Trois défaites en trois journées. Aucun but marqué, neuf encaissés. Ce début de championnat cauchemardesque, ce n’est pas celui d’un modeste promu, ni d’une équipe habituée à ferrailler avec les mal-classés. C’est celui d’Arsenal. Si l’on excepte la promenade de santé effectuée à West Bromwich Albion, mercredi à l’occasion du 2e tour de League Cup (0-6), les Gunners sont en effet passés totalement au travers de leur mois d’août. Car après avoir trébuché à Brentford (2-0) puis s’être inclinés contre Chelsea (0-2), les Londoniens ont bu la tasse, ce samedi chez Manchester City (5-0).
Bien sûr, les hommes de Mikel Arteta ne partaient pas avec les faveurs pronostics au moment d’aborder cette rencontre face au champion d’Angleterre en titre. Les Skyblues ont d’ailleurs aisément prouvé leur supériorité sur la pelouse, en rendant une copie qui a dû donner de nombreux motifs de satisfaction à Pep Guardiola. Il n’empêche, c’est surtout l’extrême indigence de la prestation des Canonniers qui a interpellé.
Transferts
Les 6 infos mercato qui vous ont échappé ce week-end
10/10/2021 À 10:52
Tout le monde a besoin de hausser son niveau
La première période, marquée par trois buts mancuniens et l’expulsion ô combien justifiée de Granit Xhaka a été particulièrement pénible à vivre pour Bernd Leno et ses coéquipiers. La seconde, qui a ressemblé à une longue séance d’attaque-défense (presque 81% de possession pour City sur l’ensemble de la partie) et a vu les locaux inscrire deux réalisations supplémentaires, l’a sans doute été tout autant, si ce n’est plus. "Dans ce genre de matches, nous devons jouer avec courage. Il faut prendre des risques. Nous ne l’avons pas fait," a soupiré Pierre-Emerick Aubameyang après le match.
Mikel Arteta s’étant contenté d’analyser des faits de jeu et de remercier "les 3 000 fans d’Arsenal qui sont venus" à l’Etihad - bon nombre d’entre eux n’ont pourtant pas attendu la mi-temps pour déserter leur siège -, c’était bien vers l’international gabonais qu’il fallait se tourner pour entendre un discours de révolte. "Ce n’est pas assez, tout le monde a besoin de hausser son niveau, a-t-il affirmé. On doit se regarder dans la glace et s’en sortir en équipe, en restant soudés. C’est la seule manière d’aller de l’avant."

Martin Ödegaard (Arsenal) contre Manchester City.

Crédit: Getty Images

Les joueurs doivent "se dire la vérité"

L’ancien Stéphanois a également insisté sur la nécessité de mettre les choses à plat, une bonne fois pour toutes : "Je pense que nous devons avoir une discussion entre joueurs. C’est important, parce que nous sommes Arsenal et nous avons besoin de fierté. On doit parler, se dire la vérité, être honnêtes entre nous." La reconstruction passera par là, même si ça ne suffira probablement pas.
Pour l’heure, les Gunners occupent la peu enviable dernière place de Premier League en attendant les autres résultats du week-end, et il y a de fortes chances que cela ne bouge pas d’ici la fin de cette 3e journée. On a évidemment du mal à imaginer que le club de Londres - qui a déboursé 147 millions d’euros lors du mercato, plus que quiconque dans ce championnat - reste lanterne rouge bien longtemps. Nicolas Pépé, Thomas Partey et les autres blessés finiront bien par revenir. Mais le mal est profond et les signaux envoyés n’incitent, pour l’heure, guère à l’optimisme.

Manchester City - Arsenal / Premier League

Crédit: Getty Images

Ligue des Nations - Finales
"A 300% avec l'Espagne" : Laporte, le snobé des Bleus attend sa revanche
09/10/2021 À 21:32
Premier League
Un nul mais du grand spectacle : le choc Liverpool - City a tenu ses promesses
03/10/2021 À 17:25