Grands favoris, meilleure équipe du monde, un onze de All-Stars, voilà qui est plaisant mais qui ne donne aucune garantie. A l'heure d'entrer de plain-pied dans la préparation de son Euro ce mercredi à Nice face au Pays de Galles, les Bleus ont une pancarte dans le dos mais aussi des doutes qui les escortent. Le retour inattendu de Karim Benzema a phagocyté leur actualité et à l'Allianz Riviera, ce sera encore le cas. Tous les yeux seront tournés vers le Madrilène, cinq ans et demi après sa dernière sélection… à Nice, déjà.
Son retour, un "non-événement" selon les mots d'un Didier Deschamps dont on a du mal à croire qu'il le pense vraiment, passionne, inquiète, interroge, enchante, tourmente. Bref, il excite parce qu'il soulève une tonne d'espoirs. Chaque prise de balle, chaque prise de parole, chaque décision, chaque passe et chaque déplacement de Benzema ce mercredi seront analysés. Une attente qui n'effraie pas le principal intéressé : "De toute façon, la pression je l'ai tous les jours. Je suis au courant qu'on me regarde, je suis prêt, confiait-il dimanche à Clairefontaine. Mentalement je suis bien, physiquement je suis bien. Et vu l'équipe qu'il y a, je ne me fais pas de souci."

Karim Benzema à Clairefontaine ce dimanche 30 mai

Crédit: Getty Images

Ligue des Nations
Deschamps : "Kylian Mbappé est Français, ça me va"
IL Y A 4 HEURES

Des tonnes de questions

L'enjeu de cette première rencontre consistera à intégrer du mieux possible Benzema parmi les champions du monde et travailler sa complémentarité avec le duo Kylian Mbappé - Antoine Griezmann. A priori, cela devrait couler de source mais difficile d'anticiper le verdict du terrain. Son retour rebat les cartes et oblige à repenser les équilibres. Comment articuler les talents offensifs ? Comment s'organiser à la perte du ballon ? Griezmann peut-il garder les clés du camion alors que Benzema adore participer au jeu ? Rarement un match de préparation n'avait soulevé autant d'enjeux et suscité une telle impatience.

Griezmann, Benzema et Mbappé à Clairefontaine cette semaine

Crédit: Getty Images

"On ne parle que de ces trois et le reste ne compte pas", s'est agacé Didier Deschamps qui a tout fait pour ne pas centrer l'attention sur KB9 mardi en conférence de presse. Alors, au-delà du cas Benzema, les deux matches de préparation serviront surtout à ne pas abîmer le statut qui escorte désormais les Bleus. Avec Benzema, ils sont les grands favoris de l'Euro. "On a la meilleure équipe du monde", prévenait Corentin Tolisso en conférence de presse dimanche. Encore faudra-t-il le prouver après une campagne de mars qui n'accréditait pas franchement cette thèse. Ils n'ont plus que deux semaines pour étoffer leurs certitudes avant d'affronter l'Allemagne sur ses terres, à Munich.

Equipe type et 4-4-2 losange

Didier Deschamps a été clair comme rarement : "Dans mon esprit, il s'agit de préparer l'équipe par rapport au 15 (juin, date d'Allemagne - France, ndlr)", a prévenu le sélectionneur. Comprendre qu'il alignera l'équipe-type, même s'il faudra faire sans les récents vainqueurs de la Ligue des champions et notamment N'Golo Kanté, l'un des trois joueurs les plus précieux de Didier Deschamps depuis plusieurs années (avec Hugo Lloris et Antoine Griezmann). Corentin Tolisso devrait être appelé à la rescousse alors que, comme en 2018, il semble très en jambes en ce début de préparation. Dans un 4-4-2 en losange avec un duo Benzema-Mbappé en pointe et Griezmann en soutien, ces Bleus sont lancés à toute vitesse vers l'Euro. A eux désormais de prouver que leur réputation n'est pas usurpée.
Coupe du monde
Deschamps sur le "sujet sensible" du Qatar : "Chaque personne aura sa liberté d'expression"
IL Y A 4 HEURES
Coupe du monde
Deschamps l'assure : Les Bleus "sont libres de s'exprimer" sur le Qatar
IL Y A 6 HEURES