Cela relève de la magie, ou presque. Parvenir à tant compter dans l’histoire d’un club - qui plus est grand comme l’est le Liverpool FC -, sans jamais y avoir le statut de joueur majeur. Le magicien s’appelle Divock Origi. C’est lui qui avait planté le dernier clou dans le cercueil de Tottenham, en finale de la Ligue des champions 2019, quelques semaines après avoir repris victorieusement le mythique corner rapide de Trent Alexander-Arnold lors de la demie retour face au FC Barcelone (4-0, défaite 3-0 à l'aller).
Origi, c’est aussi une pléiade de buts décisifs dans le money time en Premier League pour les Reds. Dont un en 2018-2019, lors de la 14e journée, alors qu’il n’avait pas encore joué de la saison et qu’il faisait toujours banquette à la 83e minute. Il avait crucifié Everton au bout du temps additionnel. Samedi, il a refait le coup, sur la pelouse de Wolverhampton (0-1), permettant à Liverpool de doubler Chelsea. Pour le plus grand bonheur de son coach, Jürgen Klopp.
Premier League
Un test "supposé positif" au Covid-19 : Klopp va rater Chelsea-Liverpool
01/01/2022 À 15:53

"Ce n’est pas une victoire chanceuse"

"Quand vous n’arrivez pas à marquer, vous devez juste continuer de pousser. C’est ce que nous avons fait… Et Divock Origi, la légende, est arrivé, et il a terminé le travail pour nous, j’aime ça !", s’est enthousiasmé le technicien allemand en conférence de presse. Son équipe talonne d’un point Manchester City, leader de Premier League après 15 journées.
Entré à la 68e minute, Origi a donc encore joué les sauveurs. Mais ce succès n’a rien de miraculeux, aux yeux de Klopp : "Ce n’est pas une victoire chanceuse. Nous avons été chanceux de marquer tardivement (90e+4, NDLR),mais prendre un point aurait été chanceux pour les Wolves". Le but, en lui-même, ne doit pas grand-chose au hasard.

Comment van Dijk a ravivé la flamme… offensive de Liverpool

"Be Divock"

Une diagonale millimétrée de Virgil van Dijk, une première touche de balle exceptionnelle de Mohamed Salah : les deux-tiers de l’action sont du pur Liverpool. Et son dénouement - une finition limpide de l’attaquant belge de 26 ans - n’est pas plus surprenant d’après Jürgen Klopp : "[Origi] C’est un joueur de football incroyable (…) C’est un but que nous avons souvent vu à l’entraînement."
"J’espère qu’il trouvera un manager qui le fera jouer plus que moi", a même déclaré Klopp, qui a conseillé à Origi "d’être Divock et de jouer (son) jeu" avant de le faire entrer, selon le principal intéressé, questionné à ce sujet dès l'épilogue de la rencontre.
La Origi-mania a gagné l’effectif des Reds. Le tweet d’Andrew Robertson en atteste : "J’emmènerai mes petits-enfants voir la statue de Divock Origi un jour, quel homme !" Mais c’est à l’entraîneur de Liverpool que revient le mot de la fin : "Gagner à la 95e minute, c’est bien, mais quand c'est Div' qui marque, c’est encore mieux."

Divock Origi, décisif ce samedi

Crédit: Getty Images

Premier League
Le covid frappe encore : le Boxing Day amputé de deux matches, dont Liverpool-Leeds
23/12/2021 À 13:06
Premier League
Comment van Dijk a ravivé la flamme… offensive de Liverpool
02/12/2021 À 12:54