Opinion
Football
Premier League

Pogba, l'Influenceur

Partager avec
Copier
Partager cet article

Paul Pogba lors de la rencontre opposant Manchester United à Sheffield, le 24 juin 2020

Crédit: Getty Images

ParPhilippe Auclair
29/06/2020 à 22:42 | Mis à jour 30/06/2020 à 17:24

PREMIER LEAGUE - Paul Pogba reste insaisissable, tour à tour agaçant ou génial, tout simplement. Mais depuis quelques temps, il offre le meilleur, à l'unisson du collectif de Manchester United, s'affichant dans un registre altruiste, épuré, inattendu. Jusqu'à faire changer les avis les plus critiques.

Ce n'est pas d'hier que Paul Pogba divise l'opinion et nourrit des débats à ce point stériles et exaspérants qu'on a envie de renvoyer dos à dos et ceux qui l'exècrent par habitude et ceux pour qui il est incapable de ne pas être génial. Et mon propos aujourd'hui n'est certainement pas de "choisir un camp". Il y a des moments où le joueur m'agace, d'autres où il me séduit, d'autres enfin où il me convainc tout à fait. C'est le cas en ce moment.

Nous parlons bien du Paul Pogba dont la saison avait été stoppée pour la première fois dès la mi-septembre, et qui n'avait pas joué une seconde depuis le Boxing Day 2019, avant que le coronavirus ne force l'interruption de la saison anglaise. Nous parlons bien du Paul Pogba qui, avant le déplacement de Manchester United à Brighton, n'a figuré que 149 minutes depuis que la Premier League a repris. Deux bouts de matches, contre Tottenham en championnat (1-1) et en quarts de finale de Cup contre Norwich (2-1), et une seule titularisation, contre Sheffield United (3-0), cela peut sembler bien trop peu pour émettre un jugement.

Premier League

Arsenal a fini par craquer

IL Y A UNE HEURE

Mais de même qu'on peut parfois se faire une idée juste des qualités techniques d'un footballeur en se basant sur le bruit produit par le ballon sur un contrôle délicat, on peut aussi se baser sur les impressions recueillies pendant un temps de jeu aussi bref sans trop craindre de se tromper, quand ces impressions sont aussi fortes que celles-là. Quand bien même Solskjaer parle toujours de la condition physique imparfaite du champion du monde, par exemple, chaque fois qu'on l'a vu, celui-ci a paru plus frais, plus vif, plus alerte que la quasi-totalité des joueurs avec lesquels il a partagé le terrain.

Si l'on ne s'en tient qu'aux chiffres, son bilan n'a rien d'extraordinaire. Il ne fut impliqué comme auteur ou comme passeur décisif sur une action de but qu'une seule fois, lorsqu'il provoqua le pénalty que Bruno Fernandes transforma pour obtenir le nul à Tottenham. Soyons clairs : les chiffres peuvent être laissés de côté en ce cas, certainement pour ce qui est de mesurer de son son influence sur le jeu, qui a été, chaque fois, plus que conséquente, et pas dans des matches de seconde importance, puisque c'est la qualification pour la Ligue des Champions 2020-21 et une demi-finale de la FA Cup qui étaient ou demeurent en jeu.

Il a fait le spectacle, en exécutant un petit pont d'école suivi d'un double-contact à la limite de la surface contre Sheffield United, qui ne fut pas loin de mener à un autre but d'Anthony Martial. Il y eut le coup du foulard réussi contre Norwich, qui lui valut un verdict de cinq étoiles sur le compte Instagram de Bruno Fernandes puis, dans le même match, la merveille de passe pour Odion Ighalo - exécutée comme si son pied droit avait été un sand wedge - qui, une partie de billard plus tard, se transforma en but pour Harry Maguire.

Ce n'était pas que sur les réseaux sociaux que Paul Pogba avait mérité le titre d'influenceur

Sa relation naissante avec Fernandes est de celles autour desquelles on bâtit une équipe, pour autant, bien sûr, qu'il y ait un McTominay pour jouer les agents de sécurité dans l'entrejeu. Fernandes, dont le positionnement naturel est plus en profondeur que celui de Pogba, permet au Français de peser là où il peut faire le plus mal avec son imagination, sa frappe et sa qualité de passe : dans les trente mètres adverses. Le plus prometteur pour Ole-Gunnar Solskjaer est qu'il n'y a rien d'étudié - au sens scolaire - dans les placements de ses deux milieux offensifs, qui semblent avoir trouvé d'emblée le ton juste pour jouer leurs rôles dans le duo espéré. L'aire de jeu comme terrain d'entente; sans forcer, et sans se forcer.

C'est peut-être cela, le plus frappant de l'affaire : le côté enjoué du jeu de Pogba. Si c'est ainsi que l'on se montre quand on est dit 'sur le départ', les supporters mancuniens doivent prier pour que nouvelles rumeurs continuent d'envoyer leur numéro 6 à Madrid, Turin, ou Paris. Pogba joue comme libéré d'un poids, et joue juste aussi, dans un registre différent, plus expansif que celui qu'il avait avec les Bleus au Mondial de 2018, mais qui n'est pas moins discipliné pour cela. Pas de gestes inutiles, pas de gri-gris pour la galerie. Pas de démonstrations de frustration non plus. Juste du bon, du très bon Pogba.

Même Roy Keane semble convaincu. "Bien sûr que Pogba a ses critiques, parce qu'il tellement de talent [mais] ce n'est pas parce qu'un joueur passe par un moment difficile qu'il ne donne pas tout ce qu'il a dans le ventre" dit-il au sujet du Français dans un entretien publié ce week-end dans l'Irish Independent. "Les joueurs [peuvent perdre] un peu de confiance. Tout le monde se précipite pour critiquer Pogba pour ce qu'il fait hors du terrain, mais faites-moi confiance : si Pogba gagnait match après match pour United, les gens le toléreraient".

Rappel : il y a un an et deux mois, le même Roy Keane disait du même joueur qu'il était "un gros problème pour United". Peut-être s'est-il écouté lui-même ?

Premier League

Chelsea s'est fait peur mais les Blues s'installent sur le podium

IL Y A 3 HEURES
Premier League

Guendouzi, la belle histoire qui vire au cauchemar

IL Y A 5 HEURES
Dans le même sujet
FootballPremier League
Partager avec
Copier
Partager cet article