AFP

Manchester y est presque

Manchester y est presque
Par Eurosport

Le 23/04/2009 à 01:45Mis à jour

Vainqueur de Portsmouth (2-0) en match en retard de la 27e journée de Premier League, Manchester United a fait un grand pas vers le titre. Les Red Devils ont trois points d'avance sur Liverpool, tenu en échec par Arsenal (4-4), avec un match de plus à jouer. Chelsea a été accroché par Everton (0-0).

PREMIER LEAGUE - 27E JOURNEE (MATCH EN RETARD)

. MERCREDI

MANCHESTER UNITED - PORTSMOUTH : 2-0
Buts: Rooney (9e), Carrick (82e)

Manchester United a exploité les faux-pas de ses dauphins de Liverpool et Chelsea, en battant Portsmouth (2-0) pour s'approcher un peu plus d'un 18e titre de champion d'Angleterre, le troisième consécutif. Ce succès en match en retard de la 27e journée a été obtenu grâce à des buts de Wayne Rooney et Michael Carrick. Le premier a été inscrit comme à l'entraînement sur un service de Ryan Giggs (9e), le second a été offert au milieu sur un coup de génie de Paul Scholes (82e), qui fêtait son 600e match pour Manchester United. L'équipe de Manchester a encore un match en retard à disputer, sur le terrain de Wigan le 13 mai.

Déjà vainqueurs du championnat du monde des clubs et de la Coupe de la Ligue anglaise, Manchester est très bien parti pour rejoindre Liverpool comme club le plus sacré dans son championnat. Eliminée aux tirs au but par Everton en demi-finale de la Coupe d'Angleterre, l'équipe d'Alex Ferguson reste en revanche en lice pour conserver sa Ligue des Champions dans laquelle elle affronte Arsenal en demi-finale la semaine prochaine. Remporter trois titres consécutifs est un exploit rare en Angleterre, réussi seulement par quatre équipes en plus d'un siècle: Huddersfield Town (1924 à 1926), Arsenal (1933 à 1935), Liverpool (1982 à 1984) et Manchester United (1999 à 2001).

. 33E JOURNEE

CHELSEA - EVERTON : 0-0

. MARDI

LIVERPOOL - ARSENAL : 4-4
Buts : Torres (46e et 72e), Benayoun (56e et 90e) pour Liverpool. - Arshavin (36e, 67e, 70e et 90e) pour Arsenal.

Le scénario est désormais connu, mais à chaque fois ça fait le même effet. Comme l'impression qu'en Angleterre, le football est vraiment un autre sport. A Liverpool plus particulièrement, le refus de la défaite est proprement hallucinant. Poussés par un public hors du commun, les Reds ont encore démontré mardi toutes leurs vertus de générosité et d'abnégation face à une formation d'Arsenal éblouissante de réalisme. Pour la deuxième fois en une semaine, les hommes de Rafael Benitez ont terminé une rencontre sur un score ahurissant de 4-4. Un résultat rarissime pour le commun des mortels. Mais pas pour les joueurs de la Mersey, qui inscrivent là pour la troisième d'affilée quatre buts dans une rencontre officielle. Une semaine après le quart de finale retour épique de Ligue des champions contre Chelsea, Liverpool a donc de nouveau scoré à quatre reprises. Mais une fois de plus, ses quatre buts n'ont pas suffi. Après l'élimination en C1, l'illustre club du Nord-Ouest de l'Angleterre a sans doute dit là adieu à ses espoirs de titre.

Car ce n'est pas un match nul qu'il fallait à Liverpool pour garder une chance d'être sacré pour la première fois depuis 1990. Les partenaires de Steven Gerrard, toujours absent pour cause de blessure aux adducteurs, avaient besoin d'un succès pour mettre la pression sur Manchester United, leader avec un match en moins. Certes, ce point obtenu à l'arraché permet aux Reds de repasser provisoirement devant leur rival. Mais pour combien de temps ? 24 heures seulement ? MU joue mercredi contre Portsmouth et se déplacera le 13 mai à Wigan. Deux rencontres qui, si elles sont bien négociées par les Red Devils, pourraient leur offrir un 18e titre national. Au nez et à la barbe de leurs rivaux qui n'ont pourtant pas ménagé cette saison leurs efforts pour leur tenir tête. A commencer par les Reds d'ailleurs.

Archavine sur les traces de Baptista

Face à Arsenal encore, les hommes en rouge ont attaqué la rencontre pied au plancher. A maintes reprises, ils auraient pu ouvrir le score si Lukas Fabianski, le remplaçant de Manuel Almunia dans la cage londonienne, n'en avait pas décidé autrement. Au lieu de ça, au plus fort de la domination de Liverpool, ce sont les Gunners qui ont pris les devants. Sur un service de Cesc Fabregas, et après un remarquable travail de Samir Nasri, c'est Andreï Arshavin qui s'est fait un plaisir de refroidir Anfield (1-0 ; 36e). Mais à la reprise, Fernando Torres n'a pas mis longtemps avant de redonner le sourire à ses supporters (1-1 ; 49e), avant que Yossi Benayoun lance le début d'un festival offensif, une dernière demi-heure à couper le souffle (2-1 ; 56e).

Durant celle-ci, les deux équipes se sont rendu coup pour coup. Torres a réalisé le doublé (72e), Benayoun aussi (90e) mais la palme du meilleur buteur est revenue au Russe débarqué cet hiver du Zénith Saint-Pétersburg. Arshavin a inscrit, tenez-vous bien, un quadruplé, une performance qui n'est pas sans rappeler celle de Julio Baptista en Carling Cup, en janvier 2007. A l'époque, les Gunners l'avaient emporté au terme d'un scénario de rêve pour Arsenal (6-3). Cette fois, la fin a été moins heureuse pour Arsène Wenger et ses protégés. Mais tellement savoureuse pour les amoureux de football. Messieurs, chapeau !

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0