C'est une absence à laquelle le Portugal va fatalement devoir s'habituer. Celle de Cristiano Ronaldo, évidemment. Opposés à Faro à des Croates en pleine confiance et guidés par le génial Luka Modric, les champions d'Europe ne disputeront que la seizième rencontre sans leur omnipotent capitaine depuis le début de l'ère Fernando Santos, arrivé sur le banc en octobre 2014. Si le sélectionneur portugais a tenté de dédramatiser en assurant mercredi que Ronaldo (33 ans) serait "pendant longtemps encore apte pour la sélection", difficile d'imaginer l'astre portugais revêtir le maillot de son pays avec assiduité après l'Euro 2020, à 35 ans révolus.
Au-delà de son incontestable leadership, l'absence du quintuple Ballon d'or se ressent surtout devant les cages adverses: comment vivre sans le meilleur buteur de l'histoire des sélections européennes (85 buts), un homme qui pèse près de la moitié des buts de son équipe nationale depuis deux ans ? Peu de joueurs offensifs lusitaniens peuvent répondre à cette équation. Mais le pays ibérique n'est pas orphelin en talents et possède dans sa besace le "BAG" (Bernardo Silva, André Silva, Gonçalo Guedes), trident offensif amené à doucement prendre la succession du monstre sacré portugais.
Qualif. Coupe du monde
Le Portugal et la perspective d'un gâchis monumental
15/11/2021 À 10:27

Bernardo Silva, le maestro

Ronaldo absent, c'est à Bernardo Silva qu'incombe la lourde tâche de mener les attaques du Portugal. Capable de marquer, de passer, de trouver les décalages, le frêle milieu offensif (1,73m) sait presque tout faire. A 24 ans, sur une aile ou de plus en plus dans l'axe, le joueur de Manchester City s'étoffe sous la houlette de son entraîneur Pep Guardiola qui ne tarit pas d'éloges, qualifiant par exemple sa performance lors du dernier Community Shield de "chef d'oeuvre". En sélection, l'ancien joueur de Monaco dispose de davantage de liberté quand "CR7" manque à l'appel. A lui de devenir le leader technique dont le Portugal a besoin.

Bernardo Silva of Portugal

Crédit: Getty Images

André Silva, le buteur

Depuis les qualifications pour le Mondial-2018, André Silva est le partenaire d'attaque idéal de Cristiano Ronaldo dans le 4-4-2 quasi inamovible concocté par Fernando Santos, rappelant par moments la bonne entente que le quintuple vainqueur de la Ligue des champions entretenait avec le Français Karim Benzema au Real Madrid. Avec 12 buts en 26 sélections, l'attaquant de 22 ans partait favori pour accompagner CR7 en attaque au Mondial. Mais son faible temps de jeu à l'AC Milan conjugué aux performances convaincantes de Gonçalo Guedes pendant les matches de préparation à la Coupe du monde russe l'ont finalement poussé sur le banc.
A la pointe du 4-3-3 qui se profile en l'absence de Cristiano Ronaldo, l'ancien joueur de Porto doit devenir le finisseur du Portugal. Un rôle qu'il n'assume pas tout à fait, déclarant mardi en conférence de presse qu'il ne pensait pas "être le buteur de cette sélection". Ayant débuté son prêt au Séville FC par un retentissant triplé contre le Rayo Vallecano (4-1) fin août, l'attaquant arrive lancé.

2017, Andre Silva

Crédit: Getty Images

Gonçalo Guedes, le dynamiteur

L'été 2018 ne restera pas un bon souvenir pour Gonçalo Guedes. Auteur d'un Mondial 2018 décevant alors qu'il avait la confiance de Santos pour accompagner Ronaldo, il doit se relancer en sélection. En outre, le jeune attaquant de 21 ans a fait l'objet d'un long feuilleton sur son avenir entre le Paris SG et Valence, le club espagnol s'attachant finalement ses services pour 45 millions d'euros.
Pourtant, du trio offensif qu'il doit former avec Bernardo et André Silva, il est celui qui possède les qualités les plus proches des jeunes années de CR7. Explosif, généreux dans ses courses, joueur d'espaces par excellence, il s'intègre parfaitement dans le schéma dessiné par Fernando Santos, à savoir un football basé sur les erreurs adverses et les contre-attaques... Un système conçu pour Ronaldo, dans lequel Guedes doit se couler.

Gonçalo Guedes, Portugal-Espagne (3-3)

Crédit: Getty Images

Qualif. Coupe du monde
"Inacceptable", "terrible", "peur" : Le Portugal a vécu un calvaire
14/11/2021 À 23:47
Qualif. Coupe du monde
Puni par la Serbie, le Portugal a rendez-vous avec les barrages
14/11/2021 À 21:42