La politique de Florentino Perez au Real Madrid ne laisse personne indifférent dans le monde du ballon rond. De retour aux commandes, le patron du Real veut tout faire pour permettre au club merengue de redevenir le numéro 1. Alors, à coups de millions d'euros, il recrute des stars très médiatiques. Comme à la plus belle époque des Galactiques. Evidemment, les autres protagonistes de la planète football ont tous leur avis sur la question. Certains sont sous le charme. D'autres sont agacés ou plus sceptiques. Arsène Wenger s'inscrit plus dans la seconde catégorie. Le manager des Gunners, un temps contacté par Perez pour prendre les rênes de la Maison Blanche, n'est pas vraiment convaincu.
Ce ne sont pas les 173 millions d'euros mis sur la table pour s'offrir les services de Cristiano Ronaldo, Kaka et Raul Albiol qui gênent l'Alsacien. "Les sommes peuvent paraître choquantes , explique-t-il. Mais elles sont le fruit d'un calcul effectué par l'investisseur. Il faut faire abstraction du jugement moral et se placer sur une question de rentabilité de l'opération, sur le plan financier". En fait, Wenger a plus de doutes sur le plan sportif. "Recruter plus de trois joueurs, c'est prendre un risque technique. On entre dans une zone d'incertitude. Mais si cela fonctionne, cela peut faire extrêmement mal", lance-t-il. Il est vrai que pour le moment le Real pense d'abord à recruter des noms qu'à composer une équipe équilibrée... Ce sera à Manuel Pélligrini, le nouvel entraîneur madrilène, de trouver la bonne formule quand la campagne des transferts sera terminée.
Obligé de recruter "modestement" depuis des années en raison de la construction de l'Emirates Stadium, l'ancien Monégasque n'est pas vraiment séduit pas cette logique. Il voit le football bien différemment. Et il compte bien démontrer cette année que sa mentalité peut être la bonne : "Le Real s'est orienté vers le football-spectacle. Mais une autre dimension existe: avoir du succès en construisant une équipe avec un style, un savoir-faire, une culture de jeu propre au club, des jeunes" , avoue-t-il. "C'est ce que l'on a choisi. Cela peut permettre l'apport d'un attachement au club, à une culture partagée. Je suis dans un projet de construction avec une équipe jeune. Je veux aller au bout. Ma jouissance provient de la voir pratiquer le football que j'aime. L'argent peut y contribuer, mais n'est pas le seul facteur. En restant à Arsenal, je veux justement montrer qu'on peut gagner autrement". Sans titre depuis 2005 et un succès en FA Cup, Arsenal l'espère...
Liga
Ronaldo, c'est officiel
27/06/2009 À 05:15
Premier League
Arsenal-Liverpool: 1-1
17/04/2011 À 17:14
Premier League
Terry : "On aurait dû gagner"
12/12/2010 À 20:30