Lors de la sixième journée de Ligue 1 dimanche lors de la réception de Nice, Philippe Clément a fait le choix de ne pas faire entrer Wissam Ben Yedder en jeu, après l'avoir envoyé longuement à l'échauffement. A la 78e minute, l'attaquant monégasque abandonne son maillot, quitte ses compères du banc et se dirige vers le vestiaire, torse nu. "Mon staff m'a dit qu'il était allé aux toilettes", selon la version officielle livrée par le technicien belge après coup. "C'est un compétiteur, qu'il soit frustré, c'est normal. Mais il n'y a aucun problème avec Wissam" a même promis son capitaine, Axel Disasi.
Si Ben Yedder a enchaîné les sprints sans broncher avec les autres remplaçants après la rencontre remportée 1-0 et s'est présenté souriant au centre d'entraînement flambant neuf de La Turbie le lundi, la situation interroge. D'autant plus qu'elle prend place dans un contexte loin d'être anodin : Monaco galère, Ben Yedder est muet et son temps de jeu en pâtit.
Ligue 1
Le choc Harit comme motivation : "On avait à cœur de le faire pour lui"
13/11/2022 À 23:25

Des stats inquiétantes

Si Monaco a toujours marqué au moins un but par match en championnat depuis le début de saison, le natif de Sarcelles n'y a pas été pour grand-chose. Voire même rien du tout. Aucun but et aucune passe décisive pour lui, c'est aussi simple que ça. Cela ne lui était jamais arrivé, ni sous le maillot du FC Séville, ni sous les couleurs de Monaco. Pour retrouver pareille disette en début de saison, il faut remonter à ses toutes premières années toulousaines. A son actif pour le moment, une réalisation en barrages de Ligue des champions contre le PSV.
A l'approche de l'entrée en lice en Ligue Europa contre l'Etoile Rouge de Belgrade, les supporters monégasques pourront au moins se dire qu'il ne marque peut-être que sur la scène européenne… En tout cas, un tel retour dans le passé statistique a forcément de quoi frustrer un attaquant de son acabit, et surtout de son efficacité. Pire encore, Ben Yedder se fait discret, il ne se retrouve que très rarement en situation de marquer. Là où il accumulait à minima 0,54 xG par 90 minutes ces dernières saisons, il affiche un bilan autour des 0,20 en Ligue 1 cette année.
Evidemment, son nombre de tirs par match en pâtit également : plus de deux fois inférieurs à la saison dernière. A sa décharge, il n'est pas le seul élément offensif du Rocher à piocher, globalement le front de l'attaque tatone. Si les joueurs de Philippe Clément trouvent le chemin des filets au moins une fois par match, il arrive souvent que ce soit des défenseurs ou des milieux qui débloquent des situations sur coups de pied arrêtés. A l'image de la défaite 4-2 contre Troyes, lors de la cinquième journée, où les deux buts sont arrivés sur corner. Pas vraiment la spécialité de l'attaquant de poche.
Les stats ne décollent pas, le temps de jeu non plus. Sous les ordres de Nico Kovac, Ben Yedder avait souffert quelque peu de voir son statut de titulaire écorné, malgré des entrées souvent très bonnes et décisives. A sa prise de fonction, Philippe Clément l'avait réinstallé en tant que titulaire indiscutable, mais cette saison, rebelote. Deux matches sans la moindre minute, une sortie après un quart d'heure de jeu face à Rennes après la réduction à 10 de Monaco et une sortie à l'heure de jeu contre Troyes. A un peu moins de trois mois de la Coupe du monde, les comptes ne sont pas bons.

Les Bleus en ligne de mire

Ce n'est pas comme si Wissam Ben Yedder avait encore quelques cartouches à griller auprès de son sélectionneur. Si Allan Saint-Maximin "espère que Didier Deschamps avait ses codes Canal" pour regarder ses belles performances en Premier League, pas sûr que l'ancien de Séville incite DD à renouveler son abonnement Amazon Prime. Lors du dernier rassemblement, l'attaquant du Rocher n'avait déjà eu droit qu'à une heure de jeu contre la Croatie (1-1). Et même s'il a été auteur d'une passe décisive pour Adrien Rabiot, il a été comme le reste de ses coéquipiers et le reste de ce rassemblement : fade.

"Quand on voit les matches de Ben Yedder, on peut avoir une pensée pour Giroud"

A 32 ans, il n'a goûté qu'à une grande compétition internationale lors de l'Euro 2020, et n'aura plus beaucoup d'occasions. Et avec le dernier rassemblement avant l'envol pour le Qatar qui approche (19-27 septembre), le Franco-Tunisien voit le sable lui couler entre les doigts. Il a beau serrer le poing et les dents lorsqu'il chauffe le banc, ce début de saison lui échappe. Avec les blessures de Myron Boadu et Kevin Volland, le champ est libre pour performer de nouveau en Europe comme en France. La mission commence ce jeudi soir avec le déplacement à Belgrade (21h).
Ligue 1
Les Monégasques sont en colère : "L'arbitre était pour Marseille"
13/11/2022 À 22:46
Ligue 1
90e+8 : Et l'OM est allé chercher la victoire
13/11/2022 À 21:44