On en apprend chaque jour un peu plus sur les arcanes du football mondial grâce aux Football Leaks. Selon les derniers documents officiels analysés par l'hebdomadaire italien L'Espresso, membre de l'EIC, Manchester City aurait contourné les règles du fair-play financier par un subterfuge savamment orchestré pour rémunérer en partie Roberto Mancini entre 2009 et 2013.
Le club anglais dont le propriétaire est le cheikh d'Abu Dhabi, Mansour bin Zayed al-Nayhan, rémunérait une partie du salaire de l'entraîneur italien via des sociétés (Sparkleglow puis IIS) basées sur l'île Maurice (un État à fiscalité réduite) au club d'Al Jazira (Abu Dhabi), dont le propriétaire n'est autre que... le cheikh Mansour bin Zayed al-Nayhan. L'Espresso précise ainsi que la transaction transitait par la Barclays, une banque dont le cheikh est un actionnaire. Des prestations de "conseils sur des questions relatives au football" réalisées par les sociétés Sparkleglow ou IIS derrière lesquelles se cachait Mancini servaient de justifications aux factures.

Roberto Mancini coach de Manchester City

Crédit: Eurosport

Premier League
Convaincu par Dia, West Ham est prêt à s'aligner sur les demandes de Reims
14/01/2021 À 09:43
Premier League
Les pronos de la semaine : Arsenal enchaîne
01/01/2021 À 06:09
Premier League
Drogba, Hazard, Werner : Chelsea et sa stratégie payante de l'entre-deux
05/06/2020 À 15:30