Le feuilleton est terminé. Bruno Genesio ne sera plus l'entraîneur de l'Olympique Lyonnais la saison prochaine. Il l'a annoncé lui-même ce samedi lors d'une conférence de presse. Arrivé sur le banc rhodanien le 24 décembre 2015 en remplacement d'Hubert Fournier, Genesio vit donc ses dernières semaines à Lyon. En trois saisons et demie, il n'aura pas décroché le moindre titre avec l'OL.
"J'ai eu une très longue discussion avec mon président samedi matin, pour lui faire part de ma décision de ne pas continuer à mon poste d'entraineur l'année prochaine et de ne pas accepter de prolongation éventuelle, a expliqué Bruno Genesio, qui a prévenu dans la foulée son staff et son groupe. Il a expliqué partir pour "une seule et unique raison : l'intérêt du club, de l'institution et de l'équipe." Il a évoqué un climat devenu " difficile, pour ne pas dire plus". "Le club remercie Bruno Genesio pour sa décision qui témoigne de son réel sens des responsabilités", a de son côté réagi le club dans un communiqué.
Le sort de Bruno Genesio s'est joué en l'espace dix jours. Le 2 avril, la tendance était même à son maintien. Jean-Michel Aulas devait faire une annonce à l'issue de la demi-finale de Coupe de France contre Rennes. Si rien n'était encore officiel, tout tendait alors vers à la signature d'un nouveau contrat de l'ancien milieu de terrain. Trois jours plus tôt, au micro de Canal +, le technicien avait d'ailleurs glissé un "je sais ce que mon président vous dira…" dans un sourire à peine masqué.
Ligue 1
Juninho passe au crible son retour à l'OL : "Plus difficile que je ne le pensais"
27/06/2020 À 23:28

Bruno Genesio

Crédit: Getty Images

Descente aux enfers

Le 1er avril, veille de la demie contre Rennes, Anthony Lopes glissait quant à lui : "Le bilan de Bruno est positif. Pourquoi aller voir ailleurs ?" Bref, l'affaire était dans le sac. Dans la foulée de la qualification pour la finale, JMA annoncerait la nouvelle. Puis, patatras. Lyon s'est incliné face à Rennes (2-3). Une grosse claque, qui avait alors poussé le président Aulas... à ne pas choisir. Si le patron avait voulu sauver la face en reportant sa décision à la fin de la saison, il avait peiné à ne pas trahir une forme d'improvisation.
Ce fut le début d'une descente aux enfers pour les Gones et pour leur entraîneur. Depuis, ils se sont inclinés à domicile contre la lanterne rouge, Dijon (1-3) puis à Nantes, vendredi soir (2-1). Une séquence catastrophique. Dès lors, l'avenir de Genesio semblait scellé. A la Beaujoire, le ton avait singulièrement changé, notamment dans la bouche du président Aulas : "Bruno est en difficulté, on l'a soutenu, ça paraît difficile de ne pas aller au bout de la saison. Après en fin de saison, on se posera les bonnes questions qui permettront de se relancer."

Aulas Genesio OL Lyon

Crédit: Getty Images

Gallardo en pole ?

Bruno Genesio, lui, avait glissé cette phrase lourde de sens : "Je prendrai mes responsabilités en temps voulu." Ce temps n'aura pas mis longtemps à venir... Reste maintenant à sauver les meubles, alors que l'ambiance dans le vestiaire lyonnais semble se détériorer à vitesse grand V. Avec (au moins) cinq points de retard sur Lille à six journées de la fin, l'OL aura bien du mal à aller chercher la deuxième place. Même la troisième, primordiale pour le club, n'est pas encore assurée.
Son départ officiellement acté, JMA va pouvoir se pencher sur la question du successeur de "Pep", bête noire des supporters et qui, en dépit de certains coups d'éclat, n'aura pas réussi à insuffler à son équipe la constance qui lui aurait permis de voir plus haut. Les rumeurs ont déjà beaucoup circulé ces derniers jours. Deux noms reviennent avec beaucoup d'insistance, ceux de Marcelo Gallardo et Laurent Blanc. L'Argentin, sous contrat avec River Plate, a notamment vu sa cote monter ces dernières heures.

Aulas : "Genesio ? Non, il n'y a pas eu d'erreur de communication"

Ligue 1
Huit parlementaires de la Somme s'engagent pour une L1 à 22... et sauver Amiens
24/06/2020 À 14:34
Ligue 1
"Tu peux passer un mois à jouer contre des équipes qui te rendent faible" : Pastore massacre la L1
12/06/2020 À 14:13