Getty Images

Leicester solide dauphin, United en eaux troubles

Leicester solide dauphin, United en eaux troubles

Le 01/12/2019 à 19:21Mis à jour Le 02/12/2019 à 03:14

PREMIER LEAGUE – Vainqueur d'Everton sur le fil (2-1), Leicester est un solide deuxième de Premier League, avec huit longueurs de retard sur Liverpool mais, surtout, trois points d'avance sur Manchester City. Plus bas, Manchester United reste englué dans le ventre mou du classement après avoir perdu deux nouveaux points face à Aston Villa (2-2).

Dans l'ombre d'un Liverpool qui paraît intouchable, Leicester est en train de réaliser une saison incroyable, trois ans après son titre surprise. A domicile, les Foxes ont renversé un Everton mal en point (17e), dimanche, pour s'imposer (2-1) et conserver leur deuxième place. Les voilà à huit points des Reds mais surtout avec douze points d'avance sur la cinquième place (détenue par Tottenham), la première non-qualificative pour la C1. Manchester United, lui, continue d'afficher un visage moribond. Les Red Devils ont concédé le nul à Old Trafford contre Aston Villa (2-2). Un résultat qui les fige toujours dans le ventre mou à la neuvième place tandis que les Villans sont quinzièmes.

Cette saison, Kelechi Iheanacho ne s'est contenté que de miettes en Coupe de la Ligue avec deux apparitions et deux buts. Une fois en septembre et une autre fois en octobre. Sinon, le Nigérian n'a pas pris part aux débuts canons de Leicester encore une fois décidé à damer le pion aux gros de la Premier League (à l'exception de Liverpool). Jusqu'à ce dimanche. Lancé à l'heure de jeu par Brendan Rodgers, il a changé la face de son équipe qui était menée par Everton et ses deux Français Lucas Digne et Djibril Sidibé, passeur décisif sur l'ouverture du score de Richarlison (0-1, 23e). Puis Iheanacho est entré en scène.

United toujours au ralenti

D'abord sur l'égalisation (1-1, 68e) avec une passe décisive pour Jamie Vardy, meilleur buteur du championnat (13 réalisations). Puis surtout en délivrant les Foxes à la toute fin du temps additionnel (2-1, 90e+4) même si l'ancien attaquant de Manchester City a été signalé hors-jeu et que le VAR a mis plus d'une minute pour valider son but.

Peu importe si sa joie et celle de ses coéquipiers aura été différée, l'essentiel était ailleurs : avec une sixième victoire d'affilée, Leicester est un solide dauphin et baigne dans l'euphorie. Un sentiment étranger pour Manchester United qui continue d'avancer au ralenti. Le constat est dur pour un club de cette dimension : il a pris seulement dix-huit points après quatorze journées. C'est la première fois que les Red Devils affichent un total aussi faible depuis 1988-1989, une saison qu'ils avaient terminée onzièmes…

Avec un Anthony Martial amorphe à la pointe de leur attaque, les Mancuniens ont été accrochés par un Aston Villa bien décidé à vendre chèrement sa peau. Les Villans avaient surpris leurs hôtes avec une superbe frappe de Jack Grealish en lucarne (0-1, 11e) provoquant le réveil des hommes d'Ole Gunnar Solskjaer, enfin entreprenants pour renverser la situation avec un csc du gardien Tom Heaton (1-1, 42e) et un but de Victor Lindelöf (2-1 64e).

Mais Manchester a encore montré des failles défensives inquiétantes, qui ont été sanctionnées avec l'égalisation de Tyrone Mings (2-2, 66e) et qui auraient pu l'être plus largement sans un but refusé par le VAR à Mahmoud Hassan Trezeguet (29e) ou une barre du même Egyptien (44e). José Mourinho n'aura pas manqué d'observer ces carences avant de faire son retour à Old Trafford avec Tottenham, mercredi (20h30), quasiment un an après son limogeage.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0