Quatrième meilleure attaque de Premier League, et deuxième pire défense. Voilà une donnée qui illustre à merveille les qualités et les manques de Leeds United cette saison. Capables de prestations très solides (nul contre City, victoires 3-0 et 5-0 sur les pelouses d’Aston Villa et West Bromwich Albion) et de sorties beaucoup plus décevantes (naufrage à Manchester United 6-2, défaite à domicile contre West Ham, élimination en Cup par Hull City, club de troisième division), les Peacocks manquent surtout de régularité en cette première partie de saison pour être une véritable satisfaction.
Fidèles à leur style de jeu et à celui de leur entraîneur, les Whites ont pourtant fini fort l’année 2020, avec un virage du Boxing Day pour l’instant bien négocié, et deux succès d’affilée sans prendre de but avant leur premier match de l’année sur la pelouse de Tottenham (samedi, 13h30). Globalement, la formation de Marcelo Bielsa offre du spectacle à ses spectateurs et aux suiveurs du championnat anglais, pour le plaisir des fans de football, mais parfois au détriment de meilleurs résultats. Petit tour d’horizon de la première moitié de saison de Leeds United, un promu pas comme les autres.

Une défense trop fragile, quand le beau jeu a ses limites

Premier League
Une prolongation de taille : Son prolonge jusqu'en 2025 avec Tottenham
23/07/2021 À 12:14
Ce qui doit avant tout gratter un tacticien maniaque comme Marcelo Bielsa, ce sont les 30 buts encaissés lors des seize premières rencontres de championnat, faisant de Leeds la deuxième pire défense de Premier League. À titre de comparaison, les champions de deuxième division avaient réussi à n’encaisser que 35 buts en 46 matchs de championnat la saison dernière.
Pourtant, la cage gardée par le jeune français Ilan Meslier est restée inviolée à six reprises depuis le début de saison, ce qui révèle un premier problème : une fois le premier but encaissé, la défense des Peacocks a du mal à rester concentrée. Pour preuve, la formation du nord de l’Angleterre a encaissé 3 buts ou plus durant sept matches cette saison, plus que n’importe quelle autre équipe du championnat anglais. Entre clean sheets et journées portes ouvertes, l’inconstance défensive de Leeds est un premier axe à améliorer lors de la deuxième partie de saison.

Où en est le Leeds de Bielsa avant d'affronter MU ?

Le deuxième problème concret apparaît lorsque l’on regarde l’origine des buts encaissés par les Whites. 14 d’entre eux viennent directement de coups de pied arrêtés, ce qui fait de Leeds l’équipe la plus fragile de Premier League sur ces phases de jeu.
Cette faiblesse avait déjà été remarquée assez tôt dans la saison par Marcelo Bielsa lui-même, qui avouait en conférence de presse après la deuxième journée : "Nous sommes inquiets. Mais avec la suite du championnat nous allons identifier pourquoi ces erreurs sont arrivées et essayer de les empêcher de se reproduire". Une tentative pas vraiment concluante pour l’instant, et qui coûte des points précieux au technicien argentin.
Exemple criant de cette vulnérabilité sur phases arrêtées, le match contre West Ham le 11 décembre dernier. Après avoir ouvert le score et tenu le ballon avec 64% de possession, les joueurs de Leeds avaient encaissé deux buts de la tête sur corner par Soucek et Ogbonna, concédant leur troisième défaite de la saison à domicile.
Un second axe de progression assez clair, toutefois plutôt nié par Marcelo Bielsa. "Il est normal que nos meilleurs joueurs de tête soient confrontés aux meilleurs joueurs de tête du championnat, et c’est normal qu’ils puissent perdre ces duels. Les autres formations ne défendent pas spécialement mieux que nous sur ces phases, et ce n’est pas vraiment l’entraînement qui peut améliorer ces choses-là", avait déclaré El Loco après ce revers. Malgré ces déclarations, les progrès défensifs de Leeds semblent devoir passer par une plus grande rigueur sur phase arrêtée.

Bielsa Leeds

Crédit: Getty Images

Un promu qui impressionne avant tout, et qui gagne

Pour autant, la formation des Peacocks impressionne, surtout par la qualité de son jeu, et surtout pour un promu. Les hommes de Bielsa n’ont pas changé les principes qui ont fait leur marque de fabrique ces deux dernières années : une gestion du ballon la majeure partie du temps, beaucoup de mouvement, une grande polyvalence des joueurs de champ et un repli défensif très rapide à la perte de la balle.
Dans la possession, Leeds affiche d’ailleurs des statistiques impressionnantes, contrôlant le ballon 57,6% du temps. En Angleterre, seuls Manchester City (60,7%) et Liverpool (60,2%) font mieux, signe du profil si atypique des Whites et de leur empreinte en Premier League.
Cette philosophie de jeu, Bielsa tient à ne surtout pas la renier. Après la lourde défaite à Old Trafford (6-2), El Loco avait d’ailleurs déclaré : "On doit changer ce qui ne va pas, garder ce qui fonctionne correctement, mais en aucun cas nous ne devons changer notre manière de jouer". Et si l’équipe pèche en défense, elle compense jusque-là par une attaque virevoltante, bien aidée par le retour en forme de son buteur Patrick Bamford.
L’anglais de 27 ans, qui sortait d’une saison compliquée en Championship, a retrouvé l’efficacité devant le but et se trouve cinquième meilleur buteur du championnat, avec déjà dix réalisations. Avec cette attaque de feu, la quatrième meilleure de Premier League, le collectif offensif de Leeds promet un spectacle à chaque rencontre et en fait une équipe qui gagne.

Des observateurs trop exigeants avec Leeds ?

Car malgré les critiques qui peuvent émerger sur cette formation, elle se trouve onzième du championnat anglais, bien loin devant les deux autres promus Fulham (18ème) et West Brom (19ème), et devant des formations reconnues en Premier League comme Arsenal ou Wolverhampton. Et en dépit des imperfections défensives, il est important de rappeler que la majeure partie de l’effectif de Leeds découvre la Premier League et ses exigences cette saison. Avec des ambitions de jeu aussi élevées et un effectif comme le sien, Marcelo Bielsa réussit pour l’instant son pari.
Cependant, le personnage d’El Loco ne fait pas l’unanimité. Et si les observateurs anglais sont si exigeants avec Leeds, cela s’explique en partie par la présence de Bielsa sur son banc, un personnage qui s’est construit dans son côté clivant. Beaucoup critiquée par les médias anglais (à juste titre) sur son inconstance dans les résultats, la formation de Leeds sort de deux victoires consécutives, bonifiées par des clean sheets, et a enfin l’occasion de faire taire les critiques sur son absence de régularité avec ce déplacement à Tottenham, pour le premier match de l’année 2021. Une troisième victoire en sept jours serait l’occasion de montrer à l’Angleterre et à l’Europe que le beau jeu et les résultats positifs peuvent être alliés, même chez un promu.

Leeds United celebrate v West Brom

Crédit: Getty Images

Premier League
Manchester United, exception parmi les exceptions
20/07/2021 À 22:30
Premier League
Lloris, et si c'était le moment de tourner la page ?
19/07/2021 À 22:30