Getty Images

Les ultras de Crystal Palace, l'exception pour le meilleur et pour le pire

Les ultras de Crystal Palace, l'exception pour le meilleur et pour le pire

Le 03/12/2019 à 09:06Mis à jour Le 03/12/2019 à 18:45

PREMIER LEAGUE - Si le championnat britannique est le plus médiatisé au monde, la présence de supporters passionnés contribue à cet engouement. Crystal Palace peut se targuer de posséder le seul groupe ultra référencé du Royaume. Une particularité qui fait le bonheur des Eagles, pour le meilleur et pour le pire.

Les préparatifs ont été intenses, les répétitions d’autant plus, mais le résultat a marqué, générant plusieurs sujets à la télévision et dans la presse britannique. Et c’était assez pour masquer la terrible déception de l’après-midi à Wembley, ce samedi 21 mai 2016, la défaite en prolongation lors d’une finale de FA Cup étouffante face à l’ogre Manchester United (1-2).

Les supporters de Crystal Palace n’ont eu de cesse de s’égosiller la voix pour encourager les leurs, mais la prestation des Homesdale Fanatics a surtout fait forte impression : banderole, tifo, chants enflammés et même quelques fumigènes avant la rencontre – ce qui avait mis la police londonienne, très attentive sur ce genre de fantaisie au sein des stades outre-Manche, en alerte. Tout y était pour ambiancer la section qui leur était réservée ainsi que l’ensemble des fans de Palace installés dans le temple du football, pour la deuxième finale de Coupe d’Angleterre des Eagles (après 1990, déjà perdue face à MU).

Les fans de Crystal Palace en 2016 à Wembley

Les fans de Crystal Palace en 2016 à WembleyGetty Images

La "fierté de Selhurst Park"

"C’était quelque chose qui n’avait jamais été fait auparavant. C’était exceptionnel. Et d’ailleurs on n’a plus vu cela depuis cette date à Wembley". La remarque de Nick Philpott, quinquagénaire fan des Eagles et abonné à Selhurst Park depuis plus de 40 ans, témoigne de l’effervescence existante autour de ce groupe de "fanatics", seul groupe ultra de club référencé en Premier League. "Ils cassent les codes dans notre pays qui n’est clairement pas habitué à avoir ce type de supporters. Or tout ce phénomène n’est pas quelque chose à prendre à la légère, c’est en vous jusqu’à ce que cela se concrétise. Et voilà plus de dix ans qu’ils font la fierté du club, de Selhurst (Park) et des autres supporters".

Depuis 2005 plus exactement, lorsque six membres du bloc B de la Homesdale Road Stand, frustrés par le manque d’âme dans l’enceinte des Eagles depuis la fin des années 90. Avec l’idée de s’inspirer de "ce qui se faisait de mieux en Europe en matière de supportérisme". "Les pionniers avaient l’habitude de partir en vacances en France. Ils allaient voir des matches du PSG. Ils s’inspiraient des Ultras et ramenaient cela ici. Ils faisaient cela déjà très jeunes, donc lorsque le groupe a démarré, on avait déjà cette mentalité", déclare John, membre des HF ne souhaitant pas en dire plus sur son identité.

The place to be

En France, mais aussi partout sur le Vieux continent : Italie, Allemagne, Grèce, Pays-Bas, partout où la culture ultra est complètement établie. Et, d’un groupe de six volontaires, le mouvement a pris de l’ampleur sans vraiment décoller dans une volonté pure et simple de rester "authentique" selon John : "Les Homesdale comptent plus de 200 membres environ intégrés au groupe, plus tous ceux de la section qui jouent un rôle de près ou de loin : répétition et composition des chants, élaboration des bâches et des tifos et le fait de faire vivre le mouvement."

Homesdale Fanatics (Crystal Palace)

Homesdale Fanatics (Crystal Palace)Getty Images

L’effet est immédiat dans le sud de Londres pour faire de Selhurst Park "the place to be" au royaume de sa majesté, une réalité augmentée depuis la remontée de Crystal Palace au sein de l’élite anglaise en 2013. Une tribune à l’ambiance surchauffée tout au long des quatre-vingt-dix minutes de match dans cette enceinte que le club occupe depuis plus de cent ans. Il faut dire que l’atmosphère dans les stades outre-Manche a souffert au cours des récentes décennies. Entre la volonté ferme du gouvernement britannique de mettre un terme à l’hooliganisme des années 70 et 80, patent et néfaste, couplé à un autre élément observé récemment selon Nick Philpott : "Il y a eu la fin des tribunes debout, mais c’est surtout le déménagement de nombreux clubs vers des enceintes plus modernes en périphéries pour certains qui n’a pas aidé."

"Soulless bowls"

Cette considération n’est donc pas un souci pour les Homesdale Fanatics et les fans de Palace, qui se targuent sans hésitation aucune d’être "le meilleur public à domicile" de l’élite, sans comparaison aucune. "Quand vous regardez les ambiances dans les stades des gros, elles ne seront jamais un problème pour Palace. En même temps, moi qui suis de tous les déplacements du club aussi, rien ne peut se comparer à Selhurst (Park). Et rien ne peut battre Palace. C’est un monde de "soulless bowls" (stades sans âme)" établit d’un ton affirmé John.

Il n’hésite pas à pointer du doigt les grands écrins du top 6, des "bibliothèques" qui ne véhiculeraient de ferveur que lorsque leurs équipes bénéficient du score du match en leur faveur, quand ces supporters se font davantage entendre lors des déplacements. Tottenham a semblé justement prendre ce problème à bras le corps en faisant construire dans son nouveau stade à un milliard d’euros sa tribune sud, kop des supporters des Spurs, inspirée du fameux "mur jaune" de ceux de Dortmund (17 500 places).

Echauffourées, voisinage et grève

Une atmosphère spéciale mise par les HF vient bien au-delà de la simple entrée dans Selhurst Park le jour de match. Les retrouvailles des membres s’effectuent dès la matinée, les banderoles et tifos déjà déballés quand les premières pintes commandées dans les pubs environnants ne sont pas déjà englouties. Une famille unie qui se dirige et traverse la Homesdale road, criant, chantant, et dégainant toute sorte d’engins pyrotechniques assez impopulaires auprès de la police britannique. Les affrontements sont fréquents entre forces de l’ordre et Ultras de Crystal Palace, quand ce ne sont pas les habitants du quartier qui se plaignent directement auprès du club pour nuisances sonores, bagarres et troubles à l’ordre public.

Les fans de Crystal Palace

Les fans de Crystal PalaceEurosport

Ce board voit-il d’un mauvais œil l’établissement du seul groupe ultra connu en son sein ? "Le club est fier de nous avoir. Il sait que notre soutien et l’ambiance à Selhurst Park sont indispensables pour les résultats de l’équipe" ajoute John. Jusqu’à la séparation fatidique, et cette grève entamée au début de la saison dernière. La raison ? La ferme volonté d’occuper une place plus centrale au sein de la Homesdale Road Stand via le bloc E, installé juste derrière les buts (le block B occupé jusqu’alors se situe dans un coin de la tribune) pour harmoniser l’ambiance dans tout le stade.

Soutien de la mouvance ultra et du Parc

Steve Parish, le propriétaire et président du club du sud de Londres, pas contre cette idée, souhaitait surtout trouver une solution pour les habituels occupants du bloc E, pour la plupart des abonnés de longue date. Un accord non conclu du fait de la résistance des abonnés, entraînant de fait l’absence des Ultras pour une période de quatre mois à Selhurst Park, avant un retour en décembre 2018 et la promesse de Parish d’occuper ce tant désiré bloc E pour août prochain. Une affaire qui a parasité le club tout le dernier exercice, et mal perçu par les autres fans des Eagles, qui tendent à une certaine fatalité.

"Ils supportent l’équipe quoiqu’il arrive, jusqu’à ce qu’ils n’obtiennent pas ce qu’ils veulent. C’est d’ailleurs un de leur slogans. C’est une bonne chose qu’une solution ait pu être trouvée, mais une bien mauvaise dans la façon dont cela s’est fait." souligne Nick Philpott avant d’enchaîner "C’est également pour cette raison que les HF sont les seuls fans de ce genre en Premier League. Cela doit venir des supporters, de quelque chose qui doit être en vous. Et les autres clubs doivent passer ce cap d’appréhension, qui leur rappelle trop les mauvaises années où les hools se cognaient dessus. Il ne s’agit pas de cela mais c’est compliqué de changer les mentalités. Palace a été le premier à le faire."

Interrogé, John n’a pas souhaité réagir à un conflit finalement gagné par les siens, et qui a pu observer pendant la grève le soutien de la mouvance ultra en Europe aux HF via des bâches installées au Parc des Princes ou au Nea Smyrni Stadium, antre du club grec de Panionios. La première bisbille entre board et HF. Quand on aime ses Ultras, on doit en accepter toutes les facettes.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0