La Squadra Azzurra vendra chèrement sa peau cet été, si vous en doutiez ! Ce vendredi soir à Bologne, l’équipe d’Italie s’est imposée avec la manière face à la République Tchèque (4-0). A une semaine du match d’ouverture de l’Euro 2021 qui opposera les Italiens aux Turcs, la sélection de Roberto Mancini a réalisé une prestation très convaincante, offensivement et défensivement. Nicolò Barella, le milieu de terrain de l’Inter Milan et Lorenzo Insigne, l’attaquant de Naples, buteurs, ont été les grands hommes de la rencontre.
Les deux équipes ne semblaient pas au même niveau de préparation avant la rencontre (les Tchèques ont disputé ce soir leur premier match amical d’avant-compétition) et cela s’est rapidement confirmé au Stadio Renato-Dall'Ara de Bologne. Il est peu dire que le défenseur Jakub Brabec et ses compatriotes se souviendront de cette soirée mouvementée en Émilie-Romagne. Les Tchèques ont pourtant entamé la rencontre avec une réelle intensité, qui a gêné et même inquiété les Azzurri, quand Michael Krmenčík a secoué la cheville gauche de Leonardo Bonucci dans un duel engagé (18e).
Qualif. Coupe du monde
Après la renaissance, l'effondrement : l'Italie est repartie pour une traversée du désert
24/03/2022 À 23:31

Bonucci, les larmes et la peur

Prostré et en pleurs, le défenseur de la Juventus a rapidement rassuré son monde après plusieurs minutes de soin, alors que son changement était acté et que tout l’encadrement technique italien craignait le pire pour le Championnat d’Europe. Le chevronné relanceur, qui a fini la rencontre, sera donc aux premières loges pour assister à l’ouverture du score de Ciro Immobile, après une remise de la tête dans l’axe pour le moins étonnante de Brabec (23e).
https://i.eurosport.com/2021/06/04/3146366.jpg
Après ce rapide premier but, tout a été plus simple pour les coéquipiers de Nicolò Barella, buteur suite à une belle percée balle au pied juste avant la pause (42e). Les espaces se sont multipliés et ont permis à Insigne (66e) et Domenico Berardi (73e) d’y aller de leur but. Mais là n’est pas l’essentiel. Avec une justesse technique et une partition tactique absolument maîtrisée tout au long du match, la Squadra Azzurra n’a jamais permis à son adversaire d’espérer.
Alors que l’équipe nationale italienne semblait au plus mal après sa non-qualification à la Coupe du Monde 2018, Roberto Mancini a redonné une vraie personnalité à la sélection : son équipe est un onze qui rayonne collectivement et cela se sent. De quoi remporter le Trophée Henri-Delaunay une seconde fois, après 1968 ? Au vu de l’aura dégagée par l’édifice façonné par l’ancien entraîneur de l’Inter et Manchester City, il est certain que l’Italie fera partie des outsiders. La série en cours de 27 matchs sans défaite pour la sélection de Ciro Immobile est là pour le confirmer. Premier rendez-vous avec l’histoire dans une semaine au Stadio Olimpico de Rome, pour le match d’ouverture de l’Euro face à la Turquie.
Qualif. Coupe du monde
Au bout du suspense, la Suède retrouve la Pologne
24/03/2022 À 22:18
Qualif. Coupe du monde
La sensation : l'Italie manquera encore le Mondial
24/03/2022 À 21:41