Le jeu : Du neuf et de la vie

De Marseille à Lille, un grand chambardement. Comme annoncé, Didier Deschamps souhaitait profiter du rassemblement pour donner du temps de jeu à ses ouailles. Hormis Antoine Griezmann (qui a enchaîné une 61e cape, record absolu), Olivier Giroud et Raphaël Varane (pourtant sorti blessé vendredi), DD a fait tourner dans les grandes largeurs et lancé du monde dans le grand bain. William Saliba et Jonathan Clauss ont fêté leur première titularisation. Presnel Kimpembe a fait son retour, aux côtés du piston gauche Lucas Digne. Adrien Rabiot et N’Golo Kanté ont débuté au milieu, juste derrière un trio qu'on connaît bien : Griezmann, Giroud, Mbappé.
Les trois de devant se sont rappelés à leurs belles années, avec Antoine Griezmann en rampe de lancement. Avec Olivier Giroud à la finition. Avec Kylian Mbappé sur sa planète. L’Afrique du Sud n’avait pas grand-chose à opposer aux Bleus, qui en ont bien profité, comme DD l'espérait. Une bonne soirée pour une équipe sans trop d’automatismes mais qui a répondu présent. Les absents ont souvent tort, les présents auront eu raison lors de ce rassemblement.
Equipe de France
Zidane ne ferme pas la porte au PSG... mais vise surtout les Bleus
23/06/2022 À 06:28

Les joueurs : Mbappé hors-norme, Giroud incontournable

Kylian Mbappé, incandescent, auteur d'un doublé, d'une passe décisive et bien plus que cela, a flotté au-dessus des vingt-et-un autres acteurs lors de la victoire face à l'Afrique du Sud. Olivier Giroud a encore rempli son contrat et Antoine Griezmann a fait jouer tout ce joli monde. Derrière, Presnel Kimpembe a tenu la baraque.

Mbappé, c’est irréel : "A son âge, Henry n’avait marqué que 8 buts"

La stat : 2

Olivier Giroud n’était pas de la liste initiale. Rattrapé par le col après la blessure de Karim Benzema, le Milanais est revenu. Il a joué. Il a marqué. Deux fois. Deux buts en deux matches du même rassemblement, ça n’était plus arrivé au deuxième meilleur buteur de l’équipe de France depuis 2019 et l'enchaînement Turquie – Moldavie. Retour vers le futur.

Le "son" du match (bis) : Clauss, je t’aime, moi non plus

Après les sifflets du Vélodrome à l’encontre des Parisiens lors des présentations des équipes et les "olé" pour les Marseillais Saliba et Guendouzi, Lille a inauguré mardi soir les sifflets-vivats à l’encontre et/ou en faveur de Jonathan Clauss. Le Lensois a vécu une drôle de soirée pour sa première titularisation. Un match à se faire siffler et encourager en même temps, jusqu’à sa sortie finalement acclamée. On avait rarement entendu ça. Tant mieux.

Clauss, comment peut-on siffler un joueur de l’équipe de France ?

Le tweet qui subjugue un peu plus...

La décla : Hugo Broos (sélectionneur de l'Afrique du Sud)

Je suis un peu en colère contre mon collègue (Deschamps) d'avoir aligné Kylian Mbappé ce soir et pas vendredi. Vous ne pouvez pas vraiment le neutraliser sur le terrain. Vous avez un sacré joueur. La France joue à douze avec lui.

La question : Deschamps peut-il vraiment se passer de Giroud ?

Le risque avec une équipe A’ ou B, c’est qu’elle se comporte en équipe A’ ou B, justement. Mardi soir, il n’en a rien été. Didier Deschamps avait lancé huit gars qui n’avaient pas débuté à Marseille. Et conservé, comme il le fait régulièrement lors des matches amicaux, une colonne vertébrale. Question de cohérence. Dans cette colonne, mardi soir, il y avait Raphaël Varane, remis de son bobo du Vélodrome, Antoine Griezmann, comme toujours, et… Olivier Giroud, qui n’aurait jamais dû être de la fête si Karim Benzema n’avait pas été blessé.
Mardi soir, Giroud a retrouvé Kylian Mbappé et Grizou, ses partenaires "russes" de l’équipe de France. Et, devinez quoi ? Il a marqué, encore. Un peu après la demi-heure de jeu, bien servi par Griezmann, le Milanais a adroitement transformé l’énième offrande du Madrilène en 48e but.
Quand il est sur le terrain, Didier Deschamps peut compter sur Olivier Giroud. C’est quand il n’y est pas que Didier Deschamps a des doutes. Ce rassemblement ne les aura peut-être pas tous levés, parce que les Bleus n’étaient pas dans leur configuration habituelle, celle du dernier Euro, avec Karim Benzema dans le groupe et Giroud en supersub’. Il n’empêche : se priver d’Olivier Giroud d’ici le Mondial serait un immense gâchis. Parce qu’on a toujours besoin d’un gars qui marque des buts. Et un plan B comme lui, qui ressemble furieusement à un A, c’est un problème de riche que 99% des sélectionneurs de la planète rêvent d’avoir.
Euro 2020
Mbappé reprend Le Graët : "Il considérait qu’il n'y avait pas eu de racisme après l'Euro"
19/06/2022 À 13:22
Coupe du monde
Zidane : "Bixente est le seul qui aurait pu me contenir"
19/06/2022 À 11:10