Football
Matches amicaux

Les Bleus ont retrouvé le fil

Partager avec
Copier
Partager cet article

Blaise Matuidi, le milieu de l'équipe de France, buteur face à la Serbie.

Crédit: AFP

ParMaxime Dupuis
07/09/2015 à 20:39 | Mis à jour 07/09/2015 à 21:01
@maximedupuis

Après avoir gagné au Portugal, l'équipe de France a enchaîné par une nouvelle victoire face à la Serbie (2-1), lundi à Bordeaux. Emmenés par un super Blaise Matuidi, auteur d'un doublé, les Bleus, en 4-3-3 et avec une équipe remaniée, ont livré une prestation bien plus accomplie. Notamment en première période. Ça fait deux victoires de suite pour les Bleus et ça fait du bien.

Juin avait été amer. Septembre aura été doux pour Didier Deschamps. Après avoir gagné au Portugal (0-1), grâce à l'entrée opportune de Mathieu Valbuena, les Bleus ont remis le couvert, lundi à Bordeaux. Une victoire 2-1 face à la Serbie, au terme d'une partie bien plus emballante que vendredi. Tout au moins durant le premier acte que les Français ont réussi dans les grandes largeurs. A l'image de Blaise Matuidi qui, comme Zinedine Zidane lors de la dernière venue des Bleus en Gironde, y est allé de son doublé. Et pas n'importe lequel…

  • Le film du match
Coupe du monde

"Domenech n'a pas su gagner le respect de ses joueurs car il n'avait rien gagné"

19/06/2020 À 23:02

Avec une équipe remaniée par Deschamps (six changements), un retour remarqué et salvateur au 4-3-3, avec Antoine Griezmann à droite et Mathieu Valbuena à gauche au coup d'envoi, les Bleus n'ont pas mis longtemps avant de prendre le dessus sur la Serbie. Neuf minutes exactement. Le temps pour Morgan Schneiderlin de lancer Bacary Sagna dans son couloir droit. Le latéral de City a levé la tête, s'est appliqué et a trouvé Blaise Matuidi, qui a terminé le travail de la tête (1-0, 9e).

La volée "comme elle vient" de Matuidi

Sur une autre planète depuis le début de la saison, le milieu de terrain parisien a carrément changé de galaxie un quart d'heure plus tard. Sur un corner de Valbuena, repoussé à l'entrée de la surface, Matuidi y est allé sans réfléchir. Pan. Une volée "comme elle vient" du gauche, qui est allée se loger sous la barre (2-0, 24e). Ce doublé de Matuidi – le deuxième de l'ancien Troyen chez les Bleus – est venu récompenser une première période accomplie du collectif tricolore.

Morgan Schneiderlin, titulaire au sein du milieu de l'équipe de France, face à la Serbie.

Crédit: AFP

A deux doigts d'égaliser (contre le cours du jeu), par Gudelj, dont la reprise a été brillamment sortie par Lloris (18e), les Serbes ont fini par trouver la faille, sur une tête de Markovic, déviée par la cuisse de Mitrovic (39e). 2-1 à la pause, pas cher payé... Les Bleus auraient pu et dû s'envoler plus tôt. Mais Olivier Giroud n'était pas dans un grand soir. Sinon, il aurait sollicité le une-deux avec Griezmann lorsque ce dernier l'a servi lumineusement dans la surface. Il a préféré frapper. A côté (20e).

Intenable en première période, le joueur de l'Atlético Madrid a débuté le second acte sur le même tempo. Seul le poteau de Rajkovic a refusé au feu follet un but qui aurait été plus que mérité (52e). Cette tentative fut la dernière occasion franche des Bleus. Après, Deschamps a commencé à faire tourner, les Bleus ont levé le pied et la Serbie a fini par y croire. Mais n'est jamais parvenue à recoller. Au grand bonheur du sélectionneur tricolore, qui n'avait plus gagné deux matches de suite avec les Bleus depuis… octobre et l'enchainement Arménie – Portugal. A l'échelle de DD, ça ressemblait à une éternité.

Coupe du monde

"Un jour, Domenech s'invite chez Anelka et lui demande comment il souhaite jouer…"

19/06/2020 À 13:10
Coupe du monde

"En 2010, Domenech a entraîné les Bleus dans un abîme de détestation"

19/06/2020 À 11:57
Dans le même sujet
FootballMatches amicauxFranceSerbie
Partager avec
Copier
Partager cet article