Plus de deux mois après la mort de Diego Maradona, l'enquête sur les circonstances de son décès se poursuit. Après le chirurgien et la psychiatre de l'Argentin, trois nouveaux soignants sont désormais visés par l'enquête pour homicide involontaire, a indiqué une source judiciaire citée lundi par la presse locale. Le neurochirurgien Leopoldo Luque et la psychiatre Agustina Cosachov ont été les deux premières personnes visées par l'enquête, élargie à présent à un psychologue et deux infirmiers (un homme et une femme) présents lors des derniers jours de la légende argentine.
Le bureau du procureur général de San Isidro avait ouvert fin novembre une enquête pour déterminer les responsabilités dans la mort de Diego Maradona, décédé d'un problème cardiaque le 25 novembre 2020 à l'âge de 60 ans dans sa résidence de Tigre, au nord de Buenos Aires. La procédure avait été déclenchée après les témoignages des trois filles de Diego Maradona, Dalma, Gianinna et Jana, et cherche à déterminer une éventuelle négligence ou imprudence dans les traitements médicaux administrés à l'ex-numéro 10 argentin.

"Platini à l’Euro 84, c’est au-dessus de Maradona au Mondial 86 en termes d'importance sur l'équipe"

Euro 2020
Une surprise made in Deschamps contre la Hongrie ou les onze mêmes que fasse à l'Allemagne ?
IL Y A 12 MINUTES
Les trois nouveaux suspects doivent comparaître devant le bureau du procureur cette semaine, toujours selon la source judiciaire. Après sa mise en cause, le neurochirurgien Leopoldo Luque s'était défendu en invoquant ses efforts pour aider "un patient ingérable". Opéré début novembre d'un hématome à la tête, le champion du monde de 1986 est décédé quelques semaines plus tard des suites "d'un oedème pulmonaire aigu secondaire et d'une insuffisance cardiaque chronique exacerbée".
Euro 2020
"Ce n'est pas le même joueur qu'à Manchester" : pourquoi Pogba se métamorphose avec les Bleus
IL Y A 31 MINUTES
Euro 2020
La Croatie sauve un point mais ne se rassure pas
IL Y A 39 MINUTES