La dernière fois que les Bleus étaient passés par Copenhague, ils n'étaient pas encore champions du monde et avaient réalisé une partie d'une indigence rare. Didier Deschamps était sur le terrain et il n'avait pas pu empêcher Aimé Jacquet de concéder un premier revers, après trente matches et près de deux ans d'invincibilité. Dix-neuf ans plus tard, DD a passé une soirée bien plus douce dans la capitale danoise. Parce que les Bleus ont su se faciliter la tâche. Sept minutes de jeu. Deux buts de Giroud et l'affaire a été vite entendue (1-2). La réduction du score, aussi superbe que tardive, de Sviatchenko n'y a rien changé.
Trois jours après la balade niçoise face à l'Arménie (4-0), Didier Deschamps avait fait tourner son onze dans les grandes largeurs. Huit changements. Seuls Varane, capitaine, Matuidi et Griezmann ont rempilé et participé au début de match éclair des Bleus et d'Olivier Giroud en particulier. Désormais remplaçant à Arsenal et titillé par Anthony Martial en équipe de France, le Gunner a profité de la qualité de passe de son cadet - auteur d’une sacrée prestation - pour ouvrir le score. Et un peu des gants en peau de pêche de Kasper Schmeichel (0-1, 4e).
Les grands récits
Aimé Jacquet, quatre ans pour une étoile
25/11/2021 À 22:53

Giroud peut aussi remercier Schmeichel

Le fils de "qui vous savez" a connu une entame de match cauchemardesque. Et ce n'est rien de le dire puisque sur son deuxième ballon - une frappe de Giroud - il a renvoyé le cuir sur… ce même Giroud qui ne s'est pas fait prier pour inscrire son deuxième but du soir et son troisième de l'année face aux Danois (0-2, 7e). Après ça, les Bleus n'ont plus marqué, même si Giroud aurait pu y aller de son premier triplé sous le maillot des Bleus. Mais pour cela, il aurait fallu que son ballon piqué ne finisse pas sur l’épaule du portier danois, auteur d'un arrêt estampillé "papa Peter" (66e).
Aligné dans les buts à la place d'Hugo Lloris, Steve Mandanda n'a, lui, pas usé ses gants plus que ça. Mis à part une frappe de Bendtner (28e), consécutive à une relance ratée du Marseillais, et une superbe sortie dans les pieds de Poulsen (68e), la soirée a été plus calme que dimanche dernier au Parc des Princes. Et à peine ternie par la réduction du score, splendide, de Sviatchenko (1-2, 90+2).

Olivier Giroud et Blaise Matuidi - France Danemark 2015

Crédit: AFP

Même si les hôtes des Bleus ont fini par élever leur niveau de jeu après la pause, Blaise Matuidi - qui a hérité du brassard après la pause et la sortie de Varane - et ses partenaires ont vogué vers un succès tranquille. Trois jours après l'Arménie (4-0), un mois après le Portugal (0-1) et la Serbie (2-1), les Tricolores ont signé un quatrième succès de rang. Leur meilleure série depuis l'arrivée de Deschamps aux manettes. Ça tombe au bon moment, alors que l'Allemagne et l'Angleterre, à Wembley, se profilent à l'horizon. D'ici l'Euro, il n'y aura plus que des montagnes à gravir. Les aborder avec le bon braquet ne peut pas faire de mal.
Equipe de France
Valbuena charge Le Graët : "Quand je faisais les beaux jours des Bleus, il me léchait les bottes"
24/11/2021 À 18:27
Equipe de France
"Il reste sélectionnable" : Condamné, Benzema ne sera pas écarté de l'équipe de France
24/11/2021 À 11:52