Getty Images

L'antisèche de France - Uruguay : Une impression de déjà-vu

L'antisèche : Une impression de déjà-vu

Le 21/11/2018 à 00:13Mis à jour Le 21/11/2018 à 08:23

MATCHES AMICAUX - Comme elle en a donné l'habitude en 2018, l'équipe de France a livré une prestation solide soldée par une victoire sur l'Uruguay (1-0). Une bonne manière de conclure l'année 2018 malgré un match peu emballant.

Le jeu : Pas enthousiasmant

Si l'année 2018 aura été magnifique pour l'équipe de France, elle n'aura pas été placée sous le signe de ce que certains appellent le "beau jeu". Ce France-Uruguay n'a pas dérogé à la règle. Si les Bleus ont dominé leur sujet sans trop de difficulté – l'Uruguay ne s'est pas créé une seule occasion nette jusqu'à la 83e et la reprise manquée de Rodriguez -, ils n'ont pas non plus brillé. En première période, Mbappé a bien gâché un face à face avant de buter sur Campana sur le second mais pour le reste, pas grand-chose pour s'enflammer.

Kylian Mbappé touché à l'épaule droite lors de France - Uruguay

Kylian Mbappé touché à l'épaule droite lors de France - UruguayGetty Images

En seconde période, on a bien vu quelques beaux enchaînements côté français mais rares sont ceux qui ont mené à une occasion franche. Il a fallu attendre cette main de Caceres pour que les Bleus ouvrent le score grâce à Giroud. Par la suite, Griezmann a bien tenté de mettre sur orbite Ndombélé mais sa louche était trop longue. La dernière occasion française avant que l'Uruguay pousse dans le dernier quart d'heure, sans succès.

Les joueurs : Ndombélé costaud, Mendy audacieux

Tanguy Ndombélé vivait lui sa première titularisation en équipe de France et le milieu lyonnais a une nouvelle fois prouvé qu'il était un recours crédible dans l'entrejeu avec son style tout en puissance et en percussion. Avec un N'Golo Kanté omniprésent, le milieu de terrain tricolore est sans doute pour beaucoup dans l'apathie offensive uruguayenne.

Lui était le vrai nouveau de ce France-Uruguay, Ferland Mendy a plutôt réussi sa première sélection. Audacieux en début de match, l'ancien latéral du Havre a montré, par intermittence, ce qu'il pouvait apporter à l'équipe de France : de l'audace offensive et une solidité défensive. Il a indéniablement marqué des points et devra être revu avec le maillot bleu.

Ferland Mendy (France) au duel avec Edinson Cavani (Uruguay)

Ferland Mendy (France) au duel avec Edinson Cavani (Uruguay)Getty Images

Pour le reste, pas grand-chose à signaler puisque même la paire de remplaçants Sakho-Rami n'a pas été mise en grande difficulté par Suarez et Cavani. Le seul Benjamin Pavard a montré ses limites, une nouvelle fois.

La stat : 3

Olivier Giroud, Antoine Griezmann et Kylian Mbappé ont participé aux 18 matches de l'équipe de France en 2018. Ils sont les trois seuls dans ce cas-là. La preuve que Didier Deschamps n'a pas tenté beaucoup de choses dans le secteur offensif en 2018.

Le facteur X : La main de Caceres

Sans ce penalty, les Bleus auraient peut-être terminé un second match consécutif sans marquer de but, un enchaînement inédit depuis août-septembre 2013 (0-0 contre la Belgique puis la Géorgie). Sur cette action où Griezmann s'est arraché pour frapper deux fois, Caceres a mis la main pour éviter l'ouverture du score. Il n'a fait que retarder l'échéance : Giroud transformait le penalty pour son 33e but en Bleu.

Le tweet pour relancer le débat

La décla : Didier Deschamps (au micro de M6)

" Dans le contenu et les intentions c'était beaucoup mieux (que contre les Pays-Bas). Ce n'était pas difficile par rapport au dernier match. C'était important de finir sur une note positive même si la dernière défaite nous empêche de participer au Final Four. On est là devant notre public qui a répondu présent, c'est bien de finir cette formidable année 2018 sur une victoire"

La question : Pour Deschamps, n'est-il pas déjà l'heure de tourner la page russe ?

La présence d'Adil Rami contre l'Uruguay ce mardi soir s'avère symbolique. Le défenseur marseillais n'est pas nécessairement un joueur important pour Didier Deschamps. A l'évidence, s'il n'avait pas été présent en Russie cet été, l'ancien Lillois n'aurait peut-être pas disputé ce match amical, le dernier de l'année pendant laquelle les Bleus ont arraché leur deuxième étoile. Le sélectionneur national a clairement voulu conserver l'esprit russe pour achever 2018. Mais n'est-il temps de se projeter sur l'échéance suivante ?

Tanguy Ndombélé, Ferland Mendy, Alassane Pléa, le symbole de la génération qui pousse, c'était eux ce mardi soir au stade de France. Si le premier a clairement le profil pour s'imposer dans le groupe, le suivant en est capable alors que le dernier a surtout profité de la cascade de blessures dans le secteur offensif. Mais peu importe les noms, ils sont nombreux, de Lacazette à Lenglet en passant par Laporte et Aouar à espérer avoir leur chance pour bousculer ce qu'on pourrait appeler "l'ordre russe".

Tanguy Ndombélé (France) face à l'Uruguay

Tanguy Ndombélé (France) face à l'UruguayGetty Images

0
0