Depuis 1996 et la victoire du PSG en Coupe des Coupes, 53 trophées européens ont été distribués, l'Italie, l'Angleterre, l'Allemagne, l'Espagne, la Russie, le Portugal, les Pays-Bas et l'Ukraine en ont au moins remporté un. La France, incapable de justifier son statut de cinquième puissance européenne, erre dans un désert absolu depuis 25 ans. Quelques petites épopées, des finales par-ci par-là et surtout des tonnes de désillusions.
Et si le réveil sonnait en cette saison 2021/2022 ? Si la Ligue 1 dominait enfin l'Europe ? Le rêve n'est pas aussi farfelu qu'il en a l'air au regard de la pauvreté de notre palmarès. Bien sûr, et c'est une première depuis l'OM de Bernard Tapie au début des années 1990, un club français, le PSG en l'occurrence, a démarré la campagne de Ligue des champions dans la peau du favori.
Mais en y regardant de plus près encore, la C1 n'est pas la seule compétition européenne où l'Hexagone a une chance d'aller au bout. Les clubs français peuvent aborder la Ligue Europa, et par extension la Ligue Europa Conference, avec une grosse ambition. Explications. Considérant que le PSG ne peut décemment pas jouer une autre compétition européenne que la Ligue des champions, la France présente cette année en Ligue Europa le plateau le plus compétitif possible. Marseille (2018), Monaco (2017) et Lyon (2017 et 2020) sont d'abord trois des quatre dernières équipes de Ligue 1 à avoir disputé au moins des demi-finales européennes depuis 2017 (la quatrième étant, bien sûr, Paris).
Ligue Europa
"On a vraiment bien joué" : À l'OL, tout ou presque a changé mais pas son ADN européen
16/09/2021 À 22:20

Xherdan Shaqiri - Lyon

Crédit: Getty Images

Effectif de Monaco, dynamique de l'OM et tradition lyonnaise

Même si tout ne fut pas rose ces dernières années, notamment pour Marseille qui reste sur 13 défaites consécutives en C1, le trio a une vraie expérience sur le Vieux Continent et la Ligue Europa semble taillée pour les ambitions de trois clubs qui auraient eu du mal à viser mieux qu'un 8e de finale en C1. En C3, toute autre performance qu'une qualification à l'issue de la phase de poules serait considérée comme un échec. Il ne sera pas question avec eux, comme avec d'autres ces dernières années, de jouer la Coupe d'Europe par-dessus la jambe en alignant des équipes bis. Ce n'est pas l'ADN de ces trois formations qui jouent toujours à fond en milieu de semaine et ont l'effectif capable de briller sur plusieurs tableaux.

Wissam Ben Yedder (AS Monaco) face à Troyes en Ligue 1

Crédit: Getty Images

Barragiste malheureux de la C1, Monaco a mal démarré sa saison mais son équipe remplie de diamants (Ben Yedder, Tchouaméni, Diop, Badiashile, Golovin) l'installe comme le favori d'un groupe assez homogène (PSV Eindhoven, Real Sociedad, Sturm Graz). "L'objectif sera de rêver le plus haut possible", ose le vice-président de l'ASM, Oleg Petrov. Lyon, dont la fiabilité en Europe n'est plus à prouver, semble assez largement dominé sa poule (Glasgow Rangers, Sparta Prague, Brondby). Accompagné de la Lazio, de Galatasaray et du Lokomotiv Moscou, c'est l'OM qui aura la tâche la plus compliquée. Mais là-encore, la dynamique enclenchée par Sampaoli et un début de saison emballant doivent lui permettre de franchir l'obstacle.
Notre objectif numéro 1 sera d'aller chercher la Ligue Europa
Finalement, les trois clubs français figurent parmi les grands noms du plateau sur la ligne de départ. Seul Naples possède ainsi un meilleur coefficient UEFA que l'OL sur les 32 qualifiés et l'exercice 2021/2022 ne compte qu'un seul finaliste des 10 dernières éditions : l'OM. Objectivement, la Ligue 1 a sa chance. Et Jean-Michel Aulas ne s'en est pas caché en début de saison : "Notre objectif numéro un sera d'aller chercher la Ligue Europa. Même si c'est prétentieux, il faut la jouer pour la gagner. C'est l'année ou jamais vu notre effectif pour nous imposer, a annoncé le président des Gones. On a une équipe de grande qualité et j'ai une grande confiance pour qu'on aille loin dans cette épreuve avec un entraîneur de grand talent." Renforcé par les arrivées de trois joueurs qui ont déjà gagné la Ligue des champions (Emerson, Shaqiri, Boateng), Lyon est sans conteste le club français qui part avec le plus d'ambitions.

Jean-Michel Aulas, le président de l'OL.

Crédit: Getty Images

Reste une immense inconnue : celle des déçus de Ligue des champions reversés en C3 lors des barrages pour les 8es de finale (les huit troisièmes des phases de groupe de C1). Trois des cinq dernières éditions ont été remportées par des clubs qui avaient démarré la saison en Ligue des champions (Manchester United, Atlético Madrid et Chelsea) et le casting prend généralement une toute autre allure quand les gros bras débarquent au cœur de l'hiver.

Troisième Coupe d'Europe mais…

Grande nouveauté cette saison, la Ligue Europa aura aussi droit à sa séance de rattrapage. S'ils terminent troisièmes de leur groupe, Monaco, Marseille ou Lyon seront directement engagés en barrages pour les 8es de finale de la Ligue Europa Conference où figure également Rennes. La première édition de cette troisième Coupe d'Europe offre le plateau le moins relevé et une chance de plus à la Ligue 1 d'aller au bout.
Mais, paradoxalement, elle offre deux ténors très menaçants et qui semblent au-dessus du lot : l'AS Rome de José Mourinho et le Tottenham d'Harry Kane qui affrontera les Bretons lors de la phase de poules. En juin, 56 Coupes européennes auront été distribuées depuis 1996. Est-ce que la France, qui n'a jamais semblé aussi bien armée, aura enfin mis fin à sa disette ?
Ligue Europa
L'OM piégé : "Il va falloir apprendre parce que sinon, on va encore se faire punir plein de fois"
16/09/2021 À 21:15
Ligue Europa
Monaco, petit succès et vraie relance
16/09/2021 À 20:54