Getty Images

Les Bleuets ont fini par avoir le dernier mot contre la Turquie

Les Bleuets ont fini par avoir le dernier mot

Le 12/10/2018 à 22:55Mis à jour Le 12/10/2018 à 23:14

L'équipe de France Espoirs s'est péniblement imposée contre la Turquie (1-0), vendredi soir Robert Diochon du Petit-Quevilly. Les Bleuets ont dû attendre les derniers instants de la rencontre et un but de Marcus Coco, entré en jeu peu avant, pour arracher un nouveau succès.

Ils sont allés la chercher. A force de persévérance, les Bleuets ont réussi à battre la Turquie Espoirs (1-0) dans les tous derniers instants, ce vendredi soir, au stade Robert Diochon du Petit-Quevilly. Un but de Marcus Coco qui valide un résultat mérité tant les jeunes Français ont tout donné. Malmenés au cours de la première période par un bel adversaire, ils sont montés en puissance au fil des minutes. Pour finalement battre le portier turc, Çakir, qui a longtemps repoussé l'échéance.

  • Le film du match

A quatre jours d'un dernier rendez-vous contre la Slovénie, pour les qualifications de l'Euro Espoirs, avec un carton plein en ligne de mire (dix victoires en dix matches), Sylvain Ripoll a choisi d'aligner une équipe proche du onze-type, compte tenu des joueurs à sa disposition. Ndombélé avec les A, Nkunku et Terrier blessés, Augustin écarté pour raison disciplinaire, le technicien breton a seulement préservé son capitaine Diallo et Aouar au coup d'envoi. Signe du sérieux qu'il portait à cette rencontre.

Les Bleuets ont fait briller Çakir

Bien lui en a pris, tant les Turcs ont posé des problèmes aux Bleuets. Particulièrement au cours d'une première période très ouverte, avec beaucoup de rythme. Si elle n'a pas concédé d'énormes occasions, la défense française s'est bien fait bouger. Devant, Saint-Maximin et Bamba ont misé sur leur vitesse et leur pouvoir de percussion. Sans pour autant permettre aux Tricolores d'ouvrir le score.

Au retour des vestiaires, les deux formations ont pratiqué un gros turn-over. Et grâce à ses remplaçants, les Bleuets ont pris le dessus. Au fil des minutes, ils sont montés en puissance et se sont procurés une multitude d'occasions. De quoi mettre en valeur le gardien de Trabzonspor, Çakir, qui a effectué plusieurs parades de grande classe (48e, 49e, 72e, 79e, 85e, 90e+3). Avant de voir le ballon lui passer entre les jambes sur un plat du pied de Coco après un centre en retrait de Del Castillo (1-0, 90e). In extremis, mais amplement mérité.

0
0