C'est un immense sentiment de frustration qui a habité les joueurs de l'OM après le nul concédé face à Galatasaray (0-0). D'abord parce qu'ils ont dominé la seconde période et, qu'aux points, il n'y a pas photo entre des Turcs acculés sur leur but et des Marseillais conquérants. Mais ça n'a pas suffi. Au cœur des lamentations phocéennes, cette fichue 79e minute. Alors que Mattéo Guendouzi s'écroule dans la surface après un contact dans son dos avec Patrick van Aanholt, l'arbitre désigne immédiatement le point de penalty. Invité par ses assistants dans l'oreillette à visionner l'image, il hésite beaucoup, près de quatre minutes tout de même, avant d'annuler sa décision.
Sur la pelouse, Guendouzi est entré dans une colère noire. Mais rien n'y a fait. Pas de penalty ni de victoire pour l'OM. Le milieu marseillais n'avait toujours pas digéré après la rencontre. "Il ne touche pas le ballon, il me déséquilibre. Clairement, il y a penalty, pas besoin de checker les images. Je ne comprends pas", a pesté Guendouzi sur Canal Plus. Pourtant, à y regarder de plus près, difficile d'être affirmatif. Si le contact a bien lieu dans la surface turque, est-il suffisant pour provoquer un penalty ? Pas de doute pour William Saliba, le flegmatique défenseur de l'OM : "Le penalty aurait dû être sifflé, a jugé l'ancien Stéphanois. On est frustré. On aurait dû gagner."
Ligue 1
"C'est la version de Gerson qu'on veut voir" : Sampaoli a-t-il enfin trouvé la formule ?
HIER À 23:44
On devrait avoir six points
C'est tout le problème de cette décision qui empêche l'OM de vraiment lancer sa saison européenne après un nul encore plus rageant concédé à Moscou face au Lokomotiv lors de la 1re journée. "On devrait avoir six points ce soir pour ce qu'on a fait sur les deux premiers matches, a constaté Jorge Sampaoli en conférence de presse. On a été très supérieurs au Lokomotiv et encore ce soir. Mais le foot est comme ça. Les matches ont montré qu'on était nettement supérieurs à ces deux adversaires." Il a raison. Au regard des 180 minutes de ses hommes qui ont dominé Moscovites et Stambouliotes sans discussion possible, les Marseillais méritent mieux que les deux points et la troisième place de leur groupe.

Harit lors de Marseille - Galatasaray

Crédit: Getty Images

Mais le coach argentin n'a pas voulu alimenter la polémique : "Sur le penalty, l'arbitre est très proche et siffle. Puis la VAR intervient. Je n'aime pas parler de ça, je préfère parler de ce qui se passe sur le terrain." Le volcanique argentin n'en a pas rajouté contrairement à son président Pablo Longoria, plutôt véhément à l'égard du corps arbitral au coup de sifflet final. Après un début de saison idyllique, la défaite face à Lens conjuguée aux débuts ratés en Europe ont fait monter la tension d'un cran à Marseille.
Ligue 1
Pour l'OM, un petit succès mais un grand bond en avant
HIER À 21:52
Ligue 1
Troyes dénonce des propos racistes visant Suk lors du match face à l'OM, Longoria s'excuse
30/11/2021 À 20:48