Getty Images

Pour que l'Allemagne redevienne l'Allemagne, Löw a choisi de repartir à zéro

Pour que l'Allemagne redevienne l'Allemagne, Löw fait sa révolution

Le 05/03/2019 à 19:00Mis à jour Le 05/03/2019 à 19:43

Jérôme Boateng, Mats Hummels et Thomas Müller sont écartés de la Nationalmannschaft. En prenant cette option, Joachim Löw, le sélectionneur de l'Allemagne, a signé une petite révolution pleine de symboles et tranché avec ses habitudes. Explications.

Il ne faudrait pas que Toni Kroos, Julian Draxler et Manuel Neuer soient pris d'une soudaine vague de nostalgie. Parce qu'ils n'auront plus grand monde pour partager leur spleen, leur saudade brésilienne. Moins de cinq ans après leur sacre à Rio de Janeiro, les champions du monde allemands ont quasiment tous fait leur valise. Ou Joachim Löw s'en est chargé pour eux.

Ils ne seront donc plus que trois lors du prochain rassemblement à pouvoir se remémorer le bon vieux temps. Mardi, c'est un trio de tauliers qui a pris la porte : Jérôme Boateng, Mats Hummels et Thomas Müller soit la charnière centrale et le buteur en titre de 2014. Ces trois cadres faisaient aussi parti des meilleurs joueurs de cette campagne brésilienne. Pour l'équipe nationale, c'est 246 sélections qui s'en vont en un claquement de doigts.

Pourquoi c'est un coup de tonnerre ?

Parce que Joachim Löw n'a jamais été un partisan des ruptures brutales, et avait refusé de se séparer de ses vieilles stars après le Mondial russe, invoquant comme un dogme "l'indispensable équilibre entre jeunesse et expérience". Hormis Mesut Özil, qui s'était retiré volontairement de la sélection à la suite d'une polémique nauséabonde sur ses origines turques, seul Sami Khedira avait fait les frais du fiasco vécue en Russie. Le sélectionneur allemand a toujours semblé ménager les patrons de son vestiaire, malgré les vives critiques. Sa décision intervient comme un virage à 180 degrés, une petite révolution.

Jerome Boateng, Mats Hummels and Thomas Muller

Jerome Boateng, Mats Hummels and Thomas MullerGetty Images

Pourquoi eux ?

C'est un coup de balai, autant qu'un immense symbole. Parce que ces trois hommes-là étaient des piliers. Ils incarnaient autant le succès de 2014 que la déliquescence de 2018. Tous ont été portés aux nues, puis pointés du doigt contrairement à Kroos par exemple, loin d'être ridicule en Russie. Les trois hommes n'ont après tout que 30 ans (29 même pour Müller), restent compétitifs au Bayern Munich et sont loin d'avoir raccrochés les crampons.

Leur mise à l'écart, si elle peut se justifier sportivement, répond surtout à la volonté de faire table rase du passé. Ecarter tout ce qui a poussé la Nationalmannschaft à signer son plus mauvais résultat en Coupe du monde de son histoire. Löw leur a pourtant longtemps conservé sa confiance. Si longtemps que cela a bien failli lui coûter sa place. Le message est clair : la quatrième étoile ne servira plus de blanc-seing et les statuts n'existent plus.

Deutschland: Hummels, Müller und Boateng (v.l.n.r.)

Deutschland: Hummels, Müller und Boateng (v.l.n.r.)Imago

En règle générale, c'est le sélectionneur qui trinque quand les résultats ne suivent pas. La nature déteste le vide. Et puisque le sélectionneur est toujours là, les tauliers jouent le rôle de fusibles. En marge de la fin de carrière internationale du trio, Löw a brisé un autre tabou en plaçant Neuer en concurrence avec Marc-André ter Stegen, le portier de Barcelone : "J'avais dit l'an dernier que Manuel Neuer était le numéro un (...) mais cette année c'est un nouveau départ avec les qualifications. Marc aura aussi sa chance", a promis Löw.

Pourquoi maintenant ?

Parce que l'Allemagne, 16e nation mondiale, n'est plus l'Allemagne. Au fiasco russe s'est ajoutée la relégation dans le groupe B de la Ligue des nations. Elle est rentrée dans le rang. La sélection est en plein chantier mais la relève est déjà là. Les Allemands ont remporté la Coupe du monde 2014, la Coupe des confédérations 2017 et l'Euro Espoirs 2017 avec 65 joueurs différents. Löw n’est pas fou, il sait ce qu'il fait : son réservoir est immense. La relève est prête.

A Timo Werner, Leroy Sané, Niklas Süle, Leon Goretzka ou encore Serge Gnabry de reprendre le flambeau. "2019 est pour l'équipe d'Allemagne l'année d'un nouveau départ", s'est justifié Löw. "Nous voulons donner un nouveau visage à l'équipe. Les jeunes internationaux vont avoir l'espace nécessaire pour s'épanouir complètement. C'est à eux maintenant de prendre les responsabilités". Dans cinq ans, l'Allemagne accueillera l'Euro. Löw a fait de la place pour la nouvelle génération. Pour qu'elle puisse exister.

Joachim Löw sortiert Mats Hummels, Jerome Boateng und Thomas Müller aus der DFB-Elf

Joachim Löw sortiert Mats Hummels, Jerome Boateng und Thomas Müller aus der DFB-ElfGetty Images

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0