Ce serait un cas inédit dans l’histoire du championnat d’Angleterre. Chelsea et Arsenal pourraient s’affronter dans un barrage à l’issue de la saison pour se départager. Après la dernière journée de Premier League dimanche, dont le principal enjeu résidera dans la course à la C1, à laquelle se mêlera aussi Tottenham, les deux clubs londoniens pourraient se retrouver à égalité parfaite à la troisième place du classement. Pour que ce cas de figure se produise, il faudrait que les Blues fassent match nul contre Everton et que les Gunners gagnent par un but d’écart à Newcastle tout en marquant deux buts de plus que Chelsea. En clair, un 0-0 à Stamford Bridge et un 1-2 à Saint James’ Park, comme un 1-1 et 2-3 ou 2-2 et 3-4. Et ainsi de suite. Des hypothèses tout à fait probables au vu des affiches.
Ils seraient alors à égalité en terme de points, de différence de buts et de buts marqués. Dans ce cas de figure, la Premier League ne prend pas en compte les confrontations directes, à l’avantage de Chelsea sur Arsenal (deux victoires 2-1). Les règlements prévoient d’organiser un match d’appui sur terrain neutre. Les instances ont déjà commencé à plancher sur cette possibilité. "La Premier League a consulté les deux clubs pour évoquer le processus de planification de ce barrage potentiel, a-t-elle indiqué dans un communiqué. Avec toutes les parties, nous sommes tombés d’accord sur le fait qu’il devra avoir lieu dès que possible après la fin de la saison." Si le stade de Villa Park à Birmingham tient la corde pour accueillir les deux formations, la date du 26 mai devrait être retenue. Ce qui ne ferait pas les affaires de Chelsea.

Wenger : "Je rêverais de ça"

Les Blues devaient partir dès la fin du championnat pour une lucrative tournée en Amérique du Nord, avec deux rencontres de gala contre Manchester City au programme, à Saint-Louis (23 mai) et à New York (25 mai). Le timing poserait aussi un problème pour la sélection anglaise, qui doit disputer deux matches amicaux contre l’Irlande (29 mai) et le Brésil (2 juin). Une rencontre au couteau face à Arsenal pour éviter les barrages de la Ligue des champions et se qualifier directement pour la phase de poules serait bien moins glamour. Rafael Benitez refuse d’envisager cette hypothèse, son équipe étant maîtresse de son destin. "Il est trop prématuré de parler de ça, a estimé le coach espagnol de Chelsea en conférence de presse vendredi. (…) Si nous devrons nous y soumettre, les règles sont les règles. Je ne pense pas que ce soit idéal, mais pour éviter cette situation, nous essaierons de gagner."

Chelsea and Arsenal could meet in a third-place play-off at Villa Park

Crédit: PA Sport

Premier League
Sans briller, Chelsea fait le travail
HIER À 18:38
Conscient que la dynamique du moment est favorable à Arsenal, meilleure équipe de Premier League depuis 1er février, Arsène Wenger se montre bien plus excité à l’idée de disputer un match couperet le week-end prochain. "Je rêverais de ça, a lancé le manager des Gunners. Mais un barrage est possible uniquement en cas de victoire à Newcastle. La tâche la plus importante est de remporter la rencontre et de ne pas trop spéculer sur la suite." Si le championnat d’Angleterre n’a jamais connu un barrage pour départager deux équipes à l’issue de la saison, cela avait bien failli se produire en 1995-1996. Dans la course au titre, Manchester United comptait deux points d’avance sur Newcastle avant la dernière journée. Tout avait été prévu en cas d’égalité et le match d’appui devait se dérouler à Wembley. Sauf que les Red Devils avaient dominé Middlesbrough (0-3), mettant fin à tout suspense.

La France reste évasive sur le sujet

Comme en Premier League, la Bundesliga prévoit dans ses règlements un barrage en cas d’égalité dans tous les critères retenus, dont le dernier est l’attaque à l’extérieur. Mais l’Allemagne n’a jamais vécu un tel scénario. La France reste, elle, plus évasive. La Ligue de Football Professionnel prend en compte la différence de buts générale, puis l’attaque et la différence particulière entre les clubs concernés. S’ils sont encore au même niveau, le classement du fair-play fait alors office de référence pour les départager. Et en cas de nouvelle égalité, on fait quoi ? "Les cas non prévus par le présent règlement sont tranchés par la commission des compétitions". Autrement dit, la LFP avisera le moment venu. Parmi les cinq grands championnats européens, seule l’Italie a déjà connu l’enfer d’un barrage en fin de saison.

Jusqu’à la saison 2005-2006, les instances classaient les équipes seulement au nombre de points, sans se préoccuper de la différence de buts, générale ou particulière. Les barrages pour une qualification en Coupe de l’UEFA (1987, 1988, 1989, 1999) ou pour le maintien (1993, 1995, 1998, 2001, 2003, 2005) se sont multipliés avant que la Ligue ne change le règlement. Un cas dans l’histoire de la Serie A se rapproche de celui que pourrait connaître la Premier League. A égalité à la quatrième place, l’Inter et Parme s’étaient affrontés en match d’appui pour attribuer le dernier ticket pour le tour préliminaire de la C1 en fin de saison 1999-2000. Les Nerazzurri étaient sortis vainqueurs de cette confrontation à Vérone (3-1). Mais battus par Helsingborgs (1-0, 0-0), ils n’avaient jamais vu la phase de groupes. Comme pour rappeler l’enjeu de la troisième place que Chelsea et Arsenal pourraient se disputer la semaine prochaine sur 90 minutes.

Arsene Wenger (FC Arsenal)

Crédit: Getty Images

Bundesliga
Werner, "l'ex-arme fatale" est rouillée, mais ne demande qu'à dégainer de nouveau
02/08/2022 À 21:20
Premier League
Koulibaly a appelé Terry avant de récupérer son numéro 26 à Chelsea
01/08/2022 À 16:41