Ils sont à nouveau réunis. Pour leur plus grand bonheur. Et celui d'Everton. Cet été, Carlo Ancelotti est encore parvenu à attirer James Rodriguez. Pour la troisième fois de sa carrière, le Colombien se retrouve sous les ordres de l'Italien, qui sait le mettre dans les meilleures conditions et lui donne toute sa confiance. A juste titre tant les premières sorties de James dans l'autre club de Liverpool sont riches en promesses.

Il faut savoir raison garder. Ce ne sont que trois matches de Premier League. Mais les premiers pas dans le Royaume de James démontrent déjà l'impact qu'il peut avoir sur les Toffees, co-leader du championnat après avoir fait le plein de points depuis le début de la saison. "Il a tout : la vision, la qualité de passes et l'intelligence de jeu. C'est une vraie chance de l'avoir avec nous", se félicite dans le Liverpool Echo Abdoulaye Doucouré, l'ancien Rennais arrivé lui-aussi cet été.

Premier League
Le projet de restructuration de la Premier League ? Un manifeste pour un coup d'état
12/10/2020 À 22:27

Comment James change déjà Everton

Avec sa vista, sa technique et sa capacité à orienter le jeu, l'ancien Monégasque dicte le tempo. Il change surtout la façon de jouer d'Everton, sa manière d'attaquer, de construire ses actions. Et ses attaquants se retrouvent mieux servis à l'image d'un Dominic Calvert-Lewin, qui fait des ravages avec ses cinq buts en trois matches. "James va aider les attaquants car c'est un fantastique passeur, a prévenu Ancelotti la semaine passée. Avec James au Real, Ronaldo a marqué plus de 50 buts. Je ne vais pas demander à Dominic d'en marquer autant mais il peut viser 20 buts".

Tous les voyants semblent donc au vert pour James, qui commence pourtant juste à prendre ses marques en Premier League où il n'est jamais facile de s'adapter. Et ça peut surprendre alors que la star du Mondial 2014 au Brésil, où James avait explosé aux yeux du monde en terminant meilleur buteur, a dû se contenter de quelques bouts de matches avec le Real Madrid la saison passée. Huit au total en Liga. Et encore un seul en 2020… Mais voilà, le Colombien évolue à nouveau sous l'égide Ancelotti.

Ancelotti connait la formule

Sous les ordres de l'ancien boss de l'AC Milan, James Rodriguez avait connu l'une des saisons les plus prolifiques de sa carrière en 2014-2015, remportant le titre de meilleur milieu de terrain de la Liga avec 13 buts et 13 passes décisives en 29 matches. Leurs deux mois ensemble au Bayern, avant de voir Ancelotti prendre la porte, n'ont pas pu laisser entrevoir si cela pouvait se reproduire ailleurs. Mais les deux ont une relation particulière.

Carlo Ancelotti sait comment exploiter le Colombien. Il lui donne toute sa confiance. Le place dans les meilleures conditions sur le terrain pour lui laisser les clefs du jeu. Moins concerné par les tâches défensives, James a toute la liberté pour s'exprimer. Un traitement de faveur que Zinedine Zidane au Real ou Niko Kovac, avec qui James a eu des relations difficiles au Bayern lors de l'exercice 2018-2019, n'ont jamais accordé au maître d'orchestre colombien.

Avec Zizou au Real Madrid et notamment après l'éclosion d'Isco, James s'est le plus souvent retrouvé sur un côté, loin du cœur du jeu. Aux yeux de l'ancien numéro 10 de l'équipe de France, l'ancien Monégasque était un joueur de l'effectif madrilène. Pas plus. Tout l'inverse de la vision d'Ancelotti. Ce dernier le protège. Le cajole. Le place dans un cocon pour briller. Et il en récolte les fruits. Everton s'en délecte et espère maintenant que la recette se confirmera sur le long terme.

Premier League
Arsenal réalise un joli coup avec la signature de Partey
05/10/2020 À 22:15
Premier League
Cavani rejoint Manchester United
05/10/2020 À 21:09