1er ou le 10 février
IL Y A 5 HEURES
Nous avons un groupe pour aller loin dans cette épreuve
"Nous avons un groupe pour aller loin dans cette épreuve", avait prévenu Damien Da Silva avant la rencontre. Ce jeudi, le Sparta Prague, comme les Rangers ou Bröndby avant lui, a été soufflé par l'évidente différence de niveau : "Il faut souligner la qualité des joueurs lyonnais supérieure à celle des nôtres, a constaté Pavel Vrba, le coach des Tchèques. Nous avons bien joué, mais à la fin c'est le niveau de l'OL qui a prévalu. Avec autant d'erreurs commises, nous ne pouvons pas gagner un match de ce niveau. Peut-être est-ce possible en championnat tchèque mais pas en Ligue Europa contre un tel adversaire". Mené par un Karl Toko Ekambi retrouvé et meilleur buteur de la compétition (6 réalisations), Lyon présente la meilleure attaque de la phase de poules (12 buts) et a survolé son automne en proposant des compositions d'équipe différentes. Peu importe le casting, Lyon est toujours costaud.
"Nous sommes qualifiés et premiers du groupe, a savouré Peter Bosz. C'était l'objectif. Maintenant, nous voulons encore gagner les deux derniers matches de la poule pour maintenir le bon état d'esprit dans le groupe." Lyon était déjà un candidat crédible à la victoire finale, il l'est d'autant plus après ces quatre premiers matches. Reste évidemment une inconnue : l'identité des déçus de Ligue des champions reversés en C3 lors des barrages pour les 8es de finale (les huit troisièmes des phases de groupe de C1). Trois des cinq dernières éditions ont été remportées par des clubs qui avaient démarré la saison en Ligue des champions (Manchester United, Atlético Madrid et Chelsea) et la compétition prend généralement une toute autre allure quand les gros bras débarquent au cœur de l'hiver. Mais Lyon a déjà envoyé un message et peut attendre sereinement que la route s'élève. L'OL a l'habitude.
Ligue 1
Court succès et ouf de soulagement : l'OL repart de l'avant
16/01/2022 À 17:58
Ligue 1
Pochettino ne cherche pas d'excuse : "On a été lents"
09/01/2022 À 23:48