Il est toujours plaisant de reparler d’Alexandre Lacazette. Parce que les souvenirs laissés du côté de Lyon sont intacts et que son football respire la modernité. Sauf qu’on ne vit pas sur des souvenirs. Le numéro 9 des Gunners le sait mieux que personne. A Arsenal mais surtout en Premier League, on ne survit qu’à travers le but ou l’aspect décisif. Spectaculaire mais réducteur quand il s’agit de lui.

Alors, parfois, l’ancien Lyonnais prend feu pour rappeler qu’il reste un chasseur de buts hors-pair et complet. Si Arsenal va mieux ces dernières semaines, il le doit en grande partie au retour en forme de son buteur, auteur de cinq buts sur ses quatre derniers matches. Pierre-Emerick Aubameyang aux abonnés absents, c’est lui qui a repris le flambeau pour être le meilleur buteur des Gunners cette saison (7 buts en Premier League).

Premier League
Leeds, Karen Carney et le harcèlement
04/01/2021 À 22:53

"Il avait besoin de cette confiance en marquant des buts, a loué Arteta après son récital face à West Bromwich (4-0). Il s’est toujours battu pour l’équipe mais il avait besoin de cette chance pour que la balle lui arrive dans les bons moments". "Il a acquis une énorme confiance sur les dernières semaines et a grandi grâce à ça, complète Simon Collings, suiveur des Gunners pour l'Evening Standard. Plus tôt dans la saison, il y a eu le débat de savoir qui devait être le buteur d’Arsenal entre lui et Nketiah. Mais dans ce nouveau système, en 4-2-3-1, avec des joueurs en mouvement autour du lui, il est le meilleur joueur pour mener l’attaque. Il est le numéro 9 d’Arsenal, sans aucun doute, et ça sera à quelqu’un d’aller lui retirer". Alors, page définitivement tournée ?

C’est oublier que l’histoire de Lacazette à l’Emirates n’a cessé d’alterner les hauts et les bas. Débarqué en 2017 contre plus de 50 millions d’euros, le Français reste sur un bilan mitigé. "Pour moi, il a été un peu malchanceux depuis son arrivée à Arsenal, rembobine le journaliste anglais. Il est arrivé dans une période d’instabilité, avec autant de managers différents, ça a été compliqué. On a vu le vrai Lacazette lors de sa deuxième saison avec son duo devant avec Aubameyang quand ils sont arrivés en finale d’Europa League. Mais il n’a pas entièrement répondu aux attentes car il n’a pas été aussi prolifique qu’en France. Reste qu’il n’est pas le seul responsable de ça". Ses statistiques globales (57 buts en 146 matches) ne disent pas tout de son statut chez les Gunners, ni intouchable ni surprotégé comme d’autres.

Alexandre Lacazette (FC Arsenal)

Crédit: Getty Images

Wenger, Emery, Arteta : mêmes doutes, mêmes débats

A son arrivée, c’est un Arsène Wenger fan du joueur qui découvre un buteur racé mais qui traverse des périodes de turbulences en silence. Ses habitudes en Ligue 1 lui permettaient de les cacher plus facilement tandis qu’en Angleterre, elles se retrouvent clairement exposées à la vue de tous. Cyclique Lacazette. "Je réalise maintenant, quand je le vois à l'entraînement, qu'il n'était plus lui-même depuis un moment, expliquait ainsi l’Alsacien en avril 2018. Ce qui explique pourquoi il n'inscrivait que peu de buts. Il était toujours catégorique ‘je vais bien, je vais bien’, mais les joueurs sont ainsi. Ce n'était pas dramatiquement différent avant, c'était un bon joueur". Une problématique également soulevée depuis par Unai Emery et par Arteta qui n’ont jamais su, ou jamais pu, l’installer de manière indétrônable à son poste.

Depuis, Lacazette suit toujours ce schéma-là. Et pâtit, plus que d’autres, de son profil atypique. Sa force collective devient une faiblesse lorsque l’on attend de lui monts et merveilles. Le numéro 9 des Gunners ne s'épanouit que dans un style où il est un relais central. Autrement, il peut disparaître et ne jamais sortir de sa boîte. "Son jeu est ainsi fait, confirme Simon Collings. Plus que d’autres attaquants, il est dépendant du jeu autour de lui. Quand Arsenal a perdu six ou sept matches de suite, on sentait un Lacazette isolé, en manque de mouvements de sa part mais aussi autour de lui. C’est un attaquant qui a besoin d’espace".

D’ailleurs, son renouveau actuel s’explique principalement par ce passage au 4-2-3-1 et l’incorporation du jeune Emile Smith-Rowe en meneur derrière lui. Avec les fusées Aubameyang et Saka qui prennent la profondeur dans son dos, Lacazette retrouve du trafic autour de lui et donc des couleurs. Par sa capacité à décrocher, conserver et réorienter, le Français reste à part. Sa passe en une touche dans l’espace sur le deuxième but des Gunners est peut-être le symbole le plus évident de son renouveau, plus que ses buts.

Arsenal-Lacazette, mariage sur la durée ?

Trois ans et demi plus tard, Lacazette en est finalement au même point : prouver à Arsenal qu'il est un pion essentiel pour l’avenir. Même si celui-ci n’est pas forcément très clair non plus chez les Gunners. Les deux entités s’étaient mariées dans une perspective simple : accrocher la Ligue des champions chaque année. Des deux côtés, la mission est ratée.

Sous contrat jusqu’en 2022, le Français est à la croisée des chemins. Car, cet été, c’est son avenir dont il sera fortement question chez les Gunners. "Arsenal va devoir prendre une décision avec lui cet été car Arsenal ne peut pas se permettre de refaire la même erreur qu’avec Özil, en fin de contrat, rappelle le journaliste anglais. Si on m’avait posé la question il y a quelques mois, j’aurais eu tendance à dire qu’il allait partir. Mais maintenant, cela dépend uniquement du choix de Lacazette de découvrir autre chose, ou non". Autrement dit : la prolongation ou la sortie.

Sur le marché, son étoile n’a pas complètement pâli avec un Atlético qui surveille encore ses performances et une Juve toujours présente dans le dossier. Mais pour réveiller les géants, il faut frapper des grands coups. Voilà donc la mission pour Lacazette : entamer un cycle enfin durable pour se rappeler à leur bon souvenir.

"Maison de retraite" de Chelsea et le symbole Xhaka : les 5 achats qui résument Arsenal

Premier League
Coup dur pour Leicester : Vardy absent plusieurs semaines
HIER À 16:03
Premier League
Tuchel et Rangnick sur la short-list de Chelsea en cas de départ de Lampard
HIER À 15:43