Record battu. La Premier League n'avait jamais autant dépensé. 2,21 milliards d'euros pour être tout à fait exact. C'est plus que la somme combinée de tous les clubs de Serie A, Ligue 1, Bundesliga et de Liga. Le solde déficitaire des clubs anglais dépasse pour la première fois le milliard d'euros. Alors même que Manchester City, club le plus dépensier du monde depuis 10 ans, a davantage vendu (160 millions) qu'acheté (140 millions). Bref, les Anglais ont dominé le marché comme jamais. Leurs clubs ont dilapidé, pour ne pas dire gaspillé, des milliards dans des transferts dont la valeur a trop souvent été gonflée par les moyens démesurés des vingt pensionnaires de l'élite.
Onze des quatorze transferts les plus chers de l'été ont été financés par des clubs de Premier League. Le sommet de la pyramide permet de constater à quel point le championnat anglais a complètement perdu la raison. Antony, qui n'a jamais dépassé les 12 buts toutes compétitions confondues en une saison, a coûté 100 millions d'euros, bonus compris, à Manchester United. Il rejoint la liste de ceux qui ont franchi cette barrière symbolique (Cristiano Ronaldo, Paul Pogba, Antoine Griezmann, Neymar etc.) et dénote dans le casting. Mais aujourd'hui, il suffit qu'un club résiste à un mastodonte de Premier League, comme l'Ajax face à Manchester, pour faire monter les prix à des hauteurs qui ne veulent plus rien dire.

Lewandowski, Haaland, Mané : quelle est la meilleure affaire de l'été ?

Premier League
Le gros coup : Newcastle s'offre les Spurs et s'installe dans le top 4
23/10/2022 À 17:30

Des précédents qui devraient servir de leçon

Newcastle a dépensé 70 millions d'euros pour un attaquant qui culmine à 31 buts en trois saisons de Liga (Alexander Isak). Wesley Fofana, sans aucune expérience en Ligue des champions, est devenu le joueur sans cape internationale le plus cher de l'histoire (82,5 millions). Mais l'ancien Stéphanois a réussi en Premier League, suffisant pour faire doubler son prix. La logique est la même pour le nouveau piston gauche de Chelsea. A 24 ans, après un parcours qui l'a mené d'Eibar à Brighton, Marc Cucurella a coûté 62,5 millions d'euros aux Blues. Soit à peu près la somme dépensée par Liverpool en 2018 pour s'attacher les services du gardien du Brésil (Alisson).

Panique à Nice, jolis coups de l'OM : Notre carnet de notes du mercato de L1

Pourquoi douter de tels investissements sur des joueurs sans grande référence ? Parce que la Premier League est coutumière du fait. Sur les six dernières années, les plus gros transferts du championnat anglais ont toujours déçu et parfois dans des proportions gigantesques malgré les sommes colossales engagées pour leurs arrivées :
  • 2021 : Jack Grealish (117,5 millions d'euros)
  • 2020 : Kai Havertz (80 millions)
  • 2019 : Harry Maguire (87 millions)
  • 2018 : Kepa (80 millions)
  • 2017 : Romelu Lukaku (84 millions)
  • 2016 : Paul Pogba (105 millions)

Pourquoi se remettre en cause ?

On pourrait y ajouter Nicolas Pépé (80 millions), Jadon Sancho (85 millions), Timo Werner (52 millions), Fred (50 millions) ou Benjamin Mendy (57,5 millions) comme autant de crashes industriels. Mais comme les échecs ne mettent pas en danger l'économie du championnat le puissant de la planète et de ses clubs, ceux-ci ne se sont jamais remis en cause. Manchester United surpaie à chaque mercato et s'étonne du manque de rendement de ses recrues. Cet été, Chelsea lui a emboîté le pas en signant le mercato le plus cher de l'histoire avec 267 millions d'euros dépensés.
La vraie nouveauté, c'est que des clubs de bas de classement se sont engouffrés dans la frénésie. Nottingham Forest, promu, a signé 21 nouveaux joueurs, jamais aucun club n'avait autant recruté, soit quasiment un effectif complet pour 160 millions d'euros. Parmi eux, Giulan Biancone, défenseur droit de Troyes qui n'a jamais ébloui la L1 de son talent, transféré pour 10 millions d'euros ! Mais les quelques 190 millions d'euros empochés pour avoir remporté les play-offs de Championship l'an passé suffisent à se refaire une beauté avant d'entrer dans le grand monde. A défaut d'avoir des idées, l'Angleterre a de l'argent et, a priori, il lui brûle les doigts.
Premier League
Ten Hag confirme : Ronaldo a refusé d'entrer en jeu contre Tottenham
21/10/2022 À 09:08
Premier League
Arsenal reste leader et Chelsea se donne de l'air grâce au nul de Manchester United
16/10/2022 À 14:59