L’image avait fait parler en Angleterre, le 28 février dernier. Alors qu’il célébrait le premier de ses deux buts, Gareth Bale n’avait que peu goûté à "l’incruste" de Lucas Moura, visiblement pas au courant de la célébration préparée du Gallois, et venu réaliser un "L" hors sujet avec ses doigts. De quoi amuser la presse quelques jours, pas plus. Car si le Brésilien fait parler de lui ces dernières semaines, c’est avant tout pour ses performances.
Oubliez le pur ailier version PSG : c’est dans le cœur du jeu que Lucas est aligné la majorité du temps depuis maintenant plus d’un mois. Le 7 février dernier, Mourinho innovait en titularisant l’ancien Parisien comme meneur dans son 4-2-3-1, alors que l’intéressé n’avait plus été aligné d’entrée en championnat depuis la sixième journée. Depuis, le joueur de 28 ans n’a presque plus quitté cette nouvelle position, avec un bilan de deux buts et une passe décisive sur ses six derniers matches de Premier League. Avant cela, il n’avait marqué qu’une fois sur la scène nationale.

Souvenirs de jeunesse

Premier League
Une prolongation de taille : Son prolonge jusqu'en 2025 avec Tottenham
23/07/2021 À 12:14
C’est donc tout naturellement que Lucas est annoncé titulaire au milieu pour le bouillant derby face à Arsenal, dimanche (17h30). Forcément une bonne nouvelle en termes de temps de jeu pour l’ex-joueur de Sao Paulo, qui a de nouveau droit à un rôle majeur dans les matches "qui comptent". Et qui est loin de voir ce repositionnement comme un sacrifice. "Je suis heureux d’être impliqué et je me sens très bien à ce poste", déclarait-il après la nette victoire des Spurs contre Crystal Palace, dimanche (4-1).

Lucas Moura

Crédit: Getty Images

"Quand j’étais plus jeune, je jouais toujours comme numéro 10 et j’aime cette position car je me sens libre, a-t-il insisté. Je peux courir de gauche à droite, au milieu, toucher plus de ballons, créer des occasions pour les attaquants. Donc j’aime ce poste et je suis heureux de la confiance que José m’accorde". Une confiance évidemment justifiée, tant le Brésilien est capable d’apporter dans différents registres.

"Il est très bon sous pression"

Le déchet dans son jeu ne s’est pas évaporé, certes. Mais on l’a vu, les statistiques offensives du feu follet en Premier League ont changé depuis qu’il a quitté son couloir. Son impact aussi. Lucas a tenté 20 dribbles sur ses trois dernières titularisations en Premier League, alors que sa moyenne atteint à peine… un dribble par match en moyenne, lorsqu’on lisse ses performances sur l’ensemble de la saison. Mais alors que Tanguy Ndombele a reculé d’un cran dans l’entrejeu, son apport se ressent aussi dans le travail défensif et de harcèlement, son positionnement étant presque celui d’un numéro huit par séquences.

Lucas Moura (Tottenham), à la lutte avec Declan Rice (West Ham), sous le regard d'Harry Kane

Crédit: Getty Images

C’est d’ailleurs de son pressing sur Luka Milivojevic qu’est venue l’ouverture du score des Spurs contre Palace dimanche. "Dans cette position, Lucas nous donne beaucoup de vitesse, de changements de rythme, se réjouissait Mourinho dimanche. Il est très bon sous pression et performant contre des équipes comme Crystal Palace, qui sont très compactes avec deux lignes de quatre. Il peut se retourner, dribbler, casser les organisations adverses. Je suis content de lui".
Alors que Gareth Bale a enfin marqué son territoire dans le couloir droit, Dele Alli retrouve des sensations et le retour de blessure de Giovani Lo Celso est imminent. La donne pourrait donc changer à court terme mais pour le moment, le jeu des Spurs est bien, en partie, dans les pieds de Lucas. Voilà qui était pour le moins inattendu il y a encore quelques semaines.
Premier League
Manchester United, exception parmi les exceptions
20/07/2021 À 22:30
Premier League
Lloris, et si c'était le moment de tourner la page ?
19/07/2021 À 22:30