Touché à la cheville droite contre Chelsea samedi (1-0), en demi-finale de Cup, Kevin De Bruyne aurait dû être le sujet principal de la conférence de presse de Pep Guardiola, mardi. Mais l’officialisation de la Super Ligue est passée par là. Et les questions adressées au technicien catalan ont évidemment concerné le statut de membre fondateur de Manchester City dans ce projet particulièrement décrié.
Pourtant, la blessure du maître à jouer des Citizens est tout sauf anecdotique. Son forfait pour le déplacement à Villa Park, mercredi soir en Premier League (21h15), est d’ores et déjà acté. De Bruyne pourrait aussi manquer la finale de League Cup contre Tottenham, dimanche. Alors forcément, tous les yeux sont tournés vers la demi-finale aller de Ligue des champions contre le PSG, trois jours plus tard. Avec une question : comment City s’organisera-t-il s’il doit se passer de son homme à tout faire ?
Premier League
Une prolongation de taille : Son prolonge jusqu'en 2025 avec Tottenham
23/07/2021 À 12:14

14 victoires en 16 matches sans De Bruyne

Impossible de deviner. Alors, il faut regarder derrière. Et pas besoin d’aller très loin : le futur champion d’Angleterre s’est déjà passé de "KDB" cette saison. Pour deux matches, fin octobre. Puis durant presque un mois, en début d’année. Ce qui n’avait alors pas franchement réjoui Guardiola. "Kevin va beaucoup nous manquer, il est presque irremplaçable étant donné ses qualités". À l’arrivée, le technicien catalan a bien dû le remplacer. Sans que son équipe ne s’en trouve impactée dans ses résultats.

Kevin De Bruyne

Crédit: Getty Images

Les Citizens ont disputé, au total, seize matches sans le Belge cette saison, entre ses blessures ou ses mises au repos. Pour un bilan de… 14 victoires, un nul et une défaite. "En même temps, si vous voulez gagner des titres importants, vous avez besoin d’autres choses qui sont aussi irremplaçables : le charisme de l’équipe, l’engagement, les relations entre toutes les stars dans le vestiaire", avait poursuivi Guardiola. Vu de l’extérieur, impossible de connaître les liens dans le vestiaire. En revanche, sur le terrain…
Sur les 16 matches disputés sans De Bruyne, voilà les joueurs qui ont été le plus utilisés par Guardiola, sur les cinq postes plus ou moins offensifs de son 4-3-3 hybride, donc hors défense et hors Rodri, sa sentinelle.
  • Bernardo Silva : 15 titularisations
  • Sterling : 11
  • Foden : 11
  • Gabriel Jesus : 10
  • Gündogan : 10
  • Mahrez : 8
  • Torres : 7
  • Aguero : 3

Gündogan plus attiré par le but, Cancelo plus influent ?

La tendance irait donc à Gabriel Jesus en pointe, Raheem Sterling et Phil Foden sur les côtés de l’attaque, Bernardo Silva et Ilkay Gündogan dans l’entrejeu. Mais Sterling traverse une passe très compliquée et il est, aujourd’hui, beaucoup plus probable de voir Riyad Mahrez démarrer un match important. Au-delà de ces spéculations, il est intéressant de se pencher sur certaines performances individuelles en l’absence du Belge.
Le cas Gündogan est particulièrement marquant. Le milieu de terrain allemand, meilleur buteur des Citizens cette saison, n’a pas attendu la "longue" absence de son coéquipier en janvier pour se révéler devant le but. Mais sans lui, il en a profité pour se projeter encore plus… et inscrire ses trois doublés de la saison en championnat. Soit la moitié de ses buts en Premier League inscrits sans l’ancien de Chelsea.

Pep Guardiola et Ilkay Gündogan

Crédit: Getty Images

Dans une moindre mesure, Joao Cancelo est également un exemple intéressant. Le latéral portugais qui vient très souvent à hauteur de Rodri au milieu de terrain, pour libérer notamment… Gündogan a délivré sa première passe décisive de la saison lors d’une rencontre face à West Ham que De Bruyne avait commencée sur le banc. La seconde, en même temps que son premier but en PL, est arrivée au moment de la blessure du Belge en début d’année. Manchester City n’est pas meilleur sans De Bruyne. Mais d’autres individualités se retrouvent plus responsabilisées sans lui.
Au-delà du respect de l’animation collective, Guardiola en attendra donc autant de plusieurs autres joueurs, du "prince" Foden à l’irrégulier Sterling. Mais dans le cœur du jeu, le facteur X de la créativité mancunienne s’appellera certainement Bernardo Silva. Dans un registre bien différent, car moins décisif. "Il offre quelque chose que Kevin de Bruyne ne peut pas offrir", déclarait Guardiola à son sujet. Un très bon point, pour l’homme qui n’a manqué qu’un match en l’absence du Belge. Et sans aucun doute l’une des clés de la vie sans « KDB ».
Premier League
Manchester United, exception parmi les exceptions
20/07/2021 À 22:30
Premier League
Lloris, et si c'était le moment de tourner la page ?
19/07/2021 À 22:30