Mayence, Dortmund, Paris… puis l’Angleterre ? Débarqué du banc de la capitale le 24 décembre dernier, l’ex-entraîneur du PSG Thomas Tuchel est à la recherche d’un nouveau challenge, et celui-ci pourrait bien se trouver en Premier League. D’après Bild, le coach allemand souhaiterait entraîner dans le Royaume, et ça tombe bien : il y garde une cote élevée, et une poignée de clubs seraient intéressés par sa venue. Le mariage entre Tuchel et l’Angleterre serait-il malgré tout si heureux ?

Quelles places à prendre ?

Le jour même où la rumeur du départ de Tuchel a éclaté, la question de son avenir était déjà sur la table. Le journaliste de Bild Christian Falk, sur les réseaux sociaux, écrivait quelques minutes après l’annonce du limogeage de l’entraîneur parisien : "L’un des meilleurs coaches allemands du marché est libre pour un nouveau challenge, et Thomas Tuchel est intéressé par la prochaine étape : la Premier League." Cela, en ajoutant les noms d’Arsenal et de Manchester United.
Premier League
Une prolongation de taille : Son prolonge jusqu'en 2025 avec Tottenham
23/07/2021 À 12:14
Problème : il faudrait que les deux historiques anglais se séparent de leurs entraîneurs actuels. Difficile de l’imaginer à MU, où Ole Gunnar Solskjaer, même sans convaincre entièrement ses détracteurs, mène pour l’instant les Red Devils à la deuxième place. C’est plus probable à Arsenal, actuellement 13e et où Mikel Arteta semble en difficulté. Mais l’Espagnol semble garder la confiance de ses dirigeants, et a réenclenché la marche en avant lors des deux dernières journées.
Un autre membre du “Big six” historique pourrait également accueillir Tuchel : Chelsea. Si les Blues sont 6es, leur entraîneur Frank Lampard ne fait pas l’unanimité, du fait notamment de ses difficultés dans les grands matches. Et Bild rapportait que Tuchel n’était pas insensible à l’idée de retrouver certains joueurs allemands, dont Kai Havertz et Timo Werner, tout récemment recrutés à Stamford Bridge.
Aucun autre club de forte stature ne semble atteignable pour l’Allemand : Klopp (Liverpool), Guardiola (Man City), Mourinho (Tottenham), Rodgers (Leicester) et Ancelotti (Everton) sont bien installés sur leur banc respectif. S’il visait plus bas, Wolverhampton pourrait lui convenir, si les Wolves (12es) se séparaient de leur coach Nuno Espirito Santo. Mais cela correspondrait sans doute à un pas en arrière dans la carrière de l’Allemand.

Mikel Arteta, Manager of Arsenal and Frank Lampard, Manager of Chelsea

Crédit: Getty Images

Est-il un Klopp "bis" ?

Une chose est sûre : Thomas Tuchel garde une cote élevée outre-Manche. Plusieurs facteurs l’expliquent : son palmarès assez fourni (quatre trophées avec Paris, une Coupe d’Allemagne) ; son style de jeu offensif, tout à fait compatible avec la Premier League moderne (Guardiola, Bielsa et surtout Klopp le montrent bien) ; et surtout, sa proximité, du moins supposée, avec l’entraîneur allemand de Liverpool, devenu une véritable icône chez les Reds. Il partage aussi un profil de manager, touche à tout, notamment sur le mercato, qui irait très bien en Angleterre.
Tuchel n’a jamais échappé à la comparaison. Son parcours en Allemagne, où il est passé après Klopp à Mayence avant de lui succéder à Dortmund, en est évidemment la cause. Son style de jeu positif également, bien qu’il se rapproche plutôt de Guardiola que du "Fussball total" de son homologue allemand. L’ancien coach parisien a en plus reçu, plusieurs fois, les louanges du champion d’Angleterre et d’Europe. "Thomas est un coach incroyable, et je pense vraiment que cela a été une très bonne décision du PSG d'aller le chercher", avait notamment dit Klopp avant la rencontre Liverpool-PSG en C1 en septembre 2018.

Thomas Tuchel and Jurgen Klopp

Crédit: Getty Images

Pour autant, les Britanniques pensant avoir affaire à des “jumeaux” risquent d’être déçus. Car leur style de management et leur personnalité sont parfois aux antipodes. Là où Klopp reste vénéré à Mayence et Dortmund, Tuchel est à chaque fois parti en colère et par la petite porte. Là ou le coach de Liverpool est très à l’aise avec les médias, l’ancien du PSG est un communicant plus maladroit. Cela pourrait jouer, dans une Premier League impitoyable avec ceux qu’elle n’apprécie pas.

Plus de football, moins de politique ?

"J'aime juste le football et, dans un club comme ici, il ne s'agit pas toujours de football. Là, je me dis : 'Mais je veux simplement être entraîneur.'" Quelques jours avant la fin de son aventure parisienne, Thomas Tuchel faisait part de sa lassitude, regrettant que la politique soit omniprésente au PSG. En cela, l’Angleterre est un choix pertinent : maniaque de tactique et de petits détails, l’Allemand pourrait se voir offrir plus de pouvoirs sportifs, grâce à un éventuel poste élargi de manager courant outre-Manche.
Mais plus de sportif ne veut pas dire moins de politique. Tuchel aura toujours des supérieurs avec qui composer, comme Leonardo au PSG - à Arsenal, par exemple, ce serait le "Head of football" Vinai Venkatesham. Et il devra, où qu’il aille, composer avec une presse qu’il n’a pas toujours reçue amicalement, notamment en France. Au pays du tabloïd-roi, Klopp l’a bien compris, en maniant l’humour et la proximité. Tuchel n’a plus qu’à suivre son chemin, si toutefois il débarque dans le Royaume.

"Le ver était dans le fruit" : pourquoi le PSG a choisi le bon moment pour virer Tuchel

Premier League
Manchester United, exception parmi les exceptions
20/07/2021 À 22:30
Premier League
Lloris, et si c'était le moment de tourner la page ?
19/07/2021 À 22:30