Getty Images

OM - Faire jouer Payet, "c'était un risque à prendre"

Faire jouer Payet, "c'était un risque à prendre"

Le 17/05/2018 à 01:42Mis à jour Le 17/05/2018 à 02:07

LIGUE EUROPA – La finale de Dimitri Payet a tourné court, mercredi à Lyon. Le capitaine de l'Olympique de Marseille a joué une demi-heure face à l'Atlético Madrid (0-3) et s'est écroulé, insuffisamment remis d'une blessure à la cuisse. Rudi Garcia et le joueur avaient quand même tenté le coup tout en sachant que Payet ne pouvait être à 100%. Pari perdant.

23h50. Parking du Groupama Stadium. Dimitri Payet traverse la zone mixte d'un pas sûr. Le Marseillais, qui a vu sa finale se terminer à la demi-heure de jeu, file dans le car du club phocéen. Les larmes ont séché. Si on ne l’avait pas vu pleurer en quittant le pré plus tôt dans la soirée, rien ne laisserait penser qu'il est touché dans sa chair. Et qu'il vient de vivre un calvaire, incapable de peser sur le rendez-vous de l'année comme il en rêvait, lui qui marche sur l’eau depuis plusieurs mois.

Sur la pelouse aussi, Dimitri Payet n'a rien laissé transparaitre jusqu'au moment où il s'est écroulé de dépit. Touché à la cuisse et déjà forcé de zapper le rendez-vous de Guingamp vendredi dernier (3-3), le Réunionnais avait même trouvé le temps de livrer une passe caviar à Valère Germain en tout début de match (4e). Après ça, Payet a fait de son mieux. Et cela ne pouvait pas suffire.

Vidéo - Finale - Garcia : "Payet ? Trop juste pour être à 100%"

00:37
" Le fait de perdre Dimitri a été préjudiciable "

Mardi en conférence de presse, le capitaine de l'OM s'était pourtant montré plutôt optimiste. Rudi Garcia a eu envie de tenter le coup, avec tous les risques que cela comportait. Aussi bien pour l'Olympique de Marseille que pour le joueur, alors que Didier Deschamps va annoncer sa liste des 23, jeudi soir. "L'histoire de notre finale est aussi l'histoire de trois ou quatre joueurs incertains avant la rencontre. Nous avons fait le choix d'aligner Payet et Bouna Sarr, a assumé Garcia en conférence de presse. Nous avions des joueurs comme Mitroglou et Rolando pas sûrs non plus de pouvoir durer sur le match. Le fait de perdre Dimitri a été préjudiciable évidemment."

Les larmes de Payet

Les larmes de PayetGetty Images

"Sur ce genre de match, il faut disposer de ses meilleurs joueurs au meilleur niveau, a-t-il enchainé. Mais même diminué, il a pu faire une passe décisive pour Valère Germain. En le perdant, on a aussi perdu notre meilleur joueur sur coups de pied arrêtés". Bref, le banco s'est transformé en fiasco. Mais, à en croire l’entraîneur de l’Olympique de Marseille, si le joueur a pris un coup sur la carafe, la cuisse ne va pas plus mal après cette demi-heure de douleur. C'est déjà ça.

"Sa blessure ne s'est pas aggravée. Nous avions testé sa cuisse durant la matinée et il avait une appréhension pour jouer libéré et frapper fort dans le ballon. C'était trop juste pour qu'il soit à 100%. Après, pour ce type de match, c'est le genre de risque à prendre". Tout le monde l'a perdu. De l'Olympique de Marseille à Dimitri Payet. En passant par l'équipe de France ? Réponse sur les coups de 20 heures jeudi soir.

0
0