Eurosport

L’architecte Guardiola, le patron De Bruyne, l’improbable Delph… les hommes clés du titre de City

L’architecte Guardiola, le patron De Bruyne, l’improbable Delph… les hommes clés d'un sacre
Par Eurosport

Le 15/04/2018 à 19:27Mis à jour Le 15/04/2018 à 21:21

PREMIER LEAGUE - Manchester City est devenu champion d'Angleterre pour la cinquième fois de son histoire après la défaite concédée par Manchester United face à West Bromwich Albion (0-1). Un titre qui porte d'abord la marque d'un collectif. Mais qui repose aussi sur cinq hommes dont le rôle a été capital cette saison.

C'est un titre éclatant pour Manchester City. Et cela rend d'autant plus difficile de dégager les individualités marquantes du sacre mancunien. Car il est d'abord l'œuvre d'un collectif où chacun a su apporter sa pierre à un magnifique édifice. On aurait pu citer David Silva pour ses inspirations, Sergio Agüero ou Gabriel Jesus pour leurs nombreux buts, Fernandinho pour son brillant travail de l'ombre, Leroy Sané pour ses accélérations irrésistibles… Il y avait l'embarras du choix. Mais s'il devait rester cinq acteurs majeurs de ce titre de champion, ce serait certainement ceux-là.

Josep Guardiola : l'architecte a persévéré

Le technicien catalan avait connu une première saison blanche sur le banc de Manchester City. Il n'a pas renié ses principes de jeu pour autant. Guardiola les a simplement adaptés à l'environnement si particulier de la Premier League. Avec un succès éclatant, car il a obtenu le meilleur des résultats de la plus belle des manières. Son équipe a survolé le championnat de bout en en pratiquant ce jeu offensif et attractif prôné depuis toujours par l'ancien coach du Barça et du Bayern. Après avoir régné sur l'Espagne et l'Allemagne, Guardiola a su imposer son style et sa loi en Angleterre. Sa persévérance a payé. Et c'est suffisamment remarquable pour être souligné.

Vidéo - Instant tactique : comment Guardiola a mis l’Angleterre à ses pieds

02:47

Raheem Sterling, l’homme des dernières minutes

Avant, Manchester United profitait du "Fergie Time" pour assommer ses adversaires. Ça, c’était avant. Cette saison, le temps additionnel aurait pu être renommé "Sterling Time". L’ailier supersonique a sauvé à de multiples reprises les Citizens en fin de match. Pour arracher les trois points ou empêcher une défaite des siens. Sur les 17 buts qu’il a inscrits cette saison, 7 l’ont été après la 80e minute. La définition même du joueur clutch. De feu-follet irrégulier à tueur des surfaces, Sterling a mué. Et City en a beaucoup profité.

Kevin De Bruyne, le mastermind

Le symbole de ce Manchester City cérébral et spectaculaire, c’est lui ! Replacé en relayeur, le Belge a ébloui l’Angleterre de sa classe tout au long de la saison et a enchaîné les prestations de haut vol dans les matches clés. 7 buts et 15 passes décisives en 33 matches mais une influence exceptionnelle dans le jeu des Citizens. En course pour être sacré meilleur joueur de la saison, l’ancien de Chelsea a clairement franchi un cap et fait partie des références à son poste. Au plus grand plaisir de ses attaquants.

Kevin De Bruyne avec Raheem Sterling sous les couleurs de Manchester City

Kevin De Bruyne avec Raheem Sterling sous les couleurs de Manchester CityGetty Images

Fabian Delph : l'improbable couteau suisse

La blessure de Benjamin Mendy ressemblait à un énorme coup dur pour City. Guardiola n'avait pas vraiment de doublure pour l'ancien Monégasque dans son effectif. Il a intronisé Fabian Delph, milieu défensif de formation, à un poste qui n'était pas le sien. L'international anglais s'en est remarquablement tiré. Il a su faire preuve d'une grande faculté d'adaptation et ce n'est pas un mince exploit. Car les exigences de Guardiola envers ses latéraux son très élevées, que ce soit sur le plan tactique, physique, ou technique. Delph a su y répondre dans tous les domaines. En ce sens, il a été la plus belle surprise mancunienne de la saison.

Ederson : le maillon manquant au bout de la chaîne

Son recrutement pour 35 millions d'euros pouvait laisser songeur. Mais l'ancien gardien de Benfica a rapidement justifié l'investissement des dirigeants mancuniens. Il a eu un impact considérable sur le titre de Manchester City. Par sa capacité à tenir son rôle de dernier rempart, ce qui n'est jamais simple pour un gardien qui débarque dans les combats typiques du championnat anglais. Mais aussi par sa qualité de passe pour se muer en premier relanceur dans le système de jeu mis en place par Guardiola. Ederson a donné pleinement satisfaction. Contrairement à Claudio Bravo la saison passée. Et cela explique en partie pourquoi City est devenu la meilleure équipe du Royaume.

Ederson décisif sur un penalty frappé par Luka Milivojevic lors de Crystal Palace - Manchester City en Premier League.

Ederson décisif sur un penalty frappé par Luka Milivojevic lors de Crystal Palace - Manchester City en Premier League.Getty Images

Cyril MORIN et Vincent BREGEVIN

0
0